Blog económico

Archive for the ‘Magreb’ Category

Maghreb • Prévisions économiques positives pour 2009

Monday, March 30th, 2009

Au Maghreb, l’Algérie devrait parvenir à limiter l’impact de la crise économique mondiale, c’est en tout cas ce qu’estime la Banque Mondiale. Pour l’institution, l’Algérie dispose d’un avantage de taille avec ses importantes réserves de change. Et les perspectives pour 2009 sont encourageantes aussi pour le Maroc et la Tunisie.
Les pays du Maghreb (Algérie, Maroc et Tunisie) verront une croissance qui s’échelonnera entre 4,3 % et 4,5 % , quant aux pays producteurs de pétrole du Golf, on prévoit une croissance qui ira de 4 % à 5 %. Cela peut tout simplement s’expliquer par le fait que dans les pays du Maghreb il y a des capacités très importantes de réaction à la crise.
D’une part, il y a ceux qui vont bénéficier d’un recentrage de capitaux arabes sur les pays arabes, et cela à cause notamment des pertes qui ont été occasionnées par certains placements aux Etats-Unis, recentrage de capitaux donc sur des pays tels que le Liban, la Jordanie, la Tunisie, le Maroc et l’Egypte peut-être. Et d’autre part, il y tous ceux qui ont réserves énormes de change, c’est-à-dire les producteurs de pétrole et de gaz, à l’instar du plan de relance e l’Algérie, plan quinquennal dont il vient d’être réaffirmé il y a quelques jours qu’il devrait bel et bien porté sur 150 milliards de dollars d’ici 2014. Et enfin vient ceux qui irriguent leurs économies par de nouveaux crédits, là c’est le cas du Maroc ; grâce à une politique de la banque centrale qui vient d’ailleurs de réduire les taux des réserves obligatoires qui devraient permettre aux banques de prêter plus, et donc bien sur de soutenir l’activité à l’intérieur du Maroc.

Desde Maghreb Info

Perspectives et développements économiques 2008 dans la région MENA : l’intégration régionale pour une compétitivité mondiale

Monday, June 30th, 2008

La croissance de la production a atteint 5,7 % dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) en 2007, marquant la cinquième année consécutive d’une croissance moyenne supérieure à 5 %. Si ce résultat est remarquable par rapport aux performances du passé, il reste inférieur à la croissance enregistrée dans la plupart des autres pays en voie de développement.

Pour garder sa place dans un environnement mondial de plus en plus concurrentiel, la région doit poursuivre des réformes structurelles touchant des domaines tels que le climat des affaires, la politique commerciale et la gouvernance.

L’accent thématique du rapport de cette année est l’intégration intra-régionale. Celle-ci est considérée non seulement comme un ensemble d’accords commerciaux préférentiels, mais aussi comme un moyen d’encourager le flux de la main-d’œuvre, des capitaux et des investissements.

Le rapport recommande l’adoption d’un paradigme de régionalisme ouvert dans lequel les préférences régionales constitueraient le point de départ pour une intégration plus poussée à l’économie mondiale.

Ce rapport est le quatrième d’une série d’exposés annuels sur cette région. Comme ses prédécesseurs, « Développements économiques et prospects pour le MENA, 2008 » rend compte des principaux développements macroéconomiques du point de vue régional ainsi que des progrès enregistrés dans les réformes structurelles. L’objectif est de mettre en lumière les forces qui déterminent les résultats économiques dans la région et de souligner les principaux facteurs ayant une incidence sur les perspectives decroissance.

Cette année, le chapitre thématique met l’accent sur l’intégration régionale dans une optique plus large qui s’étend aux échanges de biens et de services, à la main d’œuvre, aux capitaux et aux infrastructures. Tout comme pour les publications des années précédentes, nous espérons que ce rapport sensibilisera encore le public aux progrès, aux perspectives et aux difficultés de la région.

Desde Worldbank

Fondo inversor tunecino dedicará 125 millones euros a empresas del Magreb

Tuesday, June 10th, 2008

El fondo de inversiones compuesto por capitales tunecinos Tuninvest anunció hoy que destinará 125 millones de euros durante los próximos diez años a una serie de proyectos económicos en los países del Magreb.

En un comunicado, este organismo financiero informa de que las inversiones corresponderán a empresas de Túnez, Libia, Marruecos y Argelia, y añade que se trata de complementar la acción que realiza el Banco Africano de Inversiones (BAI), cuya sede central se encuentra provisionalmente en la capital tunecina.

Los principales sectores económicos seleccionados por el fondo tunecino son transporte, telecomunicaciones, industrias agrícolas, productos farmacéuticos y servicios financieros.

El fondo fue creado en 1994 y en Oriente Medio trabaja en cooperación con la compañía de inversiones de Abu Dhabi.

Desde EFE

Marruecos informa favorablemente del parque industrial que impulsan empresas granadinas

Sunday, May 11th, 2008

El proyecto empresarial granadino por el que 65 empresas locales pretenden ejecutar un macropolígono industrial en el sur de Marruecos, más concretamente en el municipio de Tamadrost (región de Chaouia-Ouardigha a que pertenece Casablanca), recibió días atrás el espaldarazo que necesitaba y que no es otro que los informes favorables tanto del gobierno regional de la zona como de la comisión interministerial que encabeza el Departamento de Industria. Ambas decisiones preliminares abren el camino de esta iniciativa, que pretende dotar a la mencionada región marroquí de una ‘ciudad’ industrial, tecnológica y residencial, completamente integrada y desde la cual las empresas granadinas abastecerán con sus productos a varios países del área del Magreb.

El grupo empresarial granadino ha adoptado la denominación de Ditema Maroc, con sede en Casablanca. En el mismo se integran las empresas que lideran el proyecto industrial y que han recibido recientemente una comunicación por la que el gobernador de la mencionada región -Abdechakour Rais- les comunicaba la ‘luz verde’ al proyecto y anunciaba la constitución de un comité de pilotaje que sugiere algunos cambios técnicos que enriquezcan el mismo.

Convenio de inversión

Los responsables políticos marroquíes también dan a conocer que la mencionada comisión interministerial prepara ya un convenio de inversión, que firmará el Reino de Marruecos y el grupo Ditema, por el que se precisarán los compromisos de ambas partes. Este convenio exige que los empresarios granadinos presenten a las autoridades marroquíes un plan de negocio para que pueda ser firmado el citado convenio de inversión.

