Blog económico

Archive for May, 2009

Tunisie-Infrastructure : Le Port d’Enfidha intéresse le Koweit et le Canada

Friday, May 29th, 2009

Suite à l’appel d’offre lancé récemment par la Tunisie pour le financement, la réalisation et l’exploitation du port en eaux profondes d’Enfidha, dans le cadre du système de concession, deux grands groupes internationaux ont exprimé leur intérêt pour cette offre. Il s’agit du groupe d’investissement koweitien “Al Mal Investment Compagny KSC » avec la société “Hutchison Port Holding-Groupe HPH” et le groupe canadien “SNC Lavalin”.

Ces deux grands groupes ont déposé leurs dossiers auprès du ministère du transport qui est en train d’étudier les aspects techniques, financiers et économiques de ces offres conformément aux dispositions et aux procédures en vigueur en matière d’appel d’offres international.

Le nouveau port en eaux profondes d’Enfidha occupe une position centrale par rapports aux centres économiques en méditerranée et permettra de drainer une partie du marché de transbordement des conteneurs en méditerranée centrale.

A propos du groupe Koweitien

Al Mal Investment Compagny KSC est un groupe koweitien existant depuis 45 ans et doté d’une bonne réputation en matière d’affaires, notamment dans la fabrication et l’exportation des matériels immobiliers.

Quand au Hutchison Port Holdings (HPH), c’est un leader mondial en matière d’investissement dans les ports. Il détient 49 ports dans 25 pays, au Moyen-Orient, en Afrique, en Europe, en Amérique et en Australie.

A propos du groupe canadien

SNC-Lavalin est l’un des plus grands groupes d’ingénierie et de construction au monde et un acteur majeur en matière de propriété d’infrastructures et de services d’exploitation et d’entretien. Les sociétés du groupe SNC-Lavalin assurent des services d’ingénierie, d’approvisionnement, de construction, ainsi que de gestion et de financement de projets dans divers secteurs, notamment l’agroalimentaire, le secteur biopharmaceutique, les produits chimiques et le pétrole, l’environnement, les grands travaux de génie civil, le transport en commun, les mines et la métallurgie, l’énergie et la gestion de l’eau.

Desde Dev-export

Tunisie : Exportation de l’énergie verte vers l’Europe

Friday, May 29th, 2009

Le projet d’interconnexion électrique sous-marine entre la Tunisie et l’Italie sera accessible aux opérateurs privés désireux d’exporter de l’électricité verte vers l’Europe et ce jusqu’à hauteur de 200 MW, soit 20 pc de la capacité totale du projet (1000 MW)
Réalisé dans le cadre du projet “ELMED”, il vise à encourager les acteurs économiques à exporter l’électricité d’autant plus que la Tunisie vient d’amender (décembre 2008), le cadre réglementaire afin de légaliser l’autoproduction électrique par les énergies renouvelables et par la cogénération.

De fait, l’objectif escompté du programme quadriennal (2008-20011) pour la maîtrise de l’énergie, de réduire la demande d’énergie primaire de 20 pc à l’échéance 2011, pourra être conforté par une bonne intégration de la Tunisie au réseau de connexion électrique européen.

Selon M. Corrado Clini, Directeur Général, au ministère italien de l’environnement, du territoire et de la mer, l’Italie œuvrera à intégrer la Tunisie au réseau de connexion électrique européen. Il a précisé que son pays était fortement intéressé par le développement des bioénergies et de la biomasse en Tunisie.

Les nouvelles législations européennes encouragent, en effet, l’importation d’énergie verte de pays non-européens, de la rive sud de la méditerranée.

Desde African Manager

FMA: prêts de 190 millions pour le Maroc

Friday, May 29th, 2009

Deux prêts, d’un montant global de 2,1 milliards de dirhams (190 millions d’euros), ont été officiellement accordés par le Fonds monétaire arabe (FMA) pour “soutenir” l’économie du Maroc, a-t-on indiqué de source officielle. Les deux prêts, l’un de 1,7 milliard de dirhams et l’autre de 410 millions de dirhams, sont destinés à soutenir les exportations et les réformes lancées par le Maroc dans le domaine des finances publiques, selon la même source. Les conventions de financement ont été signées à Rabat par le ministre des Finances Salaheddine Mezouar et le président du conseil d’administration du FMA Jassem Al Manaii.

