Blog económico

Archive for August, 2008

Túnez quiere consolidarse como destino turístico en España

Friday, August 29th, 2008

La compañía nacional áerea de Túnez, Tunisair, estrenará en el próximo otoño un vuelo directo entre Madrid y Touzer, que enlazará ambas capitales en un tiempo de dos horas. Los responsables de Turismo de Túnez confían en que esta nueva línea contribuirá a consolidar el mercado español como uno de los principales mercados emisores de turistas hacia el país mediterráneo. La nueva conexión aérea es uno de los proyectos que presentó ayer el ministro de Turismo de Túnez, Khelil Lajmi, quien estuvo en la Expo acompañado por el embajador de su país en Madrid y por representantes de la compañía Tunisair. La puesta en marcha del vuelo Madrid-Touzer estaba prevista inicialmente para el 26 de octubre de 2008, aunque “va a ser retrasada dada la coyuntura económica, porque no es posible asumir el riesgo que implica”, declaró el ministro tunecino, quien expresó su esperanza en que “la coyuntura económica mejore para poder lanzar ese servicio lo antes posible”.

La talasoterapia y el desierto, junto con el turismo de golf son los “productos estrella” del país del Mediterráneo, que ha querido reflejarlos dentro de su pabellón en la Expo. El desierto es uno de los destinos que mejor funcionan entre el público español. Túnez recibe a unos 150.000 turistas españoles al año, de los cuales una tercera parte eligen como destino el desierto del Gran Sur. A pesar del contexto económico, las perspectivas para el ministerio de Turismo tunecino siguen siendo positivas, sobre todo por el interés que han demostrado por su país los visitantes que se han acercado a su pabellón en la Expo de Zaragoza.

El ministro Lajmi expuso ayer la estrategia que Túnez está desplegando para la renovación de sus plazas hoteleras (250.000 en todo el país) y para la mejora de la calidad turística, que pasa, además, por el impulso al turismo cultural, “otro de los segmentos que interesan al mercado español”, señaló. Entre los objetivos de este programa está el desarrollo de segmentos turísticos como el turismo balneario, especialmente en la temporada baja, y el turismo de golf, con la construcción de cinco nuevos campos de golf en los próximos cinco años. El desarrollo del sector, según puso de relieve, va unido a iniciativas sostenibles como los sistemas de reutilización de agua implantados en los establecimientos hoteleros o la introducción de sistemas de energía solar en ellos, un proyecto en el que trabajan conjuntamente los ministerios de Turismo e Industria.

El turismo es un sector clave para Túnez, donde representa entre el 5 y el 6% de su Producto Interior Bruto. Túnez recibió 6.800.000 visitantes extranjeros en el año 2007, un 60% de ellos europeos. Precisamente, el ministro tunecino aludió a los problemas que la crisis económica puede acarrear para el mercado turístico de Túnez, que tiene entre sus principales mercados emisores a países como Francia, Alemania, Italia España y Reino Unido.

Desde el periodico de aragón

Túnez se pasará del petróleo a la energía solar

Friday, August 29th, 2008

Túnez ahorrará 75.000 toneladas de petróleo y apostará por la energía solar y gas en 80 hoteles.

Como ya habíamos visto en Erenovable, Túnez esta buscando independizarse con energía eólica. Ahora Túnez agrega la apuesta por la energía solar.

El país africano de Túnez ha iniciado una campaña para implementar el uso de energía solar y de gas en 80 de sus 800 hoteles. Con este cambio el gobierno piensa que para el año 2011 se habrá logrado ahorrar hasta 75.000 toneladas de petróleo en el sector turístico.

Si bien estamos hablando sólo del 10% de los hoteles existentes, la propuesta no deja de ser un avance en lo que respecta al intento de utilizar nuevas fuentes de energía.

La propuesta ha de llevarse a cabo gracias a un contrato entre el Ministerio de Turismo, la Federación Tunecina de Hostelería y la Agencia Nacional en materia de Energía.

Túnez también tiene prevista la instalación para fines del 2009 de 500.000 metros cuadrados de paneles solares ubicados en hoteles, residencias y centros de servicios, que permitirán un ahorro total de 1,250 millones de toneladas de petróleo, lo que en dinero representan casi 121,000 millones de euros.

Hay que recordar que durante el año 2007 Túnez disminuyó el consumo de energía en un 8 % y prevé lograr una reducción del 20 % para el 2011. También se destaca que desde el mes de abril de este año 500 casas de las regiones de Kef, Siliana y Béja disponen de electricidad provista por energía solar

Lajimi, ministro de Turismo de Túnez aprovechó su asistencia a la Exposición Internacional Zaragoza 2008 ‘Agua y desarrollo sostenible’ para anunciar el proyecto hotelero. También aprovechó la ocasión para señalar que se esta implementando en los hoteles de Túnez el reciclado de agua para riego , y que en los campos de golf ya usan agua reciclada.

Vía | europapress
Desde Erenovable

Deux millions de touristes au Liban en 2020 selon l’OMT

Thursday, August 28th, 2008

Le secteur du tourisme au Liban a été « instable » ces quatre dernières années, selon le dernier rapport de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT).

Dans cette étude appelée « la vision du tourisme en 2020 », l’OMT affirme qu’un million deux cent mille touristes se sont rendus au Liban au cours des quatre années passées.

L’organisation estime que ce chiffre pourrait grimper jusqu’à deux millions en 2020.

L’industrie du tourisme au Proche-Orient devrait enregistrer une moyenne de croissance de 7,1 % au cours de la période 1995-2020 contre une croissance annuelle de 4,1 % sur un plan international.

Le rapport a néanmoins souligné que le Liban reste loin derrière d’autre pays du Proche-Orient tels que l’Égypte qui devrait attirer le plus grand nombre de touristes en 2020, soit près de 17 millions de visiteurs.

L’Arabie saoudite sera le pays qui fournira le plus grand nombre de touristes au niveau régional.
Quant au Liban, les ressortissants arabes continueront de représenter la moitié des visiteurs du pays.

Le rapport a cependant indiqué que le coût de séjour d’un touriste au Liban devient de plus en plus élevé. La plupart des hôtels concentrés à Beyrouth et au Mont-Liban sont classés cinq étoiles et plus.

D’après l’OMT, cette situation pourrait constituer une menace pour la compétitivité du secteur touristique au Liban par rapport au reste des pays de la région.