Y lo que es más importante, el propio gobernador de la región donde se enclavará la ‘ciudad’ industrial reconoce la importancia que tiene el proyecto no sólo sobre el desarrollo socio-económico de la provincia de Settat sino de cara a reforzar la colaboración hispano-marroquí. «No puedo sino reiterarle el total apoyo de los diferentes intervinientes de la región a este proyecto, que deseamos ver concreado en las mejores condiciones y plazos posibles», asegura el gobernador marroquí en la misiva enviada al presidente del grupo Ditema Marruecos, el empresario granadino Ramón Arenas quien ya dedica gran parte de su tiempo a hacer avanzar esta apuesta empresarial.

Viaje y asamblea

A partir de este momento, el calendario se aprieta extraordinariamente para el grupo empresarial granadino. Ramón Arenas confirma a este periódico que la semana entrante, una delegación volverá a viajar a Marruecos para entregar a las autoridades del país vecino el plan de negocio que éstas reclaman. Un viaje que prácticamente coincidirá en el tiempo con la asamblea general de socios de Ditema, que tendrá lugar el jueves y en cuyo orden del día figura una importante ampliación de capital así como la entrada de nuevos socios. «De las 82 empresas que se llegaron a vincular a este proyecto (de Marruecos), quedamos 65 pero tenemos una lista de espera de medio centenar que quieren integrarse, incluidas algunas multinacionales francesas y norteamericanas que no puedo desvelar», agrega Arenas. Incluso Ditema conoce el interés de un potente grupo inversor por participar en el proyecto.

El calendario de Ditema Marruecos se cerrará entre el 24 y el 27 de junio próximos, fechas en la que de nuevo otra expedición empresarial granadina partirá a Marruecos para firmar con todos los ministerios implicados y con el gobierno regional el contrato definitivo que abrirá las puertas a la ejecución material del macropolígono industrial.

Terrenos

El complejo de ciudad industrial, tecnológica y residencial precisará de algo más de cuatro millones de metros cuadrados de superficie, lo que convertirá a este recinto en el de mayor tamaño de todo el país vecino. Arenas afirma que la negociación de la compra de estos terrenos va «por buen camino» y puede firmarse en la misma expedición de junio a un precio de coste medio de entre 2,5 y 3 euros por metro cuadrado. El monto total se elevará de 10 a 12 millones de euros

La ubicación de los terrenos es la idónea para los empresarios. Están situados a 60 kilómetros de Casablanca, en las inmediaciones de la autopista Casablanca-Marrakech y del eje ferroviario Casablanca-Oued Zem.

Desde MIGUEL ALLENDE

Rabat dice que hay obstáculos político-psicológico para una relación normal con Argel

Wednesday, April 16th, 2008

El ministro marroquí de Asuntos Exteriores y de Cooperación, Taib Fasi Fihri, afirmó que el deshielo de las relaciones entre Marruecos y Argelia depende de la desaparición de obstáculos ‘políticos y psicológicos’ puestos por los dirigentes argelinos.

Rabat dice que hay obstáculos político-psicológico
‘No existe, por el momento, ningún horizonte de normalización de las relaciones entre Marruecos y Argelia’, reveló al ministro en una reunión anoche de la comisión de Asuntos Exteriores, Fronteras, Zonas Ocupadas y Defensa Nacional, en la Cámara de Consejeros (segunda cámara), según informó hoy la agencia MAP.

Fihri dijo además que ‘Argelia no puede dar lecciones a Marruecos en el asunto de reapertura de las fronteras terrestres y a la normalización de las relaciones entre los dos países’.

Destacó ‘las contradicciones en la posición de Argelia, que pretende apoyar el proceso de edificación de la Unión del Magreb Árabe y velar por la intensificación de los intercambios comerciales y a la libre circulación de personas entre los países de la región, y al mismo tiempo rechaza todas las iniciativas marroquíes para la apertura de las fronteras’

Las fronteras terrestres entre Marruecos y Argelia han permanecido cerradas durante 14 años y Marruecos pidió oficialmente a Argelia el pasado mes de marzo su reapertura.

Las autoridades argelinas reprochan a los marroquíes no vigilar su lado fronterizo, dejando así el campo libre a cualquier forma de contrabando y de tráfico relacionado con las armas y la droga.

Las fronteras se cerraron en el mes de agosto de 1994 por decisión argelina, después que las autoridades marroquíes exigieron el visado de estancia a cualquier argelino que quisiera visitar el reino magrebí.

En aquellos días, el Gobierno marroquí acusó a los servicios secretos argelinos de estar implicados en un atentado cometido ese mes de agosto contra un hotel en Marraquech en el que murieron dos turistas españoles en el verano de aquel año e impuso la obligación de una autorización a los argelinos que quisieran viajar a Marruecos.

Durante el mes de julio de 2004 Marruecos decidió de manera unilateral suprimir esta medida, y Argelia suprimió por su parte la obligatoriedad de visado en marzo del año siguiente, pero las fronteras se mantuvieron cerradas.

Desde EFE

Une ‘OPEP’ du phosphate contrôlée par la Tunisie, Le Maroc et L’algérie!

Tuesday, April 15th, 2008

Les territoires de la Tunisie, du Maroc et de l’Algérie sont une mine de phosphate aussi énorme qu’elle puisse faire du Maghreb le premier producteur du monde de ce produit. Mais pas seulement! Les pays du Maghreb, avec plus de 50% de la production mondiale, peuvent contrôler naturellement les prix et l’offre de cette matière et de ses dérivés.

Une “OPEP” du phosphate contrôlée par les Maghrébins! C’est de l’”or-phate” qu’est cette richesse dans le sous-sol maghrébin pourvu que les pays du Maghreb s’unissent, ou du moins, créer dès à présent, le “Maghreb du phosphate”.

Le Maroc, premier exportateur mondial du phosphate

On sait déjà que le Maroc et la Tunisie produisent pour plus de 25% du phosphate à l’échelle planétaire et que le Maroc est le premier exportateur du Monde.

Le Maroc a aussi de l’expérience hautement acquise dans la recherche, l’exploitation, le transport et le traitement de ce minerai. Ce capital expérience et les moyens financiers des autres pays tel que l’Algérie et la Libye, peuvent et doivent aller ensemble pour le bien des peuples du Maghreb.

Voici aussi l’Algérie, qui, il y a peu de temps, était presque inconnue dans les Phosphates, ambitionne dans un proche avenir, de compter parmi les grands producteurs mondiaux.