Desde Le Figaro

Iberostar abre en Túnez el Iberostar Palmyre

Thursday, May 28th, 2009

Iberostar Hotels & Resorts amplía su presencia en Túnez con un nuevo establecimiento de 4 estrellas, el Iberostar Palmyre. Con éste son ya 12 los hoteles de la cadena española en el país magrebí. El hotel, decorado con elementos arquitectónicos propios de la zona del Sáhara, está situado en la región turística de Tozeur, muy próximo al centro de la ciudad y a cinco minutos del aeropuerto, según informa la empresa en un comunicado remitido a preferente.com.

Tiene 101 habitaciones dobles repartidas en dos plantas y una suite junior. Dispone de un restaurante principal, un restaurante a la carta, barbacoa, piscina al aire libre y una terraza con vistas al desierto y a un frondoso palmeral de 10.000 metros cuadrados.

El establecimiento ofrece a sus clientes el hamman, donde disfrutar de los tradicionales baños árabes y masajes relajantes de manos de expertos terapeutas.

Desde Preferente

La Tunisie, dragon de la méditerranée

Monday, May 25th, 2009

La Tunisie, un remède anticrise!» En plein marasme économique mondial, le pays du jasmin n’y va pas par quatre chemins dans sa récente campagne de communication destinée à séduire les investisseurs étrangers : pour survivre aux difficultés du moment, les entreprises européennes n’auraient finalement pas de meilleure décision à prendre que de s’implanter… en Tunisie. C’est même, dixit le gouvernement tunisien, une opportunité à ne pas manquer : celle d’accroître leur compétitivité ! Provocation ? Pas tant que cela, car beaucoup d’entreprises industrielles, confrontées à la concurrence exacerbée venue d’Asie ou des pays de l’ancien bloc de l’Est, ont compris depuis longtemps qu’elles n’avaient souvent guère d’autre choix que de se délocaliser dans des pays à bas coûts.

Et, entre la Chine et la Tunisie, cette dernière offre, au-delà des zones franches qu’elle a su développer à l’intention des entreprises étrangères exportatrices, un plus indéniable : la proximité. «Dans le textile, une entreprise française qui n’aurait pas un pied en Tunisie a peu de chances de survivre!», martèle Afif Chelbi, ministre de l’Industrie, de l’Energie et des PME. Plus de 2 200 entreprises européennes (Benetton, Sagem…) ont déjà fait ce choix. Une entreprise française s’implante tous les cinq jours en Tunisie, petit pays qui, depuis qu’il a décidé de s’ouvrir aux investissements extérieurs en 1996, se prend parfois à rêver de devenir le dragon de la Méditerranée, fort d’une croissance de 4,5 % en 2009 et d’un revenu moyen qui a doublé en dix ans.

Avec un atout précieux : son capital humain. Entre 1995 et 2008, le nombre d’étudiants tunisiens est passé de moins de 100 000 à 360 000, soit 3,6 % de la population. Un taux similaire au taux français. Et les ingénieurs de Tunis n’ont pas grand-chose à envier aux nôtres, si ce n’est leur rémunération : là, ils sont payés cinq fois moins cher qu’en Europe (mais la baguette de pain ne vaut que 0,10 euro…). Il n’est qu’à visiter le pôle high-tech Elgazala, à Tunis, pour comprendre que la Tunisie a, d’une façon très volontariste, mis le cap sur l’avenir. «Les pays développés ont besoin des pays émergents car ce sont leurs marchés de demain», rappelle Nouri Jouini, ministre du Développement et de la Coopération internationale. Il est dans leur intérêt d’aider des pays comme la Tunisie à s’intégrer dans l’économie mondiale.»