Desde Iloubnan

Jordania ofrece energía al Líbano para cubrir déficit

Thursday, August 28th, 2008

Jordania ofreció hoy al Líbano entre 50 y 70 megavatios diarios de energía eléctrica durante los próximos 16 meses para intentar cubrir su fuerte déficit energético, informaron fuentes oficiales.

La oferta fue hecha por el ministro de Energía y Recursos Mineros de Jordania, Jaldun Quteishat, tras una reunión que mantuvo hoy en esta capital con sus colegas del Líbano, Siria y Egipto, convocada específicamente para analizar las necesidades eléctricas libanesas.

Según el ministro libanés de Energía, Alain Taburian, su país tiene un déficit energético de 800 megavatios, por lo que ha hecho llamamientos a los países de la región para que le suministren electricidad.

El Líbano está conectada a una red eléctrica regional que, además de Siria y Egipto, vincula a Iraq, Libia y Turquía. Tiene un consumo promedio de 2.200 megavatios, pero sólo puede generar 1.400 megavatios.

“Estamos buscando posibilidades para conseguir energía a precios que nos permitan recortar nuestra factura eléctrica, que representa el 25 por ciento del producto interior bruto”, agregó Taburian.

Desde Finanzas.com

Tunisie : Une significative extension du réseau de Gaz naturel

Wednesday, August 27th, 2008

• Objectif : raccorder au réseau 290.000 clients supplémentaires à l’horizon 2009

Le gaz naturel présente incontestablement des avantages multiples aussi bien pour les entreprises que pour les particuliers.

Il s’agit d’abord du coût plus réduit que le GPL (gaz de pétrole liquide) et ensuite de sa nature non polluante. C’est pour cela d’ailleurs que les pouvoirs publics ont pris les dispositions qui s’imposent en vue de faciliter le raccordement du maximum d’entreprises et de logements. Une telle démarche permet à l’entreprise industrielle de comprimer le coût de production et d’être donc plus compétitive sur le marché.

Les régions du Sud sont restées, durant une longue période, dépourvues de gaz naturel et plusieurs consommateurs ont recours au gaz liquéfié ou à d’autres sources d’énergie. Ce problème sera notamment résolu grâce à un projet d’envergure qui sera réalisé grâce à l’apport de l’Agence française de développement (AFD).

Il est loin le temps où, au début des années 80, la distribution publique de gaz était limitée au Grand-Tunis. Il a fallu attendre la mise en service, en 1983 précisément, du gazoduc intercontinental passant de l’Algérie à l’Italie via la Tunisie pour voir, au grand bonheur des consommateurs, le développement de la distribution publique s’étendre à d’autres régions comme le Cap Bon et le Sahel.

La conjoncture actuelle caractérisée par la flambée des cours du pétrole sur le marché mondial est loin d’être favorable, ce qui pèse lourd sur le budget de l’Etat. En effet, une importation massive de produits pétroliers, à savoir le fuel lourd et le GPL, n’est pas sans avoir des conséquences sur l’économie du pays d’une façon générale. Les effets d’entraînement sur les autres secteurs se traduisent tout simplement par une augmentation des prix des produits et des services.

Transport vers douze nouvelles zones

D’où l’importance de développer la distribution du gaz naturel qui a concerné essentiellement les abords des gazoducs desservant les grosses unités industrielles généralement énergivores. Les actions menées par les pouvoirs publics font partie, en réalité, d’un programme national de développement du gaz naturel élaboré et mis en œuvre. Le but étant, en fin de compte, d’améliorer la pénétration du gaz dans les zones déjà desservies et de développer des infrastructures de transport pour la desserte de nouvelles zones.

L’objectif est de raccorder au réseau 290.000 clients supplémentaires ainsi que les principales zones industrielles à l’horizon 2009. Grâce à la contribution de l’AFD, la Société tunisienne de l’électricité et du gaz (Steg) devrait bénéficier d’un crédit de 20 millions d’euros pour l’extension de son réseau. L’agence française intervient aux côtés de la Banque Européenne d’Investissement qui finance la distribution de gaz dans les zones déjà desservies avec un raccordement de 200.000 clients additionnels du secteur résidentiel. Ce crédit, en appui au programme national de développement du gaz naturel en Tunisie, financera l’extension du réseau de transport de gaz vers douze nouvelles zones, ce qui représente 150 km de canalisation et l’alimentation en gaz naturel des usines de phosphates du Groupe chimique tunisien et de la région de Gafsa.

Ce projet devrait permettre la maîtrise de l’énergie puisqu’il permettra de substituer 187.000 tonnes équivalent pétrole (tep) par an de produits pétroliers par le gaz naturel. Le milieu naturel et notamment l’air sera protégé contre toute forme de pollution dans la mesure où il est possible de réduire, à travers ledit projet, les émissions de gaz à effet de serre d’environ 40.000 tonnes de CO 2 par an.

Desde Audinet Tunisie

Comprará Jordania reactor nuclear de Francia

Wednesday, August 27th, 2008

Jordania planea comprar un reactor nuclear de Francia para producir electricidad y uranio enriquecido con propósitos pacíficos, informó el primer ministro jordano Nader Dahabi citado hoy por la agencia oficial de noticias.

Jordania está actualmente negociando un acuerdo de cooperación con una compañía francesa, dijo Dahabi al reunirse con miembros del Comité de Amistad Parlamentaria Jordania-Francia.

Esto es parte de los incansables esfuerzos del reino para buscar independencia energética aprovechando sus reservas de uranio relativamente abundantes.

Se calcula que Jordania puede extraer 80.000 toneladas de uranio de sus minas y que las reservas de fosfato del país también contienen unas 100.000 toneladas de uranio, según datos oficiales.

El rey de Jordania Abdullah II anunció en enero del 2007 un programa de energía nuclear civil, con base en el cual se establecerá una planta nuclear para el 2015 y se espera que la energía nuclear represente 30 por ciento de su producción energética para el año 2030.

Desde Spanish Xinhuanet

Affluence des transporteurs low-cost et charter sur la Tunisie

Monday, August 25th, 2008

Contrainte de libéraliser son ciel pour donner un second souffle à l’activité touristique, la Tunisie a vu ces dernières années plusieurs compagnies aériennes low-cost et charter investir son espace. Cette “invasion” n’a pas tardé à engendrer une zone de turbulences pour les compagnies locales. D’autant plus que les nouveaux venus ne cessent de grignoter, à coup de tarifs défiant toute concurrence, des parts de marché importantes. Les pavillons nationaux préparent la riposte.