L’Algérie troisième producteur du monde du phosphate en 2020!?

Selon les estimations officielles, à partir de 2020, l’Algérie passera à un niveau de production avoisinant les 30 millions de tonnes de phosphate par an, et engrangera des recettes en devises situées entre sept à huit milliards de dollars par an.” C’est ce qui relève le Cabinet d’intelligence économique londonien, Oxford Business Group, dans sa dernière lettre publiée le deux janvier dernier, consacrée à la production du phosphate en Algérie. Oxford Business Group souligne que l’Algérie vient de lancer un projet de grande envergure visant à faire du pays un des principaux producteurs de phosphate au monde. À terme, le projet permettra la création de 50 000 postes et rapportera des milliards de dollars en termes d’exportation. Le cabinet d’intelligence économique londonien souligne que le ministre de l’Énergie et des Mines, Chakib Khelil, s’est félicité du niveau de production réalisé l’année dernière, à hauteur de 1,5 million de tonnes, soit plus du double en l’espace de six années. L’envolée du prix des minerais pousse l’Algérie à optimiser ses richesses naturelles.

Dans le cadre du projet, Ferphos, principale société de minerais de fer et de phosphate, verra ses capacités de production et de transformation augmenter sensiblement. Le projet, soutenu par le ministère de l’Énergie et des Mines ainsi que le ministère de l’Industrie et de la Promotion de l’investissement, entend hisser l’Algérie au troisième rang mondial des producteurs de phosphate à l’horizon 2020, derrière les États-Unis et la Chine.

Source: Tunisieaffaire.com
Desde Yawatani

Le Maroc mieux placé dans le monde en terme de recettes touristiques

Wednesday, April 9th, 2008

En 2005, des recettes de l’ordre de 4,6 milliards de dollars
Bonne nouvelle pour le Maroc. Un nouveau rapport de la Commission Economique pour l’Afrique souligne que le Royaume figure parmi les 50 destinations les mieux placées en termes de recettes touristiques dans le monde.
Elaboré par la Commission Economique pour l’Afrique (CEA) relevant de l’ONU, le Rapport économique sur l’Afrique 2008 fait ressortir que le Maroc est parmi les quatre principales destinations africaines ayant enregistré un nombre élevé d’arrivées touristiques avec 5,8 millions de touristes en 2005, juste derrière l’Egypte (8,2 millions d’entrées), l’Afrique du Sud (7,5 millions), et la Tunisie (6,3 millions d’entrées).

Le Royaume est également classé parmi les pays africains qui ont obtenu les meilleures recettes touristiques en 2005 avec 4,6 milliards de dollars (1dollar US=7,36 dh), derrière l’Afrique du sud (7,3 milliards de dollars), l’Egypte (6,8 milliards de dollars) et devant la Tunisie (2,06 milliards de dollars), souligne ce document, présenté, mardi, lors de la conférence des ministres africains des Finances, de la Planification et du Développement économique, tenue à Addis-Abeba, la capitale éthiopienne, du 31 mars au 2 avril.

Selon ce document intitulé « L’Afrique et le Consensus de Monterrey : performances et progrès du continent », un total de 802 millions de touristes ont voyagé dans le monde en 2005 générant ainsi environ 678 milliards de dollars. En termes de recettes, la part du continent africain représentait 21,6 milliards de dollars.

Le rapport souligne, en outre, qu’en dépit de l’importance croissante que revêt le tourisme en tant que source de devises pour les pays africains, ce secteur reste insuffisamment développé, principalement en raison de l’insuffisance des infrastructures touristiques, du manque d’information et de promotion concernant les sites susceptibles d’attirer des visiteurs, des formalités trop strictes en matière de visas d’entrée, des taxes d’aéroport élevées, du manque de compétence des organisateurs touristiques locaux et des risques sanitaires élevés.

De même, l’instabilité politique et sociale a également un effet dissuasif majeur sur le tourisme dans certains pays africains. De plus, l’insuffisance des lignes aériennes entre l’Afrique et le reste du monde, et entre les pays africains eux-mêmes ainsi que le manque de tarifs promotionnels de la part des compagnies aériennes, constituent un handicap sérieux pour le tourisme, fait observer le rapport.

Par ailleurs, le rapport économique sur l’Afrique 2008 fait ressortir un léger fléchissement en 2007 du taux de croissance dans la région de l’Afrique du nord en se situant ainsi à 5,9 % contre 6,1 une année auparavant. « Bien que la croissance ait connu un léger recul en Afrique du Nord, elle était supérieure aux chiffres de 2006 obtenus dans toutes les autres régions du continent africain, ce qui indique qu’elle est largement répartie », souligne le rapport.

Comme les années précédentes, la croissance est restée forte dans cette région grâce à l’accroissement de la production de pétrole et de gaz et aux cours élevés du pétrole, relève le rapport, ajoutant que d’autres facteurs ont stimulé la croissance, tels que l’augmentation des flux d’investissements étrangers directs (notamment vers le Soudan) et de l’investissement public (en Algérie et en Libye).

En 2007, c’est le Soudan qui a enregistré le plus fort taux de croissance (11 %), suivi par l’Egypte (7 %) et la Tunisie (6 %), fait savoir le document, précisant que la croissance économique en Egypte a été soutenue par les réformes économiques qui ont stimulé l’investissement intérieur et par la reprise de l’activité du secteur du tourisme, tandis qu’en Tunisie, elle a été favorisée par l’expansion de l’industrie et du secteur des services, ce qui a contribué à accélérer la diversification économique.

Au Maroc, la croissance du PIB réel a connu un net recul passant de 7,9 % en 2006 à 3 % en 2007, en raison des conditions météorologiques défavorables et à la baisse de la production agricole, note le rapport.

En Mauritanie, la croissance du PIB réel est passée de 11,4 % en 2006 à 1% en 2007, en raison de la diminution de la production pétrolière due à des problèmes techniques sur le gisement de Chinguetti.

Concernant les autres sous-régions de l’Afrique, le rapport note que la région de l’Afrique de l’Est, qui ne dispose pas de ressources pétrolières et dont les exportations de minéraux sont limitées, a continué d’enregistrer les meilleurs résultats économiques en Afrique, tandis que la région de l’Afrique centrale occupait la dernière place parmi les différentes régions.