Source : Le figaro
Desde Dev-export

MAROC TELECOM va investir plus de 900 millions d’euros

Monday, May 25th, 2009

Maroc Telecom a signé une convention avec le gouvernement marocain dans laquelle il s’engage à réaliser un programme d’investissements de 10,5 milliards de dirhams (935 millions d’euros) sur les années 2009 - 2011. Ces investissements, consacrés à l’extension des infrastructures et à leur modernisation, s’articulent autour de 3 axes essentiels.
Le premier d’entre eux est l’augmentation des capacités pour, d’une part, assurer l’écoulement du trafic avec un haut niveau de qualité de service grâce aux technologies de nouvelles générations (NGN) et, d’autre part, mettre en oeuvre, dans les meilleures conditions, les services de convergence aussi bien sur le Fixe que sur le Mobile afin d’offrir à la fois téléphonie illimitée, télévision et Int ernet Haut Débit.
Le second axe concerne l’augmentation des capacités internationales avec le système Atlas Offshore reliant le Maroc à l’Europe et la construction d’un axe en fibre optique au Sud, reliant la ville de Laâyoune au Maroc à Nouakchott en Mauritanie et desservant au passage les provinces de Boujdour, Dakhla et Aousserd.
Le troisième axe est relatif aux investissements dédiés à la couverture des régions rurales et montagneuses enclavées. Plus de 7 300 localités seront ainsi desservies à l’horizon 2011.

Por AOF
Desde Bourse LCI

El CENER elabora un mapa eólico de Túnez

Monday, May 25th, 2009

El Centro Nacional de Energías Renovables-CENER, ubicado en la localidad navarra de Sarriguren, ha elaborado un mapa eólico de Túnez en el que se constata que “existen amplias zonas con un nivel de viento alto” en la costa norte y este de este país, así como en el interior del desierto.

El proyecto, para cuyo desarrollo se ha utilizado durante cinco años un cluster de 100 ordenadores para simular las condiciones de viento en Túnez con una resolución de un kilómetro, ha sido financiado por la Agencia Española de Cooperación Internacional para el Desarrollo (AECID) y el Gobierno de Navarra.

Según ha explicado hoy el CENER en un comunicado, este proyecto “supone un fuerte impulso a la energía eólica en Túnez, ya que elimina una de las barreras que limitan las inversiones en parques eólicos, como es el desconocimiento del recurso eólico disponible”.

Por otra parte supone “un ejemplo de cooperación internacional y transferencia de conocimiento en un ámbito en el que el centro Nacional de Energías Renovables-CENER dispone de las capacidades más avanzadas”.

El atlas ha sido realizado utilizando las técnicas más avanzadas de simulación de la capa límite atmosférica, según dicha fuente, lo cual permite generar mapas de viento de alta resolución (1 km x 1 km) en cualquier lugar del mundo incluso sin medidas locales.

El mapa se ha integrado en un Sistema de Información Geográfica, incluyendo información de carreteras y zonas ambientalmente protegidas, para facilitar la planificación de parques eólicos.

El proyecto realizado en Túnez ha incluido la instalación de 18 torres meteorológicas con sensores de viento, temperatura y presión que han estado tomando datos durante más de un año en lugares representativos de las condiciones eólicas del país.

También se han utilizado datos de otras 19 estaciones meteorológicas propiedad del Instituto Nacional de Meteorología de Túnez.

CENER ha trabajado en este proyecto junto con la Agencia Nacional para la Conservación de la Energía de Túnez (ANME), que ha participado en la definición de la campaña de medidas y en la gestión del proyecto.

Además CENER ha coordinado el trabajo con empresas españolas y tunecinas especializadas en equipos de medida y en instalación de torres meteorológicas. Este esquema de trabajo ha permitido disponer de una base de datos medidos de alta calidad con una cobertura superior al 90%.

Otro aspecto destacable del proyecto ha sido la formación de personal de ANME por parte de CENER, que ha explicado que el objetivo de la formación ha sido que los técnicos tunecinos pudieran realizar estudios de evaluación de recursos eólicos y viabilidad de parques eólicos, lo que contribuirá al desarrollo de proyectos eólicos en este país mediterráneo.

Por EFECOM
Desde Invertia

Rapport annuel de Davos sur la compétitivité du tourisme : La Tunisie perd 5 places

Thursday, May 21st, 2009

Le rapport de Davos sur la compétitivité du secteur du tourisme et des voyages pour cette année a classé la Tunisie à la 44éme place sur 133 pays.