Ciel nuageux pour les trois compagnies aériennes tunisiennes. Une bonne dizaine de compagnies européennes charter et low-cost ont réussi, au cours des dernières années, à se frayer un chemin dans le ciel tunisien, peu encombré et très prometteur. Il s’agit, entre autres, des compagnies françaises Aigle Azur, Air Méditerranée, XL Airways, mais aussi allemandes comme HapagFly ou Air Berlin.
Les dernières arrivées sont la compagnie française Transavia et Thomsonfly, une compagnie low-cost britannique qui vient de recevoir le feu vert des autorités aéronautiques tunisiennes pour desservir l’aéroport de Monastir à partir de novembre 2008.
Portée par des hommes d’affaires tunisien et suédois, une nouvelle compagnie low-cost, SBA Tunisia, est en gestation.

L’invasion de ces compagnies est désormais incontournable. Le fait de disposer d’un pôle aérien low-cost représente désormais un argument de taille pour attirer les flux touristiques. De ce fait, la Tunisie ne peut que s’engager dans les accords de l’Open Sky pour insuffler de nouvelles bouffées d’oxygène à son tourisme. Dans ce domaine cependant, la destination reste en retard par rapport à ses concurrents directs au sud de la Méditerranée. Au Maroc, par exemple, elles sont plus d’une vingtaine de compagnies aériennes charter et low-cost à avoir fait leur entrée depuis la libéralisation du secteur aérien en 2004.
Vu leurs prix imbattables, les compagnies européennes opérant sur la Tunisie ont naturellement grignoté des parts de marchés importantes non seulement au transporteur national Tunisair, mais aussi aux compagnies charter locales Nouvelair et Karthago Airlines.

Pour sa première année d’activité en Tunisie, Transavia a pris de l’altitude grâce à l’axe franco-tunisien. Elle a réalisé plus de 1000 vols réguliers sur les trois aéroports tunisiens qu’elle dessert (Djerba, Monastir et Tozeur) en plus des vols irréguliers affrétés directement par des tours opérateurs, selon un bilan publié récemment par la compagnie. Cette filiale d’Air France-KLM a transporté 141 000 passagers, dont 76 000 en vols réguliers sur Djerba, 53 000 sur Monastir et 12 000 sur Tozeur, soit un taux de remplissage moyen de plus de 70%.
Ainsi, la part du pavillon français en régulier et charter sur l’axe franco-tunisien est passée 30 % en 2006 à 40 % en 2007.
La part de marché de Tunisair, toutes activités confondues, s’est en revanche située à 35,2% en 2007 contre 38% une année auparavant.
Pour la compagnie publique tunisienne, le trafic global des passagers (3,6 millions de passagers transportés en 2007) a baissé de 4,7% par rapport à 2006. Cette variation résulte d’une chute du trafic charter de 13,2% et d’une progression du trafic régulier de 3,1%.

Pour quitter cette zone de fortes turbulences, le transporteur national a choisi de donner un sérieux coup de lifting à sa flotte, composée actuellement de 31 appareils, dont l’âge moyen s’élève à douze ans. Tunisair a en effet confirmé sa commande de seize Airbus, assortis de trois autres en option, en vue de développer des dessertes moyen et long courrier vers l’Amérique du Nord et l’Asie.
D’autre part, la compagnie vise à moyen-terme la maîtrise de développement de son activité charter au profit de son activité régulière. L’intérêt se porte notamment sur le “délestage” des lignes déficitaires, essentiellement en Europe centrale et dans les pays scandinaves, et le renforcement des marchés les plus rémunérateurs. Dans ce cadre, Tunisair compte, à travers sa filiale Mauritania Airways, se repositionner sur l’Afrique, où il existe un réel déficit en transporteurs aériens, après la disparition de plusieurs compagnies africaines.
De leur côté, Karthago Airlines et Nouvelair se sont engagées depuis fin 2006 dans un processus de rapprochement. Ces fiançailles « s’inscrivent dans le contexte de l’ouverture du ciel, qui contraint les compagnies aériennes à procéder à des alliances pour maintenir leurs parts de marché », lit-on dans un communiqué publié récemment par les deux compagnies privées.
La nouvelle compagnie, qui sera présidée par Belhassen Trabelsi, devrait introduire une partie de son capital en bourse dès 2009 pour lever les fonds nécessaires à son développement et à l’adoption d’éventuelles nouvelles stratégies commerciales dans un paysage en perpétuel changement. D’autant plus que d’autres compagnies charter et low-cost européennes pointent à l’horizon…
Enfin, on notera le plan ambitieux de Sevenair qui, outre sa présence sur le sud de l’Europe (Italie et Malte) dessert maintenant et régulièrement le marché libyen où la concurrence est nettement moins accrue qu’ailleurs.

Por Walid Chedly
Desde Business News

La dynamique de l’emploi en Tunisie

Monday, August 25th, 2008

Selon les statistiques autour de la population et l’emploi pour l’année 2007, réalisées par l’INS (Institut National des Statistiques), à partir d’un échantillon de 145.000 familles représentatives de toutes les régions de la Tunisie, villes et monde rural, le marché de l’emploi de la Tunisie évolue dans 2 sens.

D’une part, la prédominance des chômeurs porteurs de diplômes de l’enseignement supérieur et le taux de chômage parmi les femmes est le double par rapport aux hommes.

Techniciens supérieurs
2007-2008: 18.800
2006: 34.500
2005: 26.200

Diplômés du supérieur
2007-2008: 59.200
2006: 88.900
2005: 73.700
Source : INS 2008

Répartition des diplômés chômeurs selon les diplômés en 2008

Techniciens supérieurs: 34.500
Maîtrise sciences économiques et gestion: 18.700
Maîtrise sciences sociales: 15.600
Diplômes différents: 6.100

Total garçons: 36.600
Total filles: 52.300

Et si on essaie de classer les 88.900 diplômés chômeurs en 2007 selon l’année de diplôme, on aura la classification suivante :

Année 1999 - Diplômés chômeurs: 7.300
Année 2000 - Diplômés chômeurs: 3.000
Année 2001 - Diplômés chômeurs: 3.400
Année 2002 - Diplômés chômeurs: 5.200
Année 2003 - Diplômés chômeurs: 8.300
Année 2004 - Diplômés chômeurs: 13.000
Année 2005 - Diplômés chômeurs: 17.800
Année 2006 - Diplômés chômeurs: 25.800
Année 2007 - Diplômés chômeurs: 5.100

Total : 88.900

Donc, on note que les chances d’emplois diminuent chaque fois que la période de chômage s’allonge. On note aussi que pour les diplômés de l’année 2005 par exemple, le nombre ded chômeurs a diminué de 6.000, après 3 et 4 années, le nombre de chômeurs parmi ces diplômés a diminué de 1.700 par an, tandis qu’après 5 ans et plus depuis le diplôme, on n’a que 500 diplômés incorporés dans le marché de l’emploi par an, toujours parmi l’échantillon de diplômés de l’année 2005.