En Afrique du Sud, la croissance économique est restée vigoureuse (4,8%), grâce à l’expansion du secteur de la construction et du secteur minier et à l’accroissement des investissements dans le secteur des entreprises. En raison de l’instabilité politique au Zimbabwe ainsi que de l’incidence de la sécheresse et de la baisse de production dans l’industrie textile au Swaziland, ces deux pays continuent d’enregistrer les résultats les moins bons parmi les pays d’Afrique australe, précise la même source.

Pour ce qui est de l’Afrique centrale, elle a affiché une hausse de son taux de croissance du PIB réel passant de 2 % en 2006 à 4,5 % en 2007, font observer les auteurs du rapport.

Desde L’opinion

Patronal Magrebí apela a reactivar el proceso euromediterráneo de Barcelona

Thursday, April 3rd, 2008

La Central Patronal del Magreb (CPM) apeló hoy desde Túnez a la reactivación del proceso de cooperación euromediterranea lanzado en Barcelona en 1995, señalando que ello es una “imperiosa necesidad” de las economías magrebíes.

El presidente de esta organización, Hedi Yilani, indicó que, aunque los resultado de ese proceso no han sido todo lo esperanzadores que se esperaba, el mismo es un instrumento válido que no tiene sustituto.

El empresario tunecino manifestó al respecto que habrá que esperar la creación del proyecto francés de Unión para el Mediterráneo, para conocer su dimensión y efectos benéficos en los países de la ribera sur.

“La Unión Europea puede abrir perspectivas más prometedoras a nuestras empresas y una creciente solidaridad, acentuando la importancia que tiene la readaptación de los instrumentos de la cooperación euromediterránea”, apostilló.

En el mismo contexto, señaló que los empresarios magrebíes están llamados a contribuir a la creación de una unión magrebí económica, capaz de ofrecer a sus socios europeos nuevas oportunidades para desarrollar sus márgenes beneficiarios.

La Unión Europea ha solicitado de manera repetida a los países del Magreb que avancen en su unidad económica, pero ello tropieza con las diferencias políticas que penalizan a la Unión del Magreb Arabe (UMA), constituida por Argelia, Libia, Marruecos, Mauritania y Túnez.

Desde EFE

Argelia planea acaparar más capitales árabes

Sunday, January 27th, 2008

Argelia ha convocado a hombres de negocios, inversores y banqueros al III Forum Árabe de Inversiones que se celebró durante la pasada semana, con el afán de acaparar los ingresos petroleros árabes. En el evento participaron más de 500 directivos de instituciones financieras de diferentes partes del mundo árabe, y el cual llevó el nombre de “Argelia, la tierra de las oportunidades”. En una alocución del primer ministro argelino Abdul Aziz Belkhadem señaló que el clima de inversiones en Argelia es “excelente” debido a sus infraestructuras modernas y la mano de obra cualificada y gracias al rico sector energético y a los precios competitivos.

Desde Voltairenet.org

Las exportaciones a los países del Magreb se incrementan un 19% en 2007

Monday, December 31st, 2007

LA CANTIDAD ASCIENDE A MÁS DE 450 MILLONES DE EUROS

Las exportaciones de la Comunitat Valenciana a los países del Magreb alcanzaron un valor de 452,32 millones de euros entre los meses de enero y septiembre de 2007, lo que supuso un incremento del 19 por ciento respecto a las cifras obtenidas en el mismo periodo del año anterior, según informaron fuentes del Instituto Valenciano de la Exportació (Ivex). Marruecos, Argelia, Túnez y Libia son los países que más`productos valencianos importan.

Desde Panorama Actual

Ferrero-Waldner underlines the importance of Euro-Mediterranean energy cooperation

Monday, November 12th, 2007

In a speech at the opening of the EU-Africa-Middle East Energy Conference in Sharm El Sheikh,
Egypt on 1 November 2007, the European Commissioner for External Relations and ENP, Benita Ferrero-Waldner, stressed the role of the Euro-Mediterranean partnership in future energy relations. “We have developed comprehensive energy programmes in the framework of the Euromed process” she said, adding that “We are working with the countries of the
Maghreb to promote the regional integration of their electricity markets. And we are working in the Mashreq region to enhance the gas sector’s security and infrastructure.” She also spoke of bilateral agreements with countries covered by the European Neighbourhood Policy. She finally touched on the issue of renewable energy sources.

Desde Europa.eu

The EU-Africa-Middle East Energy Conference will take place on the 1st November 2007 in Sharm El Sheikh, Egypt with the participation of European Commission and key energy players from the region.

Thursday, November 1st, 2007


Co-organized by External Relations Commissioner, Benita Ferrero-Waldner, and Ahmed Ali Aboul Gheit, Minister of Foreign Affairs from the Arab Republic of Egypt, (see photo right) the conference will include keynote statements by Manuel Pinho, Minister of Economy and Innovation of Portugal; Andris Piebalgs, European Commissioner for Energy; Eng. Sameh Fahmi, Minister of Petroleum and Mineral Resources and Hassan Ahmed Younes, Minister of Electricity and Energy, of the Arab Republic of Egypt as well interventions from Ministers and delegations from the EU, Africa and Middle East, including regional organizations and international financial institutions. The European Commission and the Government of the Arab Republic of Egypt intend that this conference should provide an opportunity to discuss and promote regional cooperation on energy security between the EU, the Middle East and Africa, while harnessing the potential of the existing regional and bilateral initiatives such as the Euro-Mediterranean and the EU-GGC energy cooperation, as well as the forthcoming in EU – Africa energy partnership.Topics of discussion will include the security and sustainability of energy supplies, predictability of demand, investments and technology transfer, new and renewable energy, energy efficiency, the sustainable exploitation of resources, the transparency of energy markets, regulatory issues, energy poverty and energy access, as well as energy infrastructures of common interest.Desde Europa.Eu

Orascom Telecom adjudica a Alcatel-Lucent su red de cable submarino Oriente Medio/Norte de África

Thursday, October 25th, 2007

La red MENA situará a Egipto como un nodo central de tránsito para el tráfico entre Europa, Oriente Medio y Asia.

Alcatel-Lucent ha firmado un contrato con Orascom Telecom para el tendido en el Mar Mediterráneo de una nueva red de cable submarino de 3.850 km. denominada Oriente Medio-Norte de África (MENA). Esta red situará a Egipto como nodo central de tránsito para el tráfico entre Europa, Oriente Medio y Asia. La nueva red submarina proporcionará una infraestructura de alto valor añadido para soportar el incremento de tráfico de las comunicaciones de banda ancha en ámbito del Mar Mediterráneo y el Mar Rojo.