Avec ce classement, la Tunisie a devancé la Jordanie (54ème), la Turquie (56ème), l’Egypte (64ème), le Maroc (75ème), la Syrie (85ème), le Koweït (95ème) et l’Algérie (115ème). Mais elle a perdu 5 places par rapport au classement précédent où elle détenait le 39éme rang.

Placée cette année sous le thème « gérer en période de turbulences » le classement a été établi selon certains nombre de critères à savoir la réglementation et la législation, l’intérêt pour l’environnement, la sécurité, la santé et l’hygiène, le degré de priorité du tourisme et des voyages, les infrastructures liées au transport aérien, les infrastructures terrestres, celles liées aux technologies de l’information et de la communication, la compétitivité en matière de tarifs, le capital humain et les ressources culturelles.

Desde Dev-export

En Algérie, les revenus du secteur informel avoisinent les 6 milliards d’euros

Tuesday, May 19th, 2009

Selon une étude du Forum des chefs d’entreprises (FCE), rendue publique lundi 18 mai à Alger, les revenus annuels du secteur informel avoisinent les 6 milliards d’euros (600 milliards de dinars), soit 17 % de l’ensemble des revenus primaires nets des ménages algériens.

Les pertes du Trésor public dues à cette activité viennent s’ajouter, selon le FCE, à celles des organismes publics tels que la CNAS (sécurité sociale) qui voit s’évaporer 1,2 milliards d’euros de prélèvements. « Ces estimations ne tiennent pas compte des pertes fiscales liées à la fraude sur les importations qui pourraient atteindre des montants considérables en droits de douanes, TVA, IRG et IBS », affirme l’étude.

Le déclin de la production industrielle est dû, selon l’étude, en grande partie à la concurrence déloyale. « Il traduit la part accaparée par les importations dans l’offre et celle prise par le marché informel dans la satisfaction de la demande », souligne le FCE. Les importations n’ont pas cessé d’augmenter depuis 2000 avec un rythme annuel moyen de 15 %. « La hausse des importation en provenance de pays émergents à partir desquels il est plus facile d’organiser la fraude est un indice révélateur », note l’étude du FCE.

Selon la même étude, le secteur informel emploie 1,78 millions de personnes, soit 22 % de l’ensemble de la population active. « En tenant compte de l’emploi informel dans le secteur formel et de l’emploi occasionnel de personnes qui déclarent travailler de temps à autre, l’emploi informel serait en réalité de 32 % de l’emploi total », est-il souligné.

D’après la même source, il existe 330.000 entreprises commerciales en Algérie dont 20.000 sont des entités d’importation et 30.000 assurent le commerce de gros.

Desde TSA Algérie

L’Algérie compte 35,1 millions d’habitants au 1er janvier 2009

Wednesday, May 13th, 2009

L’Algérie compte 35,1 millions d’habitants au 1er janvier 2009, a annoncé mardi l’Office national des statistiques (ONS).

Elle atteindra au 1er janvier 2010 les 35,7 millions d’habitants, estime l’ONS.

Sur la base de l’accroissement naturel, la population résidente totale est estimée, au 1er juillet 2008, à 34,7 millions d’habitants, note la même source, relevant que l’accroissement en valeur absolue observée en 2008 est de 663.000 personnes, d’où un taux d’accroissement naturel (TAN) de 1,91%, indicateur en augmentation par rapport à celui de 2007 (1,86%), toujours selon l’ONS.

En ce qui concerne la structure de la population pour 10.000 habitants, la répartition par âge fait ressortir que la population âgée de moins de 15 ans constitue 28% de la population totale, celle en âge d’activité (15 à 59 ans) 64,4% et le troisième âge (60 ans et plus) 7,6%.

La part des moins de 5 ans est plus importante que celle des 5 à 9 ans conséquence de la reprise de la natalité observée ces dernières années.

Le taux de mortalité infantile connaît, pour la seconde année consécutive, une légère diminution, passant de 26,2 pour mille à 25 pour mille.

L’espérance de vie à la naissance se stabilise à 75,7 ans, soit 74,9 ans pour les hommes et 76,6 ans pour les femmes.

Concernant la nuptialité, l’ONS relève un ralentissement du nombre de mariages enregistré en 2008, alors qu’il avait connu une augmentation sensible jusqu’à 2007.