Autre constatation, malgré que la femme constitue 59% des étudiants à l’université, elle est plus touchée par le chômage.

Taux de chômage moyen
2005: 15,3%
2006: 17,5%
2007: 19,3%

Taux de chômage des femmes
2005: 22,5%
2006: 26,5%
2007: 28,4%

Taux de chômage des hommes
2005: 10,9%
2006: 11,7%
2007: 13,3%
Source : INS 2008

Si on regarde l’ensemble des chômeurs, toutes catégories confondues, on aura les chiffres suivants, toujours selon l’INS

Total chômeurs 2005: 486.400
Total chômeurs 2006: 501.300
Total chômeurs Mai 2007: 508.000

Total femmes 2005: 174.600
Total hommes 2005: 333.500
Taux de chômage femmes 2005: 17,8%
Taux de chômage hommes 2005: 12,8%
Taux de chômage moyen 2005: 14,1%
Source : INS 2008

Cette étude a permis de montrer que le taux de chômage a évolué entre

2006 et 2007 de 1,35%, et ce, du fait de l’augmentation du taux de chômage parmi les femmes de 5,88%, malgré le recul du chômage parmi les hommes de 0,86%.

Il est dommage que cette étude ne soit pas assez médiatisée et que peu de journaux ont donné et publié les résultats de cette enquête réalisée en 2007 et publiée en 2008.

Desde Tunisie Affaire

L’Algérie comptera 36 millions d’abonnés mobiles en 2010

Monday, August 25th, 2008

Le nombre d’abonnés mobiles en Algérie devrait atteindre 36 millions à l’horizon 2010.

L’Algérie comptera près de 36 millions d’abonnés au téléphone mobile dans deux ans, soit presque autant que la population actuelle, en raison d’une croissance attendue dans le secteur qui profitera aux trois opérateurs sur le marché national. C’est ce que prévoit Markets and Research dans une étude consacrée au marché de la téléphonie mobile en Algérie. Le pays comptera 35,8 millions d’abonnés au téléphone mobile en 2010 contre 32,02 à la fin de l’année 2008, estime l’étude de l’institut britannique spécialisé dans l’analyse de l’environnement économique dans le monde. Le marché de la téléphonie mobile en Algérie connaîtra, dès lors, une croissance de l’ordre de 11, 8 %, a indiqué la même source qui précise que celle-ci se traduira par une expansion des trois opérateurs Djezzy, Mobilis et Nedjma. Ces derniers, réunis, enregistreront la plus grande croissance dans le monde arabe dans le marché de la téléphonie mobile et brasseront une couverture de l’ordre de 61% dans le secteur (mobile et fixe) ajoute la même étude.

Des chiffres officiels indiquant que l’Algérie comptait à la fin de mai dernier quelque 31 millions de détenteurs de puce. A la fin décembre 2007, 27 millions d’Algériens étaient abonnés à la téléphonie mobile sur une population évaluée à plus de 34 millions d’habitants. Toutefois, le nombre des abonnés risque d’être réduit, pour un temps, suite à l’opération lancée par l’Autorité de régulation de la poste et des télécommunications (ARPT) exigeant des trois opérateurs de la téléphonie mobile de procéder à un assainissement total de leur parc d’abonnés en désactivant les puces anonymes estimées à environ 15 % du parc mobile algérien. L’ARPT a accordé jusqu’à octobre prochain, en tant qu’ultime délai, aux trois opérateurs avant de résilier automatiquement les puces non identifiées.

Synthèse de Samir, D’après le Jeune Indépendant
Desde www.algerie-dz.com

L’Algérie a privatisé 400 entreprises en 20 ans

Monday, August 25th, 2008

Quatre cents entreprises ont été privatisées en Algérie durant les 20 dernières années.

Une source bien informée a révélé que les programmes de privatisation des entreprises publiques en Algérie, adoptés depuis 20 ans, n’ont pas donné les résultats escomptés. Cette source a expliqué cet échec principalement par le manque de précision des objectifs qui ont été tracés. Elle a précisé qu’il est nécessaire de répondre à la question suivante : « qu’attendons nous précisément de la vente des actifs des société publiques ? Il est clair que les pouvoirs publics n’ont pas pu trouver une réponse claire et précise à cette question, pendant les vingt dernières années ». Malgré l’arsenal de lois et législations et l’amendement permanent des cadres juridiques, le processus de privatisation n’a pas avancé en Algérie.

L’Etat n’est parvenu à privatiser qu’environ 400 entreprises économiques publiques de l’ensemble de 1400. Il a abandonné la privatisation des plus importantes compagnies, à leur tête les banques, les assurances et les hôtels. Les dossiers de privatisation du Crédit Populaire d’Algérie et d’Algérie Télécom expliquent l’ambiguïté des choix adoptés par l’Etat dans le domaine de la privatisation, ajoute cette source. Il est à rappeler qu’entre 1989 et 2008 et avec la succession de 12 Gouvernements et chef de Gouvernement, le processus de privatisation en Algérie a connu plusieurs changements structurels et organisationnels, il a connu des amendements de lois et changements des organismes chargés de la privatisation.

Synthèse de Samir, D’après El Khabar
Desde www.algerie-dz.com

Tunisie : Déficit de 1.3% de la balance commerciale

Monday, August 25th, 2008

Selon les chiffres de l’institut national des statistiques (INS) publiés le jeudi dernier, la balance commerciale au cours du premier semestre de l’année 2008 a affiché un déficit de 1.3% malgré la remarquable évolution des exportations.