MENA conectará Egipto, Italia y Arabia Saudita, facilitando en última instancia una capacidad de 5,76 Tbit/s, que supondrá un gran incremento de la conectividad regional e internacional. Su finalización está programada para el primer trimestre de 2009. Alcatel-Lucent será responsable del despliegue llave en mano del segmento que une Egipto e Italia, que se conectará a la red terrestre en Alejandría (Egipto) y Mazara del Vallo en Sicilia, Italia.

La solución de equipos submarinos de Alcatel-Lucent estará basada en la plataforma de sistemas submarinos DWDM de próxima generación 1620 Light Manager, e incluirá también el cable, los repetidores submarinos y las unidades de los ramales de conexión, facilitando una conectividad directa hasta las estaciones de interconexión con la red terrestre.

Desde Redes & Telecom

Los Emiratos Arabes, primer inversor en los países del Magreb

Monday, August 13th, 2007

Los Emiratos Arabes Unidos (EAU) se han convertido en el primer inversor en el Magreb, por encima de otros países exportadores de capitales, como Kuwait y Arabia Saudí, indican las estadísticas oficiales dadas a conocer hoy en Túnez.

Las entradas de capitales emiratíes en Túnez responden, a juicio del Ministerio tunecino de relaciones económicas internacionales, al atractivo que tiene en este país el mercado inmobiliario y el de las infraestructuras generales.

Esta situación se ha visto confirmada con la visita que hizo a Túnez, a principios de esta semana, el vicepresidente de los EAU y gobernador de Dubai, Mohamed Ben Rached Al-Maktum, para lanzar un megaproyecto inmobiliario.

Los EAU invertirán 14.000 millones de dólares para desarrollar una superficie de 830 hectáreas colindantes con el lago de Túnez, donde se construirán hoteles, inmuebles residenciales y otras estructuras.

Se trata de constituir una plataforma regional de servicios que permitirá la creación de unos 140.000 puestos de trabajo, en opinión de medios parlamentarios tunecinos.

El Magreb representa un mercado potencial de consumidores de cerca de 80 millones de personas, y a juicio del emir de Dubai las inversiones en esta región son operaciones que tienen un alto poder de rentabilidad.

En Argelia, los proyectos de inversiones emiratíes se cifran en unos 33.000 millones de dólares y afectan, entre otros sectores, a la gestión portuaria, agricultura, turismo, industria y urbanismo.

En julio pasado, el presidente de los EAU, Cheikh Khalifa Ben Zayed Al-Nahyane, viajó a Argel para exponer al presidente Abdelaziz Buteflika un ambicioso plan de inversiones y relanzar el Consejo mixto empresarial.

Las inversiones emiratíes en 2006 en Argelia ascendieron a unos 10.000 millones de dólares, y en la actualidad uno de los principales proyectos es el desarrollo de la bahía de Argel, operación que tiene contornos similares a la que se va a poner en marcha en el lago de Túnez.

En declaraciones a la prensa tunecina, el ministro emiratí, Mohamed Al-Gargaui, que preside el holding Dubai, reiteró esta semana que la presencia de los EAU en el norte de Africa ,se inserta en el marco de una estrategia de desarrollo de sus capitales inversores.

Desde Terra Actualidad - EFE

presidente boliviano hará gira por países petroleros

Tuesday, July 3rd, 2007

Morales va en busca de acuerdos energéticos

La gira abarcará Argelia, Irán, Libia, Qatar, Arabia Saudí, Emiratos Árabes Unidos, además de Rusia.

Tratará de que se firmen convenios con la nacional Yacimientos Petrolíferos Fiscales Bolivianos (YPFB).

El presidente de Bolivia, Evo Morales, prepara una gira, que se hará probablemente en agosto, por varios países petroleros árabes y Rusia para buscar acuerdos energéticos, informó ayer el ministro boliviano de Hidrocarburos, Carlos Villegas.

El funcionario señaló a la radio estatal Patria Nueva que entre los destinos de la gira están Argelia, Irán, Libia, Qatar, Arabia Saudí, Emiratos Árabes Unidos, además de Rusia, “de tal manera que en esos países se pueda lograr acuerdos energéticos”.

El ministro explicó que se buscará que las empresas estatales de esas naciones firmen convenios con la nacional Yacimientos Petrolíferos Fiscales Bolivianos (YPFB) en la exploración de hidrocarburos y para otras actividades de la cadena petrolera.

Bolivia ya tiene un acuerdo similar firmado con la empresa Petróleos de Venezuela (PDVSA), ratificado por los gobiernos de Caracas y La Paz, y tiene un convenio suscrito con el consorcio ruso Gazprom, aunque en este caso falta sellar el convenio gubernamental.

En mayo pasado, el presidente Morales firmó un decreto para autorizar a YPFB a firmar acuerdos con compañías estatales, siempre y cuando haya convenios energéticos entre países. Ese decreto también permite alianzas entre la estatal boliviana y las firmas trasnacionales para buscar gas y petróleo en zonas tradicionalmente ricas o en nuevas reservas bolivianas, y como otra opción da paso a licitaciones internacionales.

Desde Prensa.com

Principales proyectos de inversión en el Magreb

Thursday, June 7th, 2007

Le réseau euro-méditerranéen des agences de promotion des investissements (Anima, auquel appartient Fipa Tunisie) vient d’identifier les projets d’investissements étrangers d’un montant supérieur à un milliard d’euros annoncés en 2006 au Maghreb. Anima a recensé près de 20 fonds publics ou privés actifs dans l’un ou l’autre des trois pays, dont six lancés en 2006.

Pour la Tunisie, Anima a recensé quatre gros projets, à savoir ceux du complexe Tunis Sports City qui sera lancé par le groupe émirati Boukhater pour 3,8 milliards d’euros, le projet Marina d’Al-Qussor, lancé par le groupe émirati Emaar pour 1,4 milliard d’euros et le projet de la raffinerie de la Skhira lancé par Qatar Petroleum pour 1,4 milliard d’euros.

Anima cite également parmi les projets, celui de Tecom qui compte investir 1,3 milliard d’euros dans … Tunisie Télécom ! Une information qui donne une idée sur les projets de l’actionnaire de Tunisie Télécom (à 35%) et qui est à l’opposé des récentes déclarations du ministère de tutelle et de la direction de l’opérateur téléphonique national qui affirment que la question de la vente d’autres parts de Tunisie Télécom à des privés n’est pas à l’ordre du jour.