Desde French Xinhuanet

Investissements industriels espagnols en Tunisie : faible présence !

Wednesday, May 13th, 2009

Lors d’un atelier d’évaluation du programme de partenariat tunisio-espagnol dans le domaine industriel ainsi que les opportunités de coopération, organisé le 8 mai à Hammamet, les représentants des centres techniques industriels tunisiens ont saisi l’occasion pour solliciter leurs partenaires espagnols pour davantage d’appui et pour la mise en place d’une stratégie industrielle nationale à l’horizon 2016 notamment au niveau des clusters et de l’innovation.

En chiffres, l’Espagne, l’un des pays cible de la stratégie industrielle, est le 4ème client et le 5ème fournisseur de la Tunisie.

Le volume global des échanges a atteint un montant de 2327MD, en 2008. La Tunisie exporte essentiellement en Espagne l’huile d’olive, les engrais, le textile–habillement, ainsi que les produits mécaniques et électriques.

Malgré le grand nombre d’accords et de protocoles de partenariat signés, seulement, 26 entreprises industrielles espagnoles ou à participation espagnole opèrent en Tunisie, essentiellement dans le Ciment, Textile- Habillement et Agro-alimentaire avec 2238 emplois.

La présence d’IDE espagnols dans le domaine de l’industrie en Tunisie reste encore faible comparée à celle de la France ou de l’Italie.
L’implantation de ces IDE devrait encore être plus renforcée, notamment à travers un appui à la stratégie industrielle 2016 récemment lancée.

Pour y arriver, il est désormais nécessaire d’approfondir la réflexion et d’identifier les nouvelles perspectives et modalités pour convaincre plus d’industriels espagnols à investir en Tunisie.

Enfin la promotion du site Tunisie auprès des investisseurs espagnols constitue l’outil le plus indiqué pour contribuer à relever les défis imposés au secteur industriel et instaurer une nouvelle dynamique basée sur l’implantation d’une nouvelle génération d’IDE et sur le transfert des flux de savoir et de technologie.

Desde Espace Manager

L’emploi en Tunisie, priorité de toujours

Monday, May 11th, 2009

Mr Slim Tlatli, ministre de l’Emploi et de l’Insertion professionnelle des jeunes, a souligné que l’enjeu de l’emploi demeure parmi les priorités du Président de la République dans cette phase qui nécessite la multiplication des efforts pour promouvoir l’employabilité de l’économie nationale.
Ce fut lors de la 3e Conférence périodique des Présidents Directeurs Généraux des institutions financières tenue, vendredi 08 mai, à Tunis, sur le thème le rôle des institutions financières dans l’accompagnement des entreprises, l’impulsion de l’investissement et la création d’emplois.

Dans son intervention, le ministre a, également, évoqué les acquis réalisés, notamment, la multiplication par cinq du nombre des travailleurs diplômés de l’enseignement supérieur, passant de 80 mille en 1987 à 470 mille en 2008 ce qui a permis d’améliorer, considérablement, le taux d’encadrement.
Il a évoqué les mesures pratiques introduites par la politique active de l’emploi à travers la restructuration de ses programmes et l’amélioration de ses prestations, pour garantir l’insertion d’un plus grand nombre de demandeurs d’emploi.
Le ministre a mis en exergue le programme d’insertion, dans le secteur privé, des chômeurs de longue durée parmi les diplômés du supérieur.
Ce programme a enregistré l’adhésion des fédérations professionnelles ainsi que des entreprises spécialisées dans la distribution et les technologies de la communication.
M. Tlatli a, également, souligné le rôle avant-gardiste du système bancaire dans la concrétisation des grands objectifs nationaux à travers l’impulsion des investissements, notamment, dans les secteurs novateurs.

