Blog económico

Archive for the ‘Sin categoria’ Category

Le développement du secteur des transports se poursuit en Algérie

Wednesday, August 26th, 2009

Une ligne de métro à Oran et un TGV traversant le pays d’Est en Ouest au menu des investissements du gouvernement algérien.

ALGERIE. La stratégie de développement et de modernisation du secteur des infrastructures et des transports semble confirmée au vu des dernières annonces officielles en la matière.

Les pouvoirs publics