Cette évolution des exportations, durant les six premiers mois, passant de 9818,2 millions de dinars en 2007 à 12235,1 millions de dinars reste insuffisante pour améliorer le taux de couverture d’autant plus que les importations tunisiennes ont également enregistré une hausse durant la même période de l’année pour passer de 11 695,7 millions de dinars à 14 807,9 millions de dinars.

Bien entendu il est impossible de nier la responsabilité du cours du baril de pétrole sur le déficit durant ses six premiers de l’année. En effet, les importations d’énergies et de lubrifiants ont pratiquement doublé quittant de 1175.1 millions de dinars en 2007 à 2479.5 millions de dinars.
Au cours des trois dernières semaines le prix du baril a baissé de 25 dollars pour s’établir autour de 119 dollars. Il est tout à fait envisageable que cette décrue se prolonge d’ici la fin de l’année.

Toutefois, le déficit reste pour cette période riche d’enseignement. Il faut d’ailleurs noter que le rythme auquel se succède les bonnes nouvelles relatives à l’économie du pays dans les différents secteurs restent encourageantes pour l’amélioration du taux de couverture.

Desde Tunisie Affaire

La Tunisie a attiré plus d’un milliard d’IDE

Monday, August 25th, 2008

Le montant des IDE en Tunisie a atteint 1,18 milliards de dollars à fin juillet 2008.

Selon l’Agence tunisienne de promotion des investissements étrangers, les investissements directs étrangers (IDE) en Tunisie ont atteint le montant de près de 1,2 milliards de dollars durant les 7 premiers mois de l’année 2008, soit une hausse de 47,1% par rapport à la même période de l’année 2007.

Disposant de faibles ressources naturelles, la Tunisie ambitionne d’attirer plusieurs milliards de dollars d’IDE durant les prochaines années pour financer son programme de développement.

Par Rayane
Desde www.algerie-dz.com

Tunisie : les investissements étrangers atteignent 1 milliard de dollars en 7 mois

Le montant total des investissement étrangers en Tunisie a dépassé 1 milliard de dollars fin juillet 2008. C’est le secteur de l’énergie et des mines qui arrive en tête des investissements.

Les investissements étrangers en Tunisie ont atteint 1,18 milliard de dollars fin juillet 2008. Cela représente une hausse de 47,1 % par rapport à la même période de l’année dernière, selon l’Agence tunisienne de promotion des investissements étrangers.

Le secteur de l’énergie et des mines arrive en tête de liste avec des investissements de l’ordre de 518,6 millions de dollars (+ 4,1 %), suivi des secteurs de l’industrie avec 203,5 millions de dollars (+54,4 %) et du tourisme avec 155,6 millions de dollars.

Le gouvernement tunisien ambitionne de drainer des investissements globaux de 45,5 milliards de dollars pour la réalisation de programmes et projets prévus dans son 11ème plan quinquennal.

Desde Dz-Web

Nouveau record d’inflation en Egypte à 23,1 % sur un an

Monday, August 25th, 2008

L’inflation a atteint un nouveau record en Egypte, avec une hausse en juillet de 23,1% sur un an de l’indice officiel publié dimanche par l’agence nationale des statistiques.

Cette nouvelle hausse spectaculaire de l’indice national des prix à la consommation - la plus forte depuis 16 ans - est encore due à la flambée des prix de produits alimentaires, soit 32,5 % sur un an.

La hausse de cet indice général, qui n’est publié que tous les deux mois, par le CAPMAS, avait été de 21,1 % en mai 2008 par rapport à mai 2007.

Dans les zones urbaines, l’augmentation des prix a été de 22 % sur un an, et de 2,2 % sur un mois, et de 24,3 % sur an dans les zones rurales, selon cet organisme officiel qui publie chaque mois ces deux indices.

Des hausses très importantes de produits alimentaires ont été enregistrées en glissement annuel, soit de 71,1 % pour le beurre, de 38,5 % pour les laitages, de 39,1 % pour les volailles ou encore de 32,8 % pour les pâtes.

Depuis la fin de l’an dernier, l’Egypte est confrontée à une spirale de hausses des prix, en partie d’origine extérieure, et navigue entre les écueils d’une crise sociale et d’une inflation hors contrôle.

C’est la hausse des cours mondiaux de l’énergie et des produits alimentaires, en particulier du blé, qui a fait plonger le pays dans une telle situation.

Plus gros importateur de blé du monde, l’Egypte en acquiert environ 7 millions de tonnes par an, soit quelque 55 % de ses besoins céréaliers. Une pénurie de pain subventionné s’est traduite par des fortes tensions sociales.

Après l’annonce en mai par le président Hosni Moubarak d’une augmentation des traitements des fonctionnaires de 30%, un train de hausses de 30 à 50%, notamment sur l’essence et les cigarettes, a été adopté, alimentant les tensions inflationnistes.

Pour la cinquième fois cette année, la banque centrale égyptienne a relevé la semaine dernière d’un demi-point ses taux directeurs, à 11 % pour les dépôts et 13 % pour les prêts.

Si l’augmentation des taux d’intérets vise à calmer l’inflation, elle pourrait aussi avoir des incidences négatives sur une croissance forte d’environ 7% l’an ces dernières années, selon les experts.

AFP
Desde Dubaifrance

La Tunisie dépassera le cap de 9 millions de touristes en 2008

Monday, August 25th, 2008

Selon les derniers chiffres publiés par l’ONTT, la Tunisie a accueillie pendant les 7 premiers mois de 2008, plus de 4 millions de touristes générant des recettes de 1.691 millions de DT.

Ce qui représente déjà 1 million de touristes en plus par rapport à la même période en 2007 ? Ce chiffre était au 31 juin 2008, 2.952.000 touristes et rien que pour le mois de juillet, la Tunisie a reçu 1 million de touristes.

Le nombre des nuitées a progressé de 5,3% par rapport à 2007 et les recettes ont progressé de 3% seulement, et ce, en raison de la dévaluation continue du dinar faces aux autres monnaies et principalement l’Euro.

Sur les 4 millions de touristes reçus, 57% sont des européennes, dont 1.260.000 des français, avec une augmentation de 8,5% par rapport à 2007. En plus, on table sur un record de 2 millions de touristes français fin 2008.

On note une croissance significative de certains marchés, à savoir ; + 37% des polonais, +38% des bulgares et + 6% des roumains. En outre, la Tunisie a enregistré la visite de 2 millions de touristes maghrébins, dont 835.000 des libyens pendant les 7 premiers mois de 2008.

Djerba a réalisé 35% des chiffres du tourisme tunisien. Elle se démarque comme une région à part, et rime avec la qualité.

Sachant que 70% du chiffre d’affaire du secteur touristique se réalise dans l’arrière-saison et au cours du second semestre. On peut s’attendre à dépasser le seuil de 8 millions de touristes pour l’ensemble de l’année 2008 et même atteindre 9 millions, et ce grâce aux 5 millions de touristes maghrébins, dont 3.5 millions sont de libyens.

Le tourisme tunisien doit s’adapter à ces 2 nouveaux marchés ; le Maghreb et aux pays de l’ex-Europe de l’Est.

Desde Tunisie Affaire

L’agriculture exonérée d’impôt au Maroc jusqu’à fin 2013

Monday, August 25th, 2008

Le Roi Mohammed VI du Maroc a annoncé mercredi l’exonération de l’agriculture des impôts jusqu’à fin 2013 au lieu de 2010 avant de mettre en place un autre régime fondé notamment sur « la justice fiscale ».«Nous sommes déterminé à mettre en place un régime d’impôts en matière agricole, fondé sur les principes de justice fiscale et de solidarité sociale, ainsi que sur la nécessaire préservation de la compétitivité des activités agricoles », a notamment fait valoir le souverain alaouite.

Il adressait un discours au peuple à l’occasion du 55-ème anniversaire de «la Révolution du Roi et du Peuple » qui commémore l’exil imposé par le protectorat français au Roi Mohammed V (au trône entre 1927 et 1961) et à sa famille.

Le nouveau régime fiscal devrait prendre en considération « la précarité sociale des petits agriculteurs, et refléter le devoir de solidarité à leur égard, en continuant à subventionner les cultures traditionnelles vivrières à faible rendement », a appelé le Roi.

L’agriculture, qui représente 16 pour cent du PIB au Maroc (qui totalise près de 70 milliards de dollars), emploie 40 pour cent de la population active, soit plus de 4 millions de personnes.

En avril dernier, le Maroc a annoncé un plan stratégique de développement du secteur pour faire de l’agriculture le principal moteur de croissance de l’économie marocaine sur les 15 prochaines années en termes de croissance du PIB, de création d’emplois, d’exportation et de lutte contre la pauvreté.

Baptisé « Maroc vert », ce plan veut promouvoir l’investissement privé avec l’assistance de l’Etat en se fondant sur le développement d’une agriculture moderne répondant aux règles du marché via le financement de 700 à 900 projets d’un coût total de 10 à 15 milliards de dirhams (près de 2 milliards de dollars) annuellement.

« Le plan Maroc vert » cible un million d’entreprises agricoles et ambitionne de générer, une fois mis sur les rails, un produit intérieur supplémentaire de 70 à 100 milliards de dirhams surtout qu’il envisage une nouvelle dynamique d’investissement d’une valeur de 10 milliards de dirhams par an.

Le monde rural compte 15 millions de personnes (47 pour cent de la population) et 500.000 exploitations.

Source: APA News
Desde Yabiladi

L’Algérie face au défi agricole: Davantage d’efforts pour booster l’agriculture

Monday, August 25th, 2008

Aujourd’hui, l’Algérie fait face à une flambée des prix des produits de large consommation. Aussi, un grand défi se présente à elle pour subvenir à ses besoins dans ce domaine. Pour ce faire, l’agriculture, un secteur auquel la majorité des jeunes tournent le dos, doit être propulsée à la place qui lui sied en levant tous les obstacles entravant son développement.
Les difficultés rencontrées dans ce secteur sont, en plus du fait que le travail de la terre n’accroche pas beaucoup les jeunes, relatives aux moyens financiers.
Malgré les efforts consentis par l’Etat et l’intérêt qu’il lui donne, ce secteur n’arrive pas à avancer davantage et à mobiliser les ressources humaines, voire la main-d’œuvre nécessaire. Des mesures incitatives et des mécanismes doivent être mis en place pour accrocher cette jeunesse qui est de surcroît en proie au chômage.
Les problèmes de l’écoulement des produits agricoles sur le marché, en plus des risques économiques et de catastrophes naturelles, peuvent décourager les agriculteurs dont beaucoup ont fini par quitter leurs villages pour aller chercher un travail en ville.
Aujourd’hui, ce secteur peine à prendre son véritable envol.
Le PNDA (Plan national pour le développement agricole) lancé depuis des années, a bien enregistré quelques résultats, mais il n’a pas réussi à lever toutes les entraves et beaucoup d’agriculteurs, notamment les jeunes diplômés, qui ont fait face aux problèmes des crédits bancaires et aux lenteurs dans le traitement des dossiers, ont fini par laisser tomber leurs projets.
Pourtant, l’agriculture doit être enveloppée de plus d’attention pour la booster et garantir ainsi la
sécurité alimentaire de l’Algérie. Il faut dire que les problèmes du secteur agricole ne se posent pas seulement à l’Algérie mais à l’ensemble du monde arabe.
Actuellement, se tient, au Caire, le congrès arabe des syndicats des travailleurs de l’agriculture dont les travaux ont débuté jeudi. Cette rencontre se penche sur les problèmes de main-d’œuvre arabe dans les secteurs agricole et agroalimentaire et les moyens de mobiliser les ressources humaines et naturelles dans le développement global de la région. Ce congrès sera aussi l’occasion d’examiner les risques auxquels est exposée la main-d’œuvre arabe notamment en raison de l’utilisation des insecticides et autres produits chimiques. Il aura à adopter un plan de formation professionnelle ayant trait aux nouvelles utilisations des équipements agricoles modernes et aux conditions d’hygiène dans ce domaine. Vu les défis auxquels fait face la région arabe, ce congrès devra dégager une vision globale concernant la crise alimentaire mondiale et les moyens d’y remédier avant de la soumettre aux gouvernements et organisations concernés.

Por Badiaa Amarni
Desde La Tribune

Le Maroc et la Tunisie, nouvelles attractions des Centres d’appels

Friday, August 22nd, 2008

APA-Tunis (Tunisie) Avec plus de 170 Centres d’Appels en activité, la Tunisie devient une destination privilégiée dans la zone euro-méditerranéenne et un concurrent sérieux des fiefs traditionnels de l’activité, note APA à Tunis selon des données dévoilées cette semaine.

Selon le ministère tunisien des TIC et celui de l’Investissement extérieur, dont des représentants et des experts parlaient lors d’un atelier de travail tenu à Tunis récemment, «la tendance n’est pas prête de baisser» et «la demande d’agréments et d’autorisation d’exerce se multiplie ».

Le secteur suscite, en effet, un engouement sans précédent aussi bien des jeunes promoteurs tunisiens que des investisseurs étrangers, notamment européens, et des firmes mondiales ancrées dans l’activité.

Les quelque 170 Centres déjà actif sur le territoire tunisien ont généré jusqu’alors environ 14 000 emplois.

Selon les professionnels du secteur et l’administration, tout le monde est en train de «trouver son compte»: fournisseurs de CRM (logiciels de gestion de la relation client) et de solutions de télécommunications, cabinets de formation, équipements informatiques. Les éditeurs de CRM se bousculent sur le marché et la guerre des prix fait le bonheur des Centres d’Appels.

Selon des experts, le développement des télécommunications, des infrastructures modernes, le faible coût de la main-d’œuvre et la place qu’occupe la langue française sont des atouts favorables à l’implantation de Centres d’appels en Tunisie.

L’ambition de la Tunisie est de devenir un pôle de services à la clientèle à la fois régionale et internationale. Le marché intérieur est limité par le petit nombre d’abonnés à la téléphonie fixe (10 à 15 % de la population).

Les autorités souhaitent attirer plus d’investisseurs en créant des centres privés de formation de téléopérateurs.

Cependant, de nombreux jeunes diplômés possèdent des compétences qui correspondent aux besoins des Centres d’appels.

Ils sont motivés, ce qui se traduit par un plus faible absentéisme et un «turn-over» moins important (d’environ 5 %, nettement plus faible qu’en Europe).

Le réseau de télécommunications est moderne, avec un taux de croissance élevé. En outre, les coûts des communications sont en baisse. Autre atout, le pays dispose d’une dizaine de cités technologiques des communications dites «technopoles», accueillant des bâtiments dédiés aux Centres d’appels.

Au niveau du Maghreb, le marché en est encore à ses balbutiements sauf au Maroc et en Tunisie où ces «call-centers» se développent très vite et sont particulièrement prisés par les entrepreneurs français et européens.

Selon certains experts européens, «externaliser» les Centre d’appels dans les pays méditerranéens et notamment au Maghreb permet de «faire des économies tout en assurant un service de qualité» même si certains dirigeants se plaignent du coût encore élevé des communications téléphoniques.

Le secteur est un gros créateur d’emplois. Les jeunes, principaux employés de ces Centres, sont souvent recrutés à bac + 2 et plus.

Les formations se développent, le but étant de fidéliser les opérateurs, d’obtenir la confiance du client, de diminuer les temps d’appels, tout en augmentant leur efficacité et donc améliorer la rentabilité.

Un centre d’appels est un service permettant d’instaurer un dialogue à distance entre une entreprise et ses clients et prospects à toute heure de la journée, souvent 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Ce service est possible grâce au développement des télécommunications, alliées à l’informatique.

Si ce type de communication est en grande majorité réalisé par téléphone, d’autres moyens comme Internet, serveurs vocaux interactifs, etc. se répandent.

En Tunisie, ils se multiplient depuis plusieurs années dans des domaines aussi variés que le secteur bancaire, les assurances, la distribution, les services, la maintenance après-vente, les «hotlines», les voyages.

Desde Agence de Presse Africaine

La factura del petróleo aumenta el 43,1 por ciento en primer semestre 2008

Friday, August 22nd, 2008

La factura petrolera de Marruecos alcanzó durante el primer semestre de 2008 los 16.250 millones de dirhams (unos 1.424 millones de euros), lo que supuso un aumento del 43,1 por ciento con respecto al mismo periodo del año anterior, informó hoy la Oficina marroquí de Cambios.

El precio medio que Marruecos pagó por cada tonelada de petróleo bruto en el mercado internacional se incrementó un 52,6 por ciento y pasó de 3.726 dirhams (unos 326 euros) a 5.686 (unos 498 euros), lo que explica el alza en el valor de las importaciones, indicaron las fuentes citadas por la agencia MAP.

De enero a junio de 2008, Marruecos importó 2,85 millones de toneladas de petróleo bruto, frente a los 3 millones de toneladas compradas al extranjero en el primer semestre del año anterior.

La Oficina agregó que las adquisiciones de gasoil y fueloil, así como de gas de petróleo y otros hidrocarburos, avanzaron respectivamente el 86,4 y el 36 por ciento, lo que contribuyó que a finales de junio las importaciones de productos energéticos aumentaran un 48,4 por ciento, hasta los 32.670 millones de dirhams (unos 2.864 millones de euros)

Los productos energéticos constituyeron durante el primer semestre de 2008 el 21,1 por ciento del total de las importaciones marroquíes, frente al 18,2 por ciento de los seis primeros meses del año anterior, y figuraron en el tercer puesto del grupo de productos importados.

Desde Finanzas

Las exportaciones de la Comunidad (Valenciana) a Magreb suponen un 14% más que el año anterior

Friday, August 22nd, 2008

Las exportaciones de la Comunidad Valenciana al Magreb alcanzaron un valor de 208,62 millones de euros durante el primer cuatrimestre de 2008, un dato que representa un incremento del 14% respecto a las cifras obtenidas en el mismo periodo del año anterior y un 11% sobre el total de las exportaciones españolas al Magreb, según datos ofrecidos por el Instituto Valenciano de la Exportación (IVEX).

Por países, Marruecos se sitúa como el principal destino de productos de la Comunidad Valenciana con un valor de 102,83 millones de euros y un 49% del total exportado a esta área. Le sigue Argelia, con un valor de 64,01 millones de euros, Túnez, con 29,51 millones de euros, y Libia, con 12,27 millones de euros.

Los países que integran esta área muestran, según informaron fuentes de la Generalitat en un comunicado, un “elevado crecimiento” de las importaciones de producto de la Comuniad Valenciana, principalmente Libia, donde se incrementan un 61%, Marruecos y Argelia incrementan sus importaciones de productos valencianos un 16%, mientras que Túnez es el único país donde disminuyen un 6% las exportaciones.

Por capítulos exportados, destaca el peso de los productos cerámicos y su industria auxiliar, con un valor de 30,2 millones de euros y 25,9 millones de euros, respectivamente. En tercer lugar se sitúan los automóviles, con un valor de 19,9 millones de euros, la maquinaria mecánica, con 17,2 millones de euros, y calzado, con 14,2 millones de euros.

Entre los principales productos exportados a estos países destaca el comportamiento dinámico de la automoción, con un ascenso del 113% respecto al mismo periodo del año anterior. Los muebles también experimentan un considerable aumento, situado en un 89%, mientras los productos cerámicos crecen por encima del 27% y los pigmentos y esmaltes experimentan un aumento del 16%.

El Instituto Valenciano de la Exportación cuenta con dos oficinas en Magreb, situadas en los dos principales mercados de la zona, esto es, Marruecos y Argelia. La oficina de Marruecos alberga asimismo un Centro Empresarial de la Comunidad Valenciana para facilitar a las empresas abordar este mercado.

Desde estas oficinas, el objetivo de IVEX es desarrollar toda una gama de servicios individuales para aumentar la presencia de productos y empresas de la Comunidad Valenciana en estos mercados. Además se realiza la prospección de mercados, selección de importadores y organización de acciones de promoción, entre otras actividades.

Desde El Mundo C. Valenciana

Tunisie : Les Télécommunications accaparent 98% des IDE dans le secteur des Services

Friday, August 22nd, 2008

Les investissements dans le secteur des Services en Tunisie ont atteint la valeur de 4.18 Milliards de dinars, dont 2.1 Milliards de dinars en tant qu’Investissements Directs Etrangers. Grâce à ces investissements, le secteur des services a vu la création de 331 nouvelles entreprises et 20.2 Mille nouveaux postes d’emploi

Le secteur des télécommunications accapare à lui seul, la part la plus importante de ces Investissements, soit 98%. La création de 6 nouvelles entreprises dans ce domaine a nécessité 4.10 Milliards de dinars. La part de l’Investissement Direct Etranger y a été de 2.08 Milliards de dinars. Ces nouveaux investissements dans ce secteur, tous destinés au marché local, ont contribué à la création de 8861 nouveaux postes d’emploi.

Les Services Informatiques et les Centres d’Appels se distinguent !

Du point de vue de l’importance de ces investissements, et derrière le secteur des télécommunications, viennent ceux des Services Informatiques, et des centres d’appels qui se sont distingués notamment par le nombre des entreprises, et par celui des emplois créés

Les investissements dans le secteur des Services Informatiques ont atteint à la fin du mois de juin 2008, 18.7 Millions de Dinars, dont 12.3 Millions de dinars investis par les entreprises exportatrices (la part des IDE dans ce segment a atteint 11.4 Millions de dinars). Les investissements destinés au marché local ont atteint 6.3 Millions de dinars, dont 4.3 Millions de dinars sous forme d’IDE. Ces investissements dans le secteur des services informatiques ont permis la création de 94 nouvelles entreprises, qui ont crée à leur tour 2373 nouveaux postes d’emploi

Pour ce qui est des Centres d’appel, les Investissements y ont atteint 20.6 Millions de dinars durant les six premiers mois de l’année 2008. Les investissements destinés aux marchés extérieurs ont été de 20.1 Millions de dinars, dont 19.6 en Investissements Directs Etrangers. Les investissements destinés au marché local n’ont pas dépassé les 496 Milles Dinars, dont 227 Mille Dinars sous forme d’IDE. Ces investissements dans le secteur des centres d’appel ont donné naissance à 34 nouvelles entreprises, et ont contribué à la création de 7.135 nouveauxemplois.

D’autres secteurs attractifs, mais peu créateurs d’emploi

Ces taux publiés par l’Agence de la Promotion des Investissements Extérieur (FIPA), montrent que certains nouveaux secteurs ne cessent de se distinguer et d’attirer de nouveaux investissements. Le secteur des « Bureaux d’Etudes et Conseils » a attiré des investissements s’élevant à 6.1 Millions de dinars dont 5.1 Millions sous forme d’IDE. Le montant des investissements réalisés par les entreprises exportatrices a été de 3.7 Millions (dont 3.5 en tant qu’IDE), alors que le montant des investissements destinés au marché local a été de 2.3 Millions de dinars, dont 1.6 Millions sous forme d’Investissements Directs Etrangers. Grâce à ces investissements, le secteur des Bureaux d’Etudes et Conseil s’est enrichi de 113 nouvelles entreprises qui ont créé 806 nouveaux postes d’emplois.

Le secteur de la Formation Professionnelle a réussi à attirer des Investissements de 3.9 Millions de Dinars, destinés dans leur majorité aux marchés étrangers, ce qui explique l’importance des IDE qui ont été de 3.79 Millions de dinars. Les investissements destinés au marché local n’ont pas dépassé 231 Milles dinars dont 87 Mille dinars sous forme d’IDE. Ces investissements ont permis la création de 7 nouvelles entreprises et 97 nouveaux postes d’emploi. Le secteur des Technologies de l’Environnement a attiré 4.02 Millions de dinars d’investissements dont 2.6 Millions sous forme d’Investissements Directs Etrangers. L’importance des investissements dans ce secteur qui verra certainement encore plus de développement dans les années à venir, provient du fait que tout le montant a été destiné au marché local, ce qui a permis la création de 2 nouvelles entreprises et 13 postes d’emploi. Le secteur des Travaux publics, a lui aussi attiré de gros investissements s’élevant à 11.4 Millions de Dinars. Le montant des IDE n’a pas dépassé 4.5 Millions de dinars. Les investissements dans ce secteur n’ont créé que 3 nouvelles entreprises (dont une seule est exportatrice) et pas plus de 130 nouveaux postes d’emploi.

Le Transport parmi les secteurs moins attractifs d’IDE

Au bas du tableau, on trouve les secteurs qui ont réussi à attirer de moindres investissements. Le secteur du Transport n’a pour sa part polarisé que des investissements d’une valeur de 715 Mille Dinars. La part des IDE dans ce secteur a dépassé les 561 Mille dinars. Les investissements dans le transport ont contribué à la création de 4 nouvelles entreprises qui ont généré 35 nouveaux postes d’emplois. Les autres secteurs des services (tous confondus et non mentionnés par la source), ont attiré des investissements d’une valeur de 13.9 Millions de dinars, dont 6.7 Millions sous forme d’IDE. Ces Investissements ont créé ensemble 47 nouvelles entreprises et 441 nouveaux postes d’emploi.

Desde African Manager

. 2009 Medical Weblog adult downloads