Desde Investir en Tunisie

Les investissements directs étrangers en Algérie ont augmenté à 2,31 milliards de dollars en 2008

Monday, May 11th, 2009

Le montant des investissements directs étrangers nets engagés en Algérie a enregistré une hausse en 2008 pour s’établir à 2,31 milliards de dollars, a appris samedi à l’APS auprès de la Banque d’Algérie.
Ce chiffre indique le montant des investissements directs étrangers (IDE) nets effectivement mobilisés dans le pays, précise la même source.
Durant l’année 2008, les IDE nets réellement engagés ont été de 590 millions de dollars au cours du 1er trimestre, de 480 millions de dollars au 2ème trimestre, de 240 millions de dollars au 3ème trimestre et de un (1) milliard de dollars au 4ème trimestre.
En termes de montant des IDE, l’année 2008 a ainsi enregistré une nette hausse par rapport à celle de 2007 durant laquelle les IDE nets s’étaient chiffrés à 1,37 milliard de dollars.

D’après APS
Desde Maghreb Info

Les classes moyennes regroupent 53% de la population

Friday, May 8th, 2009

Les classes moyennes au Maroc regroupent 53% de la population contre 34% pour la classe modeste et 13% pour la classe aisée, selon le critère du revenu, a indiqué, mercredi à Rabat, le Haut commissaire au plan, M. Ahmed Lahlimi Alami qui présentait une étude sur les classes moyennes marocaines.

Quelque 59% de la population urbaine appartient aux classes moyennes contre 45% des populations rurales, précise l’étude.

Dont l’élaboration fait suite au discours Royal du 30 juin 2008 dans lequel SM a donné ses Hautes instructions au gouvernement de “veiller à ce que toutes les politiques publiques soient stratégiquement vouées à l’élargissement de la classe moyenne”.

S’exprimant lors d’une conférence-débat, organisée à cette occasion, sur “La classe moyenne marocaine : dimension démographique, profil socio-économique et évolution”, M. Lahlimi a précisé que “ce sont les catégories socioprofessionnelles de niveau de formation et de qualification intermédiaire qui alimentent le plus la dimension des classes moyennes”, notant que “la disparité aussi bien de leurs niveaux de revenu que de leurs conditions de vie contribue à l’hétérogénéité socioprofessionnelle de la classe moyenne”.

En termes de revenu moyen des classes moyennes par ménage et par mois, M. Lahlimi a indiqué que 28% constituent la catégorie supérieure avec un revenu dépassant la moyenne nationale (5.308 dirhams), 42% constituent la catégorie intermédiaire avec un revenu situé entre la médiane et la moyenne nationales alors que 30% représentent la catégorie inférieure avec un revenu inférieur à la médiane nationale (3.500 DH).

Les classes moyennes se répartissent selon le type d’activité en 48% d’actifs occupés, 8,2% de chômeurs et 43,7% d’inactifs, dont 26% de femmes au foyer, 8,9% des étudiants, 2,3% de retraités et rentiers et 6,2% de personnes âgées et infirmes, relève l’étude.

Ces classes représentent 44% dans les revenus des ménages et 49% dans les dépenses de consommation de ces derniers, précise l’étude, notant que les ménages disposent d’un revenu mensuel moyen de 4.402 DH en milieu urbain et de 4.219 en milieu rural.

S’agissant de leurs dépenses de consommation, elles sont consacrées pour près des deux tiers à l’alimentation et à l’habitat, contre trois quarts pour la classe modeste et moins de la moitié pour les classes aisées, et de 9% aux dépenses de transport et de communication contre 19% pour la classe aisée et 5% pour la classe modeste.

Selon cette étude, la proportion des ménages endettés parmi les classes moyennes atteint 31% contre 37,5% des ménages aisés et 27,3% des ménages modestes. L’endettement des classes moyennes se décompose en crédits à la consommation courante dans 59% des cas, en crédits immobiliers (25,1%) et des crédits d’équipement ménager et d’acquisition de moyens de transport (15,9%).

Concernant les préoccupations à caractère sociétal des classes moyennes, l’étude note que 65% des ménages trouvent que leur niveau de vie s’est amélioré ou a stagné entre 1997 et 2007, 58% se préoccupent essentiellement des aléas liés au coût de la vie, au niveau des revenus et à la sècheresse alors que 37% se préoccupent surtout de la morbidité, de l’abandon scolaire et du chômage des jeunes.

D’autre part, 35% des ménages de la classe moyenne se préoccupent de la délinquance et la consommation de la drogue tandis que 44% se soucient de l’insécurité, ajoute l’enquête.