S’agissant des autres projets dans le Maghreb, Anima cite trois projets pour l’Algérie : Citic/CRCC (Chine), deux sections de l’autoroute est-ouest (5,1 milliards d’euros) ; Cojaal (Japon), une section de la même autoroute (4,4 milliards d’euros) ; Dubaï Aluminium (Emirats Arabes Unis), première tranche de la fonderie de Jijel (2,7 milliards).

Pour le Maroc, Anima cite également trois projets, à savoir : Al-Qudra (EAU), projets immobiliers (2 milliards d’euros) ; Dubaï Holding (EAU), aménagement de la vallée du Bouregreg (1,5 milliard) ; Emaar Properties (EAU), aménagement de la corniche de Rabat (1,1 milliard) et installation de la station de ski d’Oukaïmeden (1 milliard).

Aux manières de l’évolution de l’environnement de l’investissement dans le Maghreb, Anima précise que la Tunisie, au début des années 1990, le Maroc et l’Algérie, au début des années 2000, ont modifié le code des investissements et la fiscalité dans le sens de l’ouverture.

L’Algérie s’est lancée dans un programme de privatisations de 1.200 entreprises. Le Maroc a signé en 2000 un accord de libre-échange avec les Etats-Unis, qui négocient toujours un accord similaire avec l’Algérie. Les trois pays entreront dans la zone de libre-échange de l’Union européenne (UE) par étapes d’ici à 2013. La Tunisie dispose d’une agence autonome, le Foreign Investment Promotion Agency (FIPA). Au Maroc, la Délégation aux investissements internationaux (DII) est rattachée directement au premier ministre. En Algérie, l’Agence nationale pour le développement de l’investissement aide les étrangers à surmonter les difficultés liées au régime de la propriété foncière et à la réglementation bancaire.

Selon le rapport de la Banque mondiale Doing Business 2007, la Tunisie se trouvait au 80e rang, le Maroc au 115e et l’Algérie au 116e, sur 175 pays étudiés sous l’angle de l’environnement des affaires. Le réseau des agences d’investissement Anima a recensé près de 20 fonds publics ou privés actifs dans l’un ou l’autre des trois pays, dont six lancés en 2006.

R.B.H.
Desde Webmanager Center

L’Algérie ouvre en grand ses portes aux entreprises étrangères

Tuesday, May 29th, 2007

Le quotidien français Le Monde d’aujourd’hui consacre un dossier sur les investissements au Maghreb et souligne que “l’Algérie ouvre en grand ses portes aux entreprises étrangères”. “Les compagnies pétrolières ont longtemps été les seules à investir en Algérie. Ce n’est plus vrai. Entre 2000 et 2006, les investissements directs étrangers (IDE) ont été multipliés par six, et par dix si l’on fait abstraction des hydrocarbures”, écrit le quotidien dans un supplément économique décliné sous le titre : “Le Maghreb prend sa place sur l’échiquier de la mondialisation”. Chiffres à l’appui, il indique qu’entre 2005 et 2006, la hausse a été “supérieure à 50% pour atteindre 1,7 milliard de dollars” et que “la tendance ne s’est pas démentie au cours des premiers mois de l’année”, écrit Le Monde citant un fonctionnaire européen. “Avec une dette extérieure insignifiante et 80 milliards de dollars de réserves en devises, l’Algérie fait mieux que la France”, commente le journal qui estime que “de tous les pays qui courtisent l’Algérie, la France est la plus assidue”. “Soupçonnée de frilosité, la France est le premier investisseur hors hydrocarbures avec un quart du total et le second tous secteurs confondus”, écrit-il. Il souligne, cependant, que ce classement de la France “pourrait changer”, en raison de la présence sur le marché algérien d’autres investisseurs étrangers, dont la Chine, “un acteur jusqu’ici mineur, (qui) connaît une progression étourdissante”. “En 2006, ses investissements ont crû de 170%, lui permettant de devancer l’Allemagne”, écrit-il, en énumérant les principaux grands projets remportés par des entreprises chinoises.

http://www.liberte-algerie.com/edit.php?id=77683

Les pays du Golfe, premiers investisseurs dans la région

Monday, May 28th, 2007

Le temps est venu de bâtir ensemble une Union méditerranéenne qui sera un trait d’union entre l’Europe et l’Afrique.” Ce propos de Nicolas Sarkozy, au soir de son élection à la présidence, a été largement entendu et commenté sur l’autre rive. Le roi du Maroc, Mohammed VI, a assuré le nouveau locataire de l’Elysée de son “engagement à oeuvrer de concert avec la France pour l’édification d’une nouvelle union méditerranéenne” ; le président Ben Ali de Tunisie a affirmé sa disposition à coopérer avec le nouveau chef de l’Etat français, pour “faire de la Méditerranée un espace de paix, de coopération et de codéveloppement” ; en réponse au message de félicitations du président algérien, Abdelaziz Bouteflika, M. Sarkozy a réaffirmé à la mi-mai qu’avec “les pays de l’espace méditerranéen je souhaite que nous bâtissions une union pour relever ensemble les défis qui nous sont communs”.

Le sujet figure à l’ordre du jour de la visite qu’effectuera le président français le 31 mai à Madrid. “C’est une idée qui nous intéresse aussi énormément”, a souligné le gouvernement espagnol de José Luis Zapatero. Le président du conseil italien, Romano Prodi, a affirmé : “Nous en avons discuté dans le passé et j’ai les mêmes priorités pour la politique italienne.” La présidence portugaise de l’Union européenne (UE), qui commencera son mandat le 1er juillet, a également placé la coopération méditerranéenne en tête de son programme.

DES SOMMETS RÉGULIERS

C’est en février, lors d’un meeting à Toulon, que le candidat Sarkozy a le mieux précisé publiquement son projet, inspiré en partie par Henri Guaino, l’ancien commissaire au Plan devenu la plume de sa campagne. Il consiste à créer à côté d’Euromed - programme de coopération de l’UE avec les pays du bassin méditerranéen et du Proche-Orient, lancé il y a dix ans mais bloqué par le conflit israélo-palestinien - un partenariat à “5+5″ : cinq pays du sud de l’Union (Espagne, France, Grèce, Italie, Portugal) coopérant directement avec cinq pays de la rive opposée : Algérie, Maroc, Tunisie, Libye et Egypte. L’idée est de construire progressivement cet ensemble au moyen de sommets réguliers, puis d’institutions calquées sur celles de l’UE à ses débuts, donc par une approche essentiellement économique.

A vrai dire, l’idée n’est pas nouvelle : un sommet 5 + 5 s’était déjà déroulé à Tunis en décembre 2003 ; d’autres réunions thématiques impliquant les ministres des finances, ou de la défense, se sont tenues discrètement au fil des ans. Le constat d’échec d’Euromed, lors de son Xe anniversaire à Barcelone en novembre 2005, a incité à accélérer l’allure. Lors d’une rencontre qui s’est tenue début avril 2007 à Palma de Majorque, Espagnols et Italiens ont décidé de lancer ensemble la Mediterranean Development Corporation, un fonds de développement destiné à investir dans la zone.

Car le calcul des promoteurs du “5 + 5″ est de profiter de la croissance économique spectaculaire que connaissent les pays du Maghreb depuis quelques années, soit grâce à la manne pétrolière, soit en raison des fortes délocalisations d’activité dont ils ont bénéficié, pour ouvrir aux entreprises européennes des marchés à fort potentiel en raison d’une démographie galopante, et fixer par la même occasion une main-d’oeuvre tentée par l’émigration vers le Nord.

Le Maroc s’est ainsi engagé dans le plan Emergence, dont le but est d’accéder d’ici à 2015 au même rang économique que des puissances comme l’Afrique du Sud ou le Brésil ; l’Algérie va lancer d’ici à la fin 2007 sa “nouvelle politique industrielle”, dont l’objectif est de rompre sa dépendance aux revenus des hydrocarbures grâce à une diversification de l’économie. Un gigantesque programme de construction et de rénovation des industries lourdes, des routes, des chemins de fer, des ports et aéroports a été lancé. En Tunisie, comme au Maroc, l’objectif est de dépasser le stade des délocalisations attirées par le bas coût de la main-d’oeuvre, en utilisant les infrastructures de télécommunications créées par la libéralisation du marché et les centres d’appels pour offrir des services aux entreprises (informatique, gestion commerciale, comptabilité), en particulier dans la banque et l’assurance, grâce aux flux de jeunes diplômés sortant d’un enseignement supérieur en plein essor.

Mais les Européens arriveront-ils à temps ? Certes, les trois quarts des échanges commerciaux de la zone se font avec l’UE, mais la part de celle-ci dans des investissements directs étrangers en pleine explosion a chuté fortement par rapport à ceux des monarchies du Golfe et de la Chine, qui se sont emparés des plus gros projets dans le tourisme, la construction, les télécommunications.

“Une coopération économique euroméditerranéenne ne peut ignorer ces nouveaux acteurs, en particulier les pays du Golfe”, note Benedict de Saint-Laurent, secrétaire général du réseau Anima, qui fédère les agences d’investissement de douze pays du pourtour méditerranéen. De même aura-t-elle du mal à ignorer la Turquie, devenue un acteur majeur de l’économie régionale. Mais Ankara a déclaré le 17 mai que la Turquie ne se contentera pas d’une participation à une union méditerranéenne à la place de l’adhésion à l’UE que lui refuse Nicolas Sarkozy. Le rêve géopolitique devra tenir compte des réalités économiques.

Antoine Reverchon
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3234,36-915689@51-913073,0.html

Multinationale de lutte contre la pollution en Méditerranée sud

Saturday, May 19th, 2007

La société publique algérienne d’hydrocarbures Sonatrach a crée avec sept autres compagnies pétrolières une entreprise multinationale de lutte contre la pollution d’hydrocarbures dans le sud de la Méditerranée.
“Le groupe Sonatrach et sept compagnies pétrolières étrangères ont signé samedi à Alger les documents relatifs à la création d’une multinationale chargée de la lutte contre la pollution marine par les hydrocarbures dans la rive sud de la Méditerranée et sur la côte ouest de l’Afrique”, a annoncé un communiqué de Sonatrach.
Les sept compagnies co-fondatrices de cette entreprise baptisée “Oil Spill Response Compagnie” (OSPREC), sont SAMIR (Maroc), SONANGOL (Angola), Statoil (Norvège), Total (France), Eni (Italie) et Repsol et Cepsa (Espagne).
Basée en Algérie et dotée, dans un premier temps, d’un capital social de 500.000 euros environ et d’un budget d’investissement de 4 millions d’euros, OSPREC devrait être opérationnelle dans une année.
Elle couvrira plus de 20.000 km de côtes allant du canal du Suez (Egypte) au golfe de Cabinda (Angola), selon un membre du comité de pilotage de l’entreprise Benamar Zenasni.
Aussi, sa principale mission sera de renforcer les capacités d’intervention des Etats côtiers pour une meilleure coopération en cas de pollution majeure, et de faciliter les échanges d’informations et de formation aux nouvelles technologies. La nouvelle multinationale, qui sera basée en Algérie, avec toutefois deux antennes régionales basées en Tunisie et au Maroc, sera dotée, dans un premier temps, d’un capital social de 600.000 dollars US et d’un budget d’investissement de cinq millions d’euros, dont un million seront consacrés aux frais d’équipements. Les actions de la nouvelle entité sont détenues à 49,5 % par la compagnie algérienne Sonatrach, à 17% par SONANGOL, à 10% par la marocaine SAMIR, tandis que le restant des actionnaires ont chacun 4,7%, en attendant d’autres arrivées, selon les perspectives tracées par cette société.
Par ailleurs, le ministre a signalé que l’adhésion à cette société, reste ouverte à d’autres compagnies pétrolières activant en Algérie, en plus de ses actionnaires, qui se trouvent être ses membres fondateurs, la compagnie anglaise British Petroleum, a déjà exprimé son intérêt, nous a-t-on appris.

AFP

Algérie: Privatisation des banques publiques et intérêt des conglomérats

Tuesday, May 15th, 2007

Une partie des débats du 3ème Forum international de la finance (FIF), tenu la semaine dernière à Alger, a été consacrée à la privatisation du secteur bancaire, dans les pays du Maghreb.
Il a été ainsi recommandé une démarche prudente afin que l’ouverture du capital des banques publiques débouche sur des résultats positifs en termes de gestion et d’investissements étrangers. Cette formule, Dhafer Saidane, professeur à l’université de Lille, France, présent à cette rencontre, l’explique en ces termes : la privatisation d’une banque n’a de sens que lorsque cette opération se traduit par des «gains».

Pour lui, les gains dont doivent s’assurer les autorités financières, dans le processus de privatisation, se résument essentiellement en la contribution de la banque-acquéreur dans l’accroissement de l’efficience du secteur bancaire local, l’amélioration de la confiance non seulement des clients mais aussi des investisseurs étrangers et le développement du système des paiements. Dhafer Saidane estime que l’espace économique maghrébin se fera par «les banques». Et de souligner : un «Maghreb bancaire» semble se mettre en place à travers notamment des opérations d’absorption-fusion qui se sont réalisées entre des banques tunisiennes et marocaines en partenariat avec des pays de l’Union européenne, la preuve que le partenariat réussit, pour peu que les autorités publiques y mettent de la volonté. La banque maghrébine se développe ainsi à l’échelle internationale et régionale.
Aujourd’hui, sur les cinquante premières banques en Afrique, en termes de bilans financiers, dix-huit sont des banques des pays du Maghreb, soit une portion de 20,18%. Les banques maghrébines ne pourraient-elles pas faire mieux ? Elles le peuvent, peut-être, dans un paysage bancaire maghrébin qui va se consolider dans le futur par la création de la Banque maghrébine d’investissement et de commerce extérieur (BMICE). Le Conseil des ministres maghrébins des Finances en a pris la décision. Le forum en question a, par ailleurs, constitué une belle occasion de parler du système bancaire algérien et des réformes engagées. Des participants à cette troisième édition du FIF ont ainsi noté que le passage d’une économie administrée à une économie de marché est «souvent difficile», en allusion aux problèmes que rencontrent les banques nationales dans leur processus de modernisation. C’est un processus lent, émaillé de blocages que les autorités s’efforcent cependant de tirer vers le haut en faisant justement appel au partenariat étranger. Au cours de la dernière visite qu’a effectuée à Alger le ministre espagnol de l’Economie et des Finances, Pedro Solbès, Mourad Medelci a évoqué la réforme bancaire et a demandé aux banques espagnoles de venir investir en Algérie. Cette visite a permis d’approfondir une somme de volets de coopération dans le secteur financier. Il s’agit de la coopération institutionnelle entre les administrations fiscale, douanière et du cadastre des deux pays, d’un soutien de la partie espagnole pour le renforcement du système bancaire et financier algérien (banques, assurances, capital-risque ). Sur ce dernier point, les deux ministères, algérien et espagnol, ont convenu de stimuler une coopération devant permettre à la partie algérienne de bénéficier de l’expertise espagnole dans le domaine financier, et d’entamer avec des institutions espagnoles un travail destiné à inciter davantage les banques, les compagnies d’assurances et les sociétés financières de ce pays à s’installer durablement en Algérie.
A ce jour, seul le Crédit Populaire d’Algérie (CPA) a été proposé à la privatisation.
Une question de prudence ? Peut-être. Pour l’heure, le processus semble fonctionner normalement. Il en est arrivé à la phase des data-rooms. Des banques de renom s’intéressent à cette première opération de privatisation dans le secteur bancaire. Et c’est normal, le CPA est une banque qui dégage des bénéfices. C’est aussi une banque assainie. Son capital social a été augmenté en 2005, à 21,6 milliards de dinars. De quoi rassurer les repreneurs. Le CPA est considéré comme la banque disposant des meilleurs atouts. Est-ce suffisant pour mieux se vendre ? Les banques internationales candidates à la reprise du Crédit Populaire d’Algérie ne sont jamais intéressées par des banques dont les créances sont non performantes. Ce n’est pas productif. Il est normal qu’elles ne s’intéressent qu’aux privatisables porteurs et qu’au contrôle de la majorité des actions à vendre. Et le cas du CPA est plus que porteur, la participation au capital du CPA est fixée à cinquante et un pour cent au minimum. C’est une grosse affaire, un marché à ne pas rater. L’Etat perdra ainsi le contrôle du CPA ; il n’en sera pas l’actionnaire majoritaire comme il l’est aujourd’hui. Il ne détiendra que quarante-neuf pour cent des actions d’un CPA passé sous le contrôle d’opérateurs étrangers. On s’en souvient, le processus de privatisation a été enclenché, il y a un peu plus d’un an. Il est piloté par la banque d’affaires, Rothschild. C’est elle qui s’occupe des procédures d’audit et d’évaluation. Et c’est elle qui a défriché le terrain et élaboré les cahiers des charges et le lancement de l’appel d’offres.
Pour beaucoup, si elle réussit, la privatisation du CPA constituera un bon signal en direction des investisseurs étrangers encore frileux dans les secteurs hors hydrocarbures. Elle fera peut-être des émules. Et les autres banques publiques ? Le gouvernement actuel ne semble pas intéressé par une des privatisations en série des banques publiques. Il préfère, par exemple, un contrat de management pour la BEA (Banque extérieure d’Algérie) et la BNA (Banque nationale d’Algérie) à leur privatisation. La BEA est également une banque qui cumule des bénéfices, comptant dans son portefeuille la compagnie nationale des hydrocarbures, Sonatrach. La BNA est, elle, dans une situation moins confortable. Elle réunit dans son portefeuille le gros des entreprises publiques dont une partie est franchement confrontée à des difficultés de trésorerie. C’est un choix.
En optant pour la privatisation du CPA, l’Etat va faire passer le capital public d’une logique dogmatique socialisante à une logique de marché. Il l’a mis en compétition. Est-ce à dire pour autant que l’on est dans une situation concurrentielle, que l’on est passé du tout au tout ? La réalité est tout autre ou presque. Aujourd’hui, le plus gros du marché financier est porté par le secteur public. N’est-ce pas un paradoxe dans un pays à économie libérale qui a ouvert son secteur bancaire à la concurrence en 1990, au tout début de la restructuration de l’économie nationale ?
Les banques, privées et publiques confondues, évoluent dans un environnement économique marqué par des sur-liquidités, par des taux d’intérêt relativement bas en comparaison des périodes antérieures et enfin par un niveau économique en amélioration, en valeur absolue, même si le taux de bancarisation de l’économie du pays reste faible.
Sont-elles mises sur un pied d’égalité ? Dans une époque pas si lointaine, les banques publiques n’avaient pas de marge en matière d’autonomie de gestion. C’est une donne qui n’a pas tout à fait changé.

Youcef Salami
http://fr.allafrica.com/stories/200705150899.html

. 2009 Medical Weblog adult downloads