Blog económico

Archive for July, 2008

Marruecos presenta el plan de desarrollo turístico para la zona de Alhucemas

Thursday, July 31st, 2008

La provincia marroquí de Alhucemas ha presentado su plan de desarrollo turístico bautizado “Visión Alhucemas 2015”, cuya concretización necesita un presupuesto estimado de 740 millones de euros. Según informaron fuentes oficiales, la aplicación de esta visión, que creará unos 5.000 empleos directos, permitirá alcanzar una capacidad de acogida de unas 10.000 camas en los hoteles clasificados, 300.000 llegadas turísticas, 1,8 millones de pernoctaciones, con una tasa de ocupación provisional de 50 % y una duración media de estancia de 6 días.

Esta intervención se concentrará esencialmente en la modernización del complejo turístico “Mohamed V Quemado”, por 32 millones de euros, del complejo turístico y residencial “Souani”, (130 millones) y del proyecto “Suanita”, por 41 millones de euros. Este plan de desarrollo turístico para Alhucemas permitirá también la creación de la nueva zona turística suplida de “Cala Iris” con una capacidad de acogida de 11.184 camas, incluidas 4.050 hoteleras y 3.074 residenciales turísticas con un campo de golf, una escuela hotelera, un centro comercial y un establecimiento sanitario.
También se prevé a la instauración de una zona turística dedicada principalmente a la clientela marroquí con un programa provisional que alcanza 700 camas bajo forma de residencias hoteleras, 450 camas residencias de gestión hotelera, 400 áreas de camping y 600 camas inmobiliarias. De cara a 2015, esta estrategia se referirá también el desarrollo de Alhucemas que se inscribe en el marco de los esfuerzos de diversificación del producto turístico y de la valorización del patrimonio natural, cultural y social local. Con la intención de ofrecer a los habitantes y visitantes un ambiente seguro y armonioso, se había lanzado un programa para la modernización urbana de Alhucemas con la ordenación de los paseos marítimos “Quemado II” y “Sabadea” y de las plazas Mohamed VI en Alhucemas y en Targuist.
La “Visión 2015” prevé la aplicación de un plan de acción relativo al nivel de formación, a través de una gestión anticipada y provisional de las necesidades de empleo en hostelería.

Desde El Faro

Catorce empresas de la automoción estudian abrir plantas en Marruecos

Thursday, July 31st, 2008

Marruecos necesita proveedores de componentes de automoción que abastezcan a la nueva fábrica que las multinacionales Nissan y Renault construirán en la Zona Franca de Tánger para fabricar 400.000 coches al año.
La urgencia del gobierno marroquí responde al compromiso adquirido con la alianza franconipona para instalar en torno a la macrofactoría una anillo de empresas auxiliares que deberán aportar el 60% de los componentes. Por eso el ministro de Industria de Marruecos, Ahmed Reda Chami, estuvo ayer en Vigo y se entrevistó con representantes del sector. El propio clúster Ceaga encabezó el pasado mes de febrero una primera toma de contacto. Un total de catorce firmas de automoción y logística (Gestamp, Grupo Copo, Peguform, Plasto, Utilgal, entre otras) visitaron la nueva Zona Franca de Tánger, diseñada por el arquitecto francés Jean Nouvel y situada a pie del macropuerto Tánger-Med, para estudiar las posibilidades de expansión al continente africano.
Allí tuvieron oportunidad de conocer la experiencia de empresas del ramo ya instaladas en la zona, como es el caso de grupo Valeo Automoción, Antolín-Tánger o Sunviauto Maroc. Según explica Ceaga, «actualmente se está trabajando en la elaboración de un informe detallado que valide la información recopilada en este viaje y ayude a las empresas que deseen analizar sus oportunidades de inversión e implantación».
Ahmed Reda explicó ayer, en declaraciones a La Voz, que su gobierno está dispuesto a ofrecer un 10% de rebajas fiscales para favorecer la implantación de nuevos proveedores. «Estamos creando grandes áreas de suelo industrial para la implantación de proveedores de primer y segundo nivel; y hemos puesto en marcha un centro de formación que prepara a los trabajadores en un tiempo récord», afirmó.

Desde La voz de Galicia

Inauguración en Casablanca del primer puerto seco de Marruecos

Thursday, July 31st, 2008

El ministro marroquí de Equipamiento y Transportes, Karim Ghellab, inauguró hoy en Casablanca el primer puerto seco aduanero de Marruecos, que ha supuesto una inversión cercana a los 100 millones de dirhams (unos 8,7 millones de euros), informaron fuentes oficiales.

El nuevo recinto, que constituye la primera fase de una plataforma logística que ocupará 40 hectáreas, se extiende sobre una superficie de 8 hectáreas y se erige como la prolongación del puerto de Casablanca en materia de importación y exportación de contenedores, indicó la agencia MAP.

Ese espacio está situado a 6 kilómetros del puerto de la capital económica del país y ligado a éste mediante una línea férrea, lo que le dota de un fácil acceso a la autopista y a las grandes arterias de esa urbe.

Entre sus instalaciones figuran, según las fuentes, una báscula puente con capacidad de hasta 60 toneladas, una treintena de cámaras de videovigilancia y un sistema de información para la gestión de los contenedores.

El nuevo proyecto de la plataforma logística comprende además Zona de Actividades Logísticas (ZAL) que estará operativa a partir de 2010 y que se extenderá sobre una superficie de 32 hectáreas.

EFECOM mgr/prb
Desde Invertia

Tunisie – Dossier : La structure du secteur industriel

Thursday, July 31st, 2008

L’industrie est un secteur en pleine mutation en Tunisie. Le nombre des entreprises étrangères implantées en Tunisie, qui ne cesse d’augmenter, contribue à cette croissance.

La filière du bois

En Tunisie, le secteur du bois et de l’ameublement compte environ 400 entreprises mais reste majoritairement dominé par les petites et micro entreprises indépendantes dont le nombre représente 80% du marché. Sur les 400 sociétés «structurées», seules une dizaine d’entreprises sont de grandes tailles, relativement spécialisées, emploient plus de 100 personnes et écoulent leurs produits via des revendeurs franchisés.

Les débouchés du bois sont principalement l’ameublement (meubles d’intérieur, salons, meubles de cuisine, meubles de bureaux et meubles pour collectivités) et le bâtiment.

La branche ameublement représente environ 60% de l’industrie et est majoritairement alimentée par la demande des ménages. La filière connaît la montée en puissance du MDF ‘Medium Density Fiberboard’ (panneau dérivé du bois), matériau qui investit de façon exponentielle l’habitat moderne.

Quant à la branche bâtiment, elle a pour principaux débouchés les secteurs de la construction (BTP) et l’industrie et fait face à une concurrence de plus en plus importante des produits de substitution – PVC et aluminium.

La filière de l’acier

L’industrie de la métallurgie recouvre une panoplie d’activités : l’extraction de minerais, le recyclage de métaux et la fonderie, la fabrication de produits bruts par les laminoirs, la fabrication de produits semi-finis, la fabrication de matériels et de produits finis pour l’industrie, le bâtiment et le transport.

A l’instar des autres minerais, le prix de l’acier est caractérisé par une tendance haussière ces deux dernières années (+70% entre 2006 et fin 2007) propulsé par la forte demande mondiale (1350 millions de tonnes en 2007 contre 1249 millions en 2006). Cette frénésie a été en grande partie alimentée par la demande de la Chine - qui a totalisé 30% de la demande mondiale - ainsi que par l’industrialisation croissante des pays émergents (Inde, Turquie).

La filière de l’électroménager

Les industries électrique, électronique, et électroménagers ont connu une croissance remarquable tant sur le marché local, où elles ont enregistré 15% de croissance sur les cinq dernières années, que sur les marchés de l’export où le taux de croissance annuel a avoisiné les 20% sur la même période.

Le marché de l’équipement électroménager comporte les traditionnels produits blancs (cuisinière, réfrigérateur et machine à laver), auxquels il convient d’ajouter le téléviseur couleur et les climatiseurs, ces derniers étant apparus récemment, et représentent désormais le symbole du confort des ménages de la classe moyenne.

Le groupe PGH est présent dans les différents métiers industriels présentés ci-dessus.

La répartition du CA se présente comme suit

Dans le secteur du bois, seule la société GAN-STIBOIS produit du MDF en Tunisie. La société détient 60% du marché et le reste de la demande est comblé par les importations (en provenance d’Europe).

Dans le secteur de la production de tubes soudés, la société PAF est leader avec

60% de part de marché.

Enfin, pour ce qui est de l’activité électroménager, GAN fabrique et commercialise, sous la marque MONT BLANC, de l’électroménager domestique (réfrigérateurs, cuisinières, et machine à laver) et industriels : congélateurs, mini bars, réfrigérateurs.

Malgré une concurrence très rude, PGH maintient sa positon de leader du marché avec près de 40% de part de marché. Les principaux concurrents de la marque Mont Blanc sont : ARCELIK, ABS, MAXWELL, THOMSON, BRANDT, LG et HAIER

Desde Audinet Tunisie

La France est le premier investisseur étranger au Maroc, en Jordanie, au Liban et en Egypte.

Thursday, July 31st, 2008

La France est décidée à jouer un rôle plus important dans les enjeux proche-orientaux et à encourager le développement des pays méditerranéens et arabes. L’occasion de revenir sur les différents liens économiques, techniques et culturels que la France entretient déjà avec les pays arabes. Aperçu d’une présence française en plein essor.

Sur le plan commercial tout d’abord, il est aisé de prendre la mesure de la présence française dans les économies de ces pays. En effet, la France est globalement le premier partenaire du Maghreb, avec près de 580 milliards d’euros d’aide au développement.

Elle est le premier fournisseur de chacun des pays de cette vaste région, ainsi que le troisième en Iran, bien que les relations aient enregistré un net refroidissement en raison des problèmes liés à la question nucléaire.

Les exportations sont très importantes au Proche-Orient aussi, bien que de façon moins marquée qu’au Maghreb, anciennes colonies et proximité géographique obligent. Les premiers clients de la France au Proche-Orient étant les Emirats Arabes Unis (Total y est le premier investisseur français), loin devant l’Arabie Saoudite, la Turquie, Israël, et l’Iran.

Du côté des importations, la France achète pour sa part une grande quantité d’hydrocarbures en provenance des pays du Proche-Orient, et constitue un partenaire commercial privilégié des pays du Maghreb. L’Algérie est ainsi son premier partenaire en Afrique, et en ce qui concerne le Maroc et la Tunisie, la France est tout simplement leur premier importateur, absorbant par exemple le tiers des exportations marocaines.

La France se révèle aussi un investisseur de taille pour les pays arabes. Elle est effectivement le premier investisseur étranger au Maroc, en Jordanie, au Liban et en Egypte. De plus, elle est au premier rang pour le stock d’Investissement Directs à l’Etranger (IDE) en Turquie sur les dix dernières années.

L’aide publique française au développement est une autre preuve des liens existant entre le France et les pays arabes : le Maroc est ainsi le premier bénéficiaire de ces aides, la Tunisie et l’Algérie en bénéficient tout autant.

De plus, en tant que président du Club de Paris, groupe informel de créanciers qui a pour but de trouver des solutions aux difficultés de paiement des nations endettées, la France a toujours soutenu les demandes de rééchelonnement de la dette jordanienne.

A noter par ailleurs que depuis les années 90 notamment, le stock d’investissement français a été multiplié par six aux Emirats Arabes Unis, les échanges avec l’Algérie ayant presque doublé.

Ceux réalisés avec la Turquie sont eux aussi en nette augmentation et, plus généralement, la place de la France dans les économies des pays arabes a donc tendance à croître.

Source : Guysen news
Desde Geostratégie

Politique européenne de voisinage: Les réformes économiques du Maroc le placent comme partenaire privi

Thursday, July 31st, 2008

Le Commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires, Joaquin Almunia, s’est félicité des résultats de la récente mission du Fonds monétaire international (FMI) au Maroc, appelant le Royaume à poursuivre ses efforts de réformes qui le placent en tant que partenaire privilégié au sein de la Politique européenne de voisinage (PEV).

Le commissaire européen a également salué “la bonne performance économique” du Maroc au cours de l’année 2007, soulignant que cette performance vient confirmer la détermination du Royaume à consolider les réformes économiques, indique mardi un communiqué de la Mission du Royaume du Maroc auprès des Communautés européennes à Bruxelles.

Une mission du Fonds monétaire international (FMI), conduite par Mark Lewis, a séjourné à Rabat du 19 au 30 mai dernier pour procéder aux consultations de l’année 2008, au titre de l’article IV des statuts du FMI, rappelle-t-on.

Dans son rapport, cette mission a souligné que “le Maroc continue de récolter les fruits des réformes accomplies, notamment la mise en oeuvre de politiques économiques et financières saines. D’importants progrès ont été réalisés ces dernières années en matière de stabilité de l’environnement macro-économique, de résilience de l’économie aux chocs et de renforcement de la position budgétaire”, ajoute la même source.

Selon le rapport, ces acquis placent les pouvoirs publics dans une position relativement favorable pour absorber dans le court terme les chocs liés à la dégradation de l’environnement mondial, et pour adopter les réponses de politique économique appropriées pour faire face à la hausse durable des cours des matières premières.

Au-delà de la préservation des acquis, ces réponses sont nécessaires pour améliorer durablement les revenus et l’emploi de la population marocaine, note le rapport.

Par MAP
Desde Le Matin

L’investissement en Algérie demeure faible

Thursday, July 31st, 2008

Le développement de l’investissement en Algérie est l’un des chantiers que le gouvernement compte relancer.

Le gouvernement entend revoir tout le processus de l’investissement en Algérie. Celui-ci, critiqué en termes acerbes par le chef de l’Etat lors de son discours devant les élus locaux, a été débattu hier en Conseil de gouvernement tenu sous l’égide de Ahmed Ouyahia. Suite à quoi le ministre de la Communication, Abderrachid Boukerzaza, expliquera au cours d’un point de presse qu’il animé au CIP d’Alger les principales mesures entérinées par le gouvernement à même de combler les manquements désormais avérés en matière d’investissements, notamment étrangers, en Algérie, et aussi dans l’objectif de corriger les erreurs constatées dans ce domaine. Ainsi, le ministre de la Communication notera qu’une réflexion est actuellement engagée par le gouvernement de concert avec le Conseil des participations de l’Etat (CPE) en vue d’une nouvelle définition de la politique d’investissement à faire valoir dans les années à venir.

Une batterie de mesures est d’ores et déjà affirmée par le gouvernement et annoncée solennellement par le ministre de la Communication, hier, lors de sa rencontre hebdomadaire avec les représentants des médias. Ces mesures se rapportent entre autres au transfert de projets d’investissement en Algérie d’un opérateur à un autre. En ce sens, le ministre de la Communication s’est montré on ne peut plus explicite. « Cette situation où l’investisseur décide de son propre chef de l’octroi d’un projet qu’il a négocié avec l’Etat à un autre investisseur devra être bannie » a fait savoir en substance M. Boukerzaza. « En de telles situations, le dernier devrait revenir à l’Etat à travers les mécanismes mis en place tels que le CPE et le Conseil national de l’investissement » a-t-il dit. Dans le même ordre d’idées, l’orateur notera qu’il est également prévu dans le cadre des nouvelles mesures citées de mettre en place de nouvelles régulations des cadres et conditions ayant trait au transfert des capitaux, et ce, conformément à ce qui se fait de part le monde. Sans s’étaler sur les détails, M. Boukerzaza a fait savoir aussi que le gouvernement a pris des décisions dans le sens du parachèvement d’une poignée de projets d’investissements confiés aux sociétés des Emirats arabes unis.

Desde www.algerie-dz.com

Tunisie- Networking: Les IDE industriels devraient tripler pour atteindre 1 milliard de dinars par an

Tuesday, July 29th, 2008

Le réseautage ou networking offre au tissu industriel tunisien l’opportunité de porter ses exportations de 15 milliards de dinars à 30 milliards de dinars, à l’horizon 2016.
- Les IDE industriels devraient ainsi, tripler pour atteindre 1 milliard de dinars par an

(TAP)- Les PME tunisiennes ont beaucoup à gagner en travaillant au sein de réseaux. Cette démarche permet non seulement aux entreprises d’améliorer leur compétitivité et de stimuler leur exportation mais également de transcender le stade de la sous-traitance pour celui du produit fini.

Le réseautage ou networking offre au tissu industriel tunisien l’opportunité de porter ses exportations de 15 milliards de dinars à 30 milliards de dinars, à l’horizon 2016.

Pour ce faire, les actions à mener devraient être axées sur la promotion des secteurs à forte valeur ajoutée (composants automobile, aéronautique, textile haut de gamme, biotechnologie..). L’objectif recherché est de faire passer la part de ces secteurs dans le total des exportations du pays de 25 à 50 pc.

C’est là, la principale conclusion qui s’est dégagée, de la 17ème édition du Forum de l’Association des tunisiens des grandes écoles (ATUGE), organisée, jeudi, à Tunis, sur le “networking, moteur des stratégies gagnantes à l’échelle des pays, des entreprises et des compétences”.

M. Afif Chelbi, ministre de l’Industrie, de l’Energie et des PME, qui intervenait dans le cadre de ce forum, a souligné que l’émergence du networking s’explique par l’enchevêtrement croissant des sphères économiques des pays et des entreprises et le développement des Nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC).

Il a mis l’accent sur l’importance du rôle imparti aux réseaux publics (ambassades, consulats, Centre de promotion des exportations (CEPEX), l’Agence de promotion des investissements extérieurs (FIPA) dans l’attraction des IDE.

Il a évoqué, dans cette perspective, les différents aspects du networking dont le réseautage international pour l’attraction des IDE vers la Tunisie, le réseautage au niveau des PME et le réseautage pour drainer les hauts cadres vers les grandes entreprises tunisiennes.

Le ministre a indiqué que la Tunisie s’emploie actuellement à renforcer la mise en réseau des entreprises en vue de doubler les investissements industriels de 1 à 2 milliards de dinars par an. A cette fin, les IDE industriels devraient ainsi, tripler pour atteindre 1 milliard de dinars par an, a-t-il ajouté.

M. Chelbi a mis l’accent sur l’impératif d’injecter plus de “matière grise” dans les PME tunisiennes, avec pour ultime but d’améliorer leur compétitivité, qualifiant de “très faible” le taux de retour des diplômés des grandes écoles pour travailler en Tunisie.

Ce forum, auquel ont pris part plusieurs universitaires et experts nationaux et internationaux, traitera des thèmes relatifs au travail au sein de “lobbies” ou groupe de pression et au réseautage à l’échelle méditerranéenne.

Cette rencontre a été l’occasion pour bon nombre d’entreprises tunisiennes et étrangères opérant dans les domaines de l’énergie et des engrais, de présenter leurs offres d’emplois au profit des diplômés du supérieur

Desde:Development Export Consulting

Tunisie- Sousse- Tourisme: Progression de 2,5%

Tuesday, July 29th, 2008

La presse- La région de Sousse est dotée d’une importante infrastructure hôtelière où l’on compte dans les trois zones de Sousse-Ville, El Kantaoui et Chott Mériem pas moins de 104 hôtels, dont on recense plus de 52% haut de gamme (4 à 5 étoiles) et pas moins de 30 salles de congrès à capacité totale de 15.000 places réparties sur les divers hôtels et garantissant l’épanouissement du tourisme de congrès.

Des mutations profondes ont été enregistrées dans ce secteur où les hôteliers s’efforcent de multiplier les efforts afin de satisfaire la clientèle en lui offrant une gamme de jeux variés, des spectacles d’animation, ainsi que des manifestations culturelles.

Médinat Ezzahra

Côté statistiques, dans la région de Sousse-Ville, El Kantaoui et Chott-Meriem affiliée au commissariat régional au tourisme de Sousse, on a enregistré au cours de la période allant du 1er au 10 juillet 2008, 371.064 nuitées contre 361.925 nuitées enregistrées au cours de la même période de l’année 2007, soit une progression de 2,5%.
Le secteur touristique dans la région vient d’être renforcé par la création du nouveau centre d’animation à Kalaâ Kébira, baptisé Médinat Ezzahra ouvert en juin 2006 où on organise, chaque semaine, trois spectacles «son et lumière» (lundi, jeudi et samedi à partir de 22h00) pour les touristes de la région.
Ce centre est doté d’un amphithéâtre de 4.000 places, d’une galerie d’exposition, de deux cafés maures et d’un restaurant d’un millier de places.

Les centres d’animation

La région compte au.ssi 4 autres centres d’animation folklorique situés à Balloum, à Kalaâ Kébira, Sidi Bou Ali (baptisé Douar), à Sidi Khélifa, à Enfidha, et à El Kantaoui.

En fait, ces centres sont des espaces de loisirs où se produisent, en cours de semaine, des représentations folkloriques sans oublier les démonstrations de préparation de mets traditionnels et l’organisation d’expositions-ventes de divers produits (poteries, condiments…).

Complexes d’animation

D’autre part, une vingtaine de complexes d’animation et de loisirs ont été implantés tout le long du boulevard du 7-Novembre menant à El Kantaoui afin d’offrir aux touristes des moments de relaxation, des galas musicaux, des spectacles de danse, des jeux divers et la dégustation de divers plats, cafés et gâteaux.

Le centre de karting à Hergla

N’oublions pas aussi le centre de karting à Hergla, baptisé Hergla Parc, ouvert toute la semaine et où on organise des tournois de karting.
Ce centre accueille aussi bien les enfants que les adultes parmi les touristes et les familles tunisiennes pour la pratique de ce jeu.

Des centres de thalassothérapie

Des centres de thalassothérapie de renommée internationale ont été créés depuis longtemps dans quelques hôtels haut de gamme à Sousse-Ville et à El Kantaoui pour les soins et les cures de traitement à base d’eau et de boues marines.

La station balnéaire d’El Kantaoui

A El Kantaoui, la station balnéaire de renommée internationale, les touristes et les visiteurs tunisiens peuvent profiter des aires de jeux, ainsi que des espaces réservés aux jeux de piscine et à la natation.
La station balnéaire est riche en pôles d’attraction (aquascopes, glaciers, restaurants, disco-night, voiliers, terrain de golf, cafés luxueux, hôtels haut standing, excursions maritimes en voiliers…)
Sans oublier l’organisation de régates et de nombreux festivals dont celui d’El Kantaoui, celui de l’Internet…

Desde: Development Export Consulting

Marruecos presenta plan de desarrollo turístico para Alhucemas

Tuesday, July 29th, 2008

La provincia marroquí de Alhucemas ha presentado su plan de desarrollo turístico bautizado “Visión Alhucemas 2015″, cuya concretización necesita un presupuesto estimado de 8,5 mil millones de dirhams (740 millones de euros).

Según informaron fuentes oficiales, la aplicación de esta visión, que creará unos 5.000 empleos directos, permitirá alcanzar una capacidad de acogida de unas 10.000 camas en los hoteles clasificados, 300.000 llegadas turísticas, 1,8 millones de pernoctaciones, con una tasa de ocupación provisional de 50 % y una duración media de estancia de 6 días.

Esta intervención se concentrará esencialmente en la modernización del complejo turístico “Mohamed V Quémado”, por 32 millones de euros, del complejo turístico y residencial “Souani”, (130 millones) y del proyecto “Souanita”, por 41 millones de euros.

Este plan de desarrollo turístico para Alhucemas permitirá también la creación de la nueva zona turística integrada de “Cala Iris” con una capacidad de acogida de 11.184 camas, incluidas 4.050 hoteleras y 3.074 residenciales turísticas con especialmente un golf, una escuela hotelera, un centro de comercio y una clínica.

También se procederá a la creación de una zona turística integrada del “plan Biladi”, dedicado principalmente a la clientela marroquí con un programa provisional que comprende 700 camas bajo forma de residencia hotelera, 450 camas residenciales de gestión hotelera, 400 sitios de camping y 600 camas inmobiliarias.

De cara a 2015, esta estrategia concernirá también el desarrollo del “País de acogida turística” de Alhucemas, que se inscribe en el marco de los esfuerzos de diversificación del producto turístico y de la valorización del patrimonio natural, cultural y social local.

Con la intención de ofrecer a los habitantes y visitantes un ambiente seguro y armonioso, se había lanzado un programa para la modernización urbana de Alhucemas con la ordenación de las cornisas “Quémado II” y “Sabadéa” y de las plazas Mohamed VI en Alhucemas y en Targuist, entre otras.

Finalmente, y para acompañar la evolución sustancial de la capacidad turística esperada en este destino, la “Visión 2015″ prevé la aplicación de un plan de acción relativo al nivel de formación, a través de una gestión anticipada y provisional de las necesidades de empleo en hostelería y de los servicios vinculados.

Desde Afrol News

Tunisia foreign reserves at $8.89 billion

Tuesday, July 29th, 2008

Mon 28 Jul 2008, 13:42 GMT

[-] Text [+] TUNIS (Reuters) - Tunisia’s foreign currency reserves rose 16.5 percent to 10.4 billion Tunisian dinars on July 24 from a year ago, official data showed on Monday.

The rise stemmed from a 7.5 percent growth in tourism revenue and a 10.6 percent increase in remittances from Tunisian expatriates, according to the Central Bank’s figures.

However, the North African country’s import cover shrank to 136 days from 145 days in the previous year due to soaring commodity prices on world markets.

Desde: Reuters

Le libanais Banque Audi arrange un prêt pour Lafarge en Syrie

Tuesday, July 29th, 2008

DAMAS (Reuters) - L’établissement libanais Banque Audi a arrangé un prêt de 380 millions de dollars (240 millions d’euros) pour le groupe Lafarge afin de financer une nouvelle cimenterie en Syrie, un pays confronté à une pénurie chronique en matériaux de construction.

Un dirigeant de la banque libanaise, Bassel Hamwi, a précisé à Reuters que le prêt, d’une durée de 18 mois, serait émis par un consortium composé en majeure partie de banques arabes et conduit par la Banque Audi.

“Il s’agit d’un crédit relais qui permettra de structurer le financement du projet sur le plus long terme. La demande en ciment dépasse l’offre en Syrie et Lafarge compte des partenaires locaux compétents”, a-t-il ajouté.

Le prêt, dont Hamwi a refusé de révéler le taux d’intérêt, couvrira 60% du coût de la cimenterie. Le nouveau site, dont la capacité de production annuelle devrait être de 2,9 millions de tonnes, sera détenu à 80% par Lafarge. Le solde de la cimenterie, qui doit entrer en activité en 2010, appartiendra au groupe syrien Tlas, dirigé par le fils d’un ancien ministre de la Défense du pays.

Khaled Yacoub Oweis, version française Gilles Guillaume

Desde: La tribune

Actualité Maroc : Maroc : Hausse du nombre des entreprises créées à fin mai 2008

Tuesday, July 29th, 2008

L’Office marocain de la propriété industrielle et commerciale (OMPIC) a recensé 11 395 nouvelles entreprises créées durant les cinq premiers mois de l’année, contre 10 790 durant la même période de 2007.

Selon le dernier rapport d’activité de l’OMPIC, ce résultat est dû principalement à l’importance des créations des sociétés à responsabilité limitée (SARL), qui se sont élevées à fin mai dernier à 11 078, en hausse de 6% par rapport au niveau enregistré une année auparavant.

Par ailleurs, la répartition régionale des créations des personnes morales immatriculées au registre central de commerce montre la concentration des sociétés dans la région du Grand- Casablanca avec une part de 36%, qui arrive en tête, suivie de Souss-Massa-Draa avec 13%, Marrakech-Tensift-Al Haouz avec 11% et Rabat-Salé-Zemmour-Zair avec 9%.

Il ressort des statistiques de l’OMPIC que le 1er semestre 2008 a connu des hausses au niveau des certificats négatifs délivrés par l’Office (+6%), des demandes de brevets d’inventions (+24%), des marques de fabrique ou de commerce (+3%) et des dessins et modèles industriels (+9%).

Xinhua
Desde: Casafree

Saipem wins 2.8 billion euro contract in Algeria entering the LNG sector

Tuesday, July 29th, 2008

édité le 28/07/2008
Saipem has been awarded a new onshore contract in Algeria worth approximately € 2.8 billion.

The Algerian oil company Sonatrach has awarded Saipem/Snamprogetti, in a joint venture with Chiyoda, the lump sum turn key contract for the new Arzew LNG Train (GL3Z) project. The contract encompasses the EPC (engineering, procurement and construction) of a single-train gas liquefaction (LNG) plant, with a capacity of 4.7 million tonnes of LNG per annum, to be constructed near the Algerian city of Arzew, about 400 kilometres west of Algiers.

This is the first time that Saipem has been named as the main contractor of a large gas liquefaction (LNG) plant, asserting its reputation as an integrated player, capable of managing large and complex turnkey projects in the high tech market of the LNG sector.

The works for the new Arzew LNG Train (GL3Z) will be completed by the end of 2012.

Desde: Europétrole

Jordan seeks funds for rail link to oil

Tuesday, July 29th, 2008

Sun, 27 Jul 2008 22:59:24

Jordan says it needs foreign capital to launch a six-billion-dollar regional rail project, which will enable it to import oil from Iraq.

Stretching through the capital and the industrial city of Zarqa, the 1,000-kilometer rail line will connect Jordan’s southern port of Aqaba, which lies on the shores of the Red Sea with Syria, the country’s ministry of transport announced on Sunday.

The rail will also link Iraq and Saudi Arabia with the city of Irbid in northern part of Jordan.

Amman plans to use the railway to import oil from Iraq, instead of investing in a 260 million dollar pipeline venture, it discussed with Iraq last year.

According to the ministry’s report, the Jordanian government hopes to get the necessary funds to build the railway by 2013, at the very most, as delays would undermine the feasibility of the project.

“Lack of funds is the only problem facing the project, which should be completed by 2013, and any delay would increase the costs,” the report said, according to the official Petra news agency.

Desde: Press TV

Algérie : les importations de produits alimentaires et de médicaments en forte hausse

Tuesday, July 29th, 2008

Par ali idir le 28/07/2008 à 16:55

Au premier trimestre de l’année 2008, la facture d’importation des produis alimentaires et de médicaments a fortement augmenté pour atteindre 2,63 milliards de dollars contre 2,09 milliards durant la même période de 2007, selon des chiffres fournis aujourd’hui par le Centre national de l’informatique et des statistiques (CNIS).

Les importations de céréales, semoules et farines ont augmenté d’un milliard de dollars par rapport au premier semestre 2007 pour atteindre 1,90 milliards de dollars. Les achats de médicaments ont également connu une hausse, passant de 683,5 millions de dollars durant les six premiers mois de 2007 à 774,79 millions pour la même période de 2008, a ajouté le Cnis.

L’importation de lait et de produits laitiers a connu aussi une augmentation de près de 150 millions de dollars durant le 1er semestre 2008 par rapport à la même période de 2007. L’Algérie a importé pour 740,77 millions de dollars de lait et de produits laitiers au premier semestre 2008 contre 499,24 millions durant la même période de 2007.

Les importations globales de l’Algérie ont atteint 17,91 milliards de dollars durant le 1er semestre 2008, en hausse de 37,70% par rapport à la même période de 2007, selon la même source.

Desde: Tour sur l’Algerie

Plus chère la vie en Algérie

Tuesday, July 29th, 2008

29-07-2008
Par Ghada Hamrouche

La vie est de plus en plus chère pour les Algériens. C’est le constat de l’Office national des statistiques (ONS). Dans son rapport évaluant le rythme d’inflation au premier semestre de 2008, il affirme que ledit taux a atteint les 4,9%, un chiffre avoisinant celui publié par le Fonds monétaire international qui le situait à 4,5.
Selon l’analyse de l’ONS, cette variation de l’évolution du marché algérien trouve son explication dans l’augmentation substantielle des prix des produits de consommation, qui atteint les 9,2% pour les produits alimentaires, 14,5% pour les produits alimentaires industriels et 4,5% pour les produits agricoles frais.
Quant aux prix des produits manufacturés et des services, ils ont progressé chacun de 0,90% pendant la période de référence, soit les six premiers mois de l’année en cours, selon les statistiques de l’ONS publiées hier par l’APS. Une étude comparative entre le premier semestre 2008 et celui de l’année 2007, situe le rythme d’évolution de l’inflation autour de 2,5%, relève l’office.
Toutefois, l’ONS explique cette progression de l’inflation en Algérie par l’évolution des prix des matières premières sur les marchés internationaux.
L’envolée des cours des matières premières serait la cause principale des différentes augmentations sur le marché algérien. Les mêmes analystes font valoir des hausses qui ont touché essentiellement les prix des huiles et graisses. Une évolution qui a atteint 44,8%.
Quant à la hausse ayant touché le café, le thé et les infusions, elle se situe autour de 29,2%, celle des fruits 17,9%, celle des poissons frais 17,5%, celle du lait, fromage et dérivés 9,8%, celle du pain et céréales 9% et celle de la volaille, du lapin et des œufs autour de 7,7%. La hausse des prix ne concerne pas uniquement les produits frais de cette filiale.
Elle s’étend aux viandes et poissons en conserve (1,9%), à la viande et aux abats de mouton (1,8%) et aux boissons non alcoolisées (0,10%).
A l’exception du prix de la pomme de terre qui a accusé une baisse de 9,10%, ceux du sucre et des produits sucrés (-6,70%) et à un degré moindre ceux de la viande et des abats de bœuf (0,40%), tous les produits du groupe alimentation s’étaient inscrits en hausse.
Le taux d’inflation aurait été beaucoup plus important si le mois de juin n’avait pas été plus clément que ses prédécesseurs. L’abondance des produits agricoles frais a endigué la flambée vertigineuse des prix.
Ainsi, le taux d’inflation a connu une baisse de 2,1% au mois de juin 2008 par rapport au mois précédent, contre une hausse de 1,6% durant la même période de l’année 2007, selon les chiffres de l’ONS.
Cette tendance, qui intervient après une augmentation de près de 0,9% relevée en mai 2008, est le fait des produits alimentaires qui ont baissé de 4,2%, résultat d’une chute de 8,4% des prix des produits agricoles frais.
Des baisses tangibles caractérisent certains produits, notamment les légumes dont les prix ont baissé de 25% et la pomme de terre avec une baisse de 15,6%. Pour rappel, le rythme annuel d’inflation est passé de 2,5% en 2006 à 3,5% en 2007, pour atteindre les 4,9% au premier semestre de cette année.
Desde: La Tribune

Pour la promotion de la destination Algérie

Tuesday, July 29th, 2008

Par Samir Azzoug

M. Cherif Rahmani a procédé hier matin à la signature d’une convention de partenariat entre le ministère de l’Aménagement du territoire, de l’Environnement et du Tourisme (Matet) et Wataniya Télécom Algérie (Nedjma) au siège du ministère. Ce contrat, le premier en son genre pour un opérateur de téléphonie mobile en Algérie, vise à promouvoir la destination touristique algérienne et le lancement d’actions de sensibilisation en faveur de la protection de l’environnement. «Cette opération entre dans le cadre de l’innovation dans les institutions du tourisme et de l’environnement», explique le ministre. Après de longs mois de travail, la convention d’une valeur de 2 millions d’euros porte sur trois volets distincts.
Le premier objectif inscrit est le lancement d’opérations de sensibilisation pour la protection de l’environnement et la relance touristique. En partenariat avec le Matet, l’opérateur de téléphonie mobile accompagnera les comités de wilaya chargés du tourisme pour entreprendre des actions en faveur de l’environnement et de tourisme. Une caravane sillonnera de la fin juillet en cours à septembre prochain, 14 plages à travers autant de wilayas pour sensibiliser les citoyens à l’hygiène et la salubrité des plages en plus de l’organisation d’animations musicales.
Autre volet de la convention, Nedjma assurera le financement d’un film documentaire sur le tourisme algérien et particulièrement le tourisme saharien. Constatant que «l’image véhiculée par les médias représente 50% de la politique touristique», M. Cherif Rahmani annonce que «Wataniya Télécom Algérie va produire un guide touristique sous forme de spot qui sera diffusé sur les chaînes télévisuelles nationales dans un premier temps et étrangères ensuite». Si aucune information sur la boîte de production chargée de la réalisation du film ou les sites choisis n’est encore disponible, un responsable de Nedjma explique que l’entreprise va soumettre au ministère une liste des boîtes avec lesquelles elle à l’habitude de travailler. «A lui [Matet] de choisir l’entreprise de réalisation et les sites ciblés.» Le dernier volet de l’accord porte sur l’aménagement de 8 «clubs verts» appelés «Maison Dounia» à travers le territoire national. Nedjma contribuera à la fourniture d’équipements informatiques mis à la disposition des citoyens.
Au titre de cette convention qui serait d’une enveloppe de 2 millions d’euros, «Wataniya Télécom Algérie bénéficiera à titre particulier des structures touristiques sous la tutelle du Matet pour la promotion de ses produits et services ainsi que la mise en valeur de la marque dans chacune des campagnes promotionnelles initiées par le ministère», informe M. Joseph Ged, DG de Wataniya. Par ailleurs, la même entreprise à travers une convention avec la Fondation Déserts du Monde envisage d’entreprendre des opérations en faveur des enfants du Sahara. Des jeux éducatifs, des PC (ordinateurs) pour les écoles seront probablement mis à la disposition de ces enfants.
En marge de la cérémonie de signature de la convention, M. Rahmani a tenu à présenter à l’assistance l’équipe en charge de la réalisation du parc Dounia qualifié de plus grand parc du monde par le ministre et de plus grand investissement direct étranger (IDE)/ 5,5 milliards de dollars.
Desde: La Tribune

Tunisie : Forum de l’ATUGE : Le Networking pour plus des IDE

Tuesday, July 29th, 2008

L’ATUGE a organisé, récemment à la cité des sciences, sa 17ème édition du Forum de l’Association des tunisiens des grandes écoles (ATUGE), sur le “networking, moteur des stratégies gagnantes à l’échelle des pays, des entreprises et des compétences”.

Ce forum a été ouvert par M. Afif CHELBI, ministre de l’énergie et des PME, en présence de plusieurs universitaires et experts nationaux et internationaux, qui ont pris part à cette manifestation. De ce fait, plusieurs thèmes ont été traités et qui sont relatifs, notamment, au travail au sein de “lobbies” ou groupe de pression et au réseautage à l’échelle méditerranéenne.

M. Afif Chelbi, ancien atugéen, a affirmé que l’émergence du Networking est le résultat d’une croissance accrue des économies des pays ainsi que ses entreprises qui ont connu un développement énorme des Nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC).

Le ministre a insisté sur le rôle joué par ces technologies pour attirer plus des IDE notamment à travers les réseaux publics à savoir les ambassades, les consulats, ainsi que le Centre de promotion des exportations (CEPEX) et l’Agence de promotion des investissements extérieurs (FIPA).

De ce fait, pour attirer plus des IDE, la Tunisie compte sur networking et le réseautage au niveau des PME. D’ailleurs, notre pays vise à renforcer le réseau des entreprises actuel afin de doubler les investissements industriels de 1 à 2 milliards par an.

M. Chelbi, à cette occasion, a mis l’accent sur la nécessité de diriger les PME tunisiennes par des compétences tunisiennes, notamment, par ceux qui ont subissent leurs études dans des grandes écoles et dont le taux de leur retour pour travailler en Tunisie ne dépasse pas même le 1%.

De la sorte, un Networking permettra d’améliorer et d’assurer plusieurs opportunités des exportations qui peuvent dépasser les 15 milliards de dinars à 30 milliards de dinars des exportations prévues, à l’horizon 2016.

A noter lors de cette rencontre, plusieurs entreprises tunisiennes et étrangères opérant dans les domaines de l’énergie et des engrais, ont présenté leurs offres d’emplois au profit des diplômés du supérieur. Ces entreprises ont rencontré des atugéens de passage en Tunisie, des atugéens (confirmés) qui exercent déjà en Tunisie et aussi des différents profils non atugéens qui viennent annuellement au forum.

Desde Tunisie Affaire

Maroc : la croissance sera peu ralentie par la crise mondiale

Tuesday, July 29th, 2008

Le boom économique que connaît le Maroc sera à peine affecté par le ralentissement économique mondial, a pronostiqué lundi à Madrid le ministre marocain de l’Economie et des Finances Salaheddine Mezouar.
“Notre croissance est surtout liée à la demande interne” qui devrait continuer à alimenter la forte croissance du PIB marocain avec une moyenne supérieure à 6% par an pour les quatre ans à venir, a expliqué le ministre.
“Ce qui se passe à l’international va affecter le rythme des exportations et toucher un peu la croissance que nous avons revue, du coup, un peu à la baisse pour 2009 à 6% contre 6,5% prévus avant” a ajouté M. Mezouar.
La croissance du PIB marocain est prévue à 6,8% pour 2008, 6% en 2009, 6,2% en 2010, 6,4% en 2011 et 6,6% en 2012, selon les chiffres fournis par le ministre qui s’exprimait lors d’une rencontre avec des responsables politiques et économiques espagnols.
Sur cette même période de cinq ans, le revenu par habitant au Maroc doit progresser en moyenne de 7% par an, pour passer de 2.650 dollars en 2007 à 4.150 dollars en 2012.
Les comptes publics marocains affichent parallèlement une relative bonne santé, avec un déficit “contrôlé sous les 3% du PIB”, une dette en réduction tandis que l’inflation s’affiche à un taux bas de +2,8% (en juin sur un an), s’est encore félicité le ministre.
“Les réformes de structure” passées avec d’importantes privatisations “portent leurs fruits” et “l’économie marocaine entame maintenant un nouvelle étape de consolidation”, même s’il demeure des points de fragilité comme le niveau bas de productivité ou l’accroissement du déficit commercial, a encore commenté le ministre.

Desde Les Echos

. 2009 Medical Weblog adult downloads