“D’autres données relatives aux caractéristiques économiques, sociologiques et culturelles des classes moyennes ainsi qu’à la nature et aux facteurs de leur évolution seront présentées lors d’une prochaine conférence-débat sous le titre (Les classes moyennes : nature et facteurs d’évolution entre 1985 et 2007)”, a annoncé M. Lahlimi.

Réalisée en 2007 sur un échantillon de 7062 ménages, cette enquête porte sur la définition des classes moyennes marocaines, l’analyse de leurs caractéristiques socio-économiques et de la nature de leur évolution et de ses facteurs.

MAP
Desde Casa Free

Le Maroc se dote d’une stratégie de promotion des exportations “Maroc Export plus”

Friday, May 8th, 2009

Le Maroc a mis au point une stratégie baptisée “Maroc Export plus” dont l’objectif est de tripler les exportations du pays en 10 ans.
Le Maroc a mis au point une stratégie de promotion de ses exportations dont la valeur devrait passer de 114 milliards de dirhams (10,3 milliards d’euros) en 2008 à 327 milliards de dirhams (29,7 milliards d’euros) en 2018, a-t-on indiqué mercredi de source officielle.
“Cette stratégie baptisée +Maroc Export plus+ se fixe comme objectif de tripler nos exportations de biens et services -hors tourisme et phosphates- en dix ans, entre 2008 et 2018, avec un doublement à l’horizon 2015″, a déclaré le ministre du Commerce extérieur Abdellatif Maâzouz lors d’une conférence de presse à Rabat.
Le Maroc compte dès 2009 créer 200 sociétés d’export par an pour atteindre un total de 2.000 entreprises vers 2018, a-t-il ajouté.
“Ce plan, a souligné le ministre, est une stratégie volontariste et concertée fondée sur une vision claire”.
Les secteurs d’exportation ciblés sont le textile, le cuir, les industries agro-alimentaires dont les produits de la mer ainsi que l’électronique, l’offshoring, les technologies de l’information et l’aéronautique.
“Maroc Export plus” vise aussi les produits agricoles évoqués par le plan “Maroc vert” ainsi que les travaux publics, le mobilier de maison et les produits chimiques et pharmaceutiques, selon le ministre.
“Il ne s’agit pas d’un plan de crise mais d’une feuille de route car le Maroc a choisi de s’ouvrir sur le monde, le royaume ayant signé jusqu’ici des accords de libre-échange avec 55 pays, a-t-il poursuivi. La promotion de nos exportations concernera des marchés prioritaires comme l’Europe, l’Amérique du nord et l’Afrique”.
Abdellatif Maâzouz a en outre indiqué que son plan “a défini les actions à travers lesquelles l’Etat marocain peut appuyer les entreprises marocaines” pour mieux s’attaquer aux marchés internationaux des biens et services.
Cette année, l’Etat a déjà décidé d’injecter 500 millions de dirhams (45,4 millions d’euros) dans le Fonds de développement des exportations, a-t-il conclu.

D’Après AFP
Desde Maghreb Info

La Tunisie attire 294 millions de dollars d’investissement au 1er trimestre de 2009

Tuesday, May 5th, 2009

La Tunisie a attiré 408,6 millions de dinars (293,95 millions de dollars) d’investissements étrangers au cours du 1er trimestre de l’année 2009, selon des chiffres publiés lundi par l’agence tunisienne de promotion de l’investissement extérieur (FIPA).

La FIPA, a souligné que 401,2 millions de dinars (288,33 millions de dollars) sont des investissements directs, tandis que le reste du montant soit 7,4 millions de dinars (5,32 millions de dollars) represente des investissements en portefeuille.

Les investissements directs étrangers (IDE), se sont orientés principalement vers le secteur de l’énergie (201,43 millions de dollars), les industries manufacturières (66,18 millions de dollars), le tourisme (13,66 millions de dollars) et les services et autres secteurs (7,19 millions de dollars).

Il convient de noter que durant les dernières années, les IDE ont enregistré en Tunisie une évolution importante.

Ils représentent actuellement 10% des investissements productifs, génèrent le tiers des exportations et 1/6 du total des emplois.

Desde French Xinuanet

. 2009 Medical Weblog adult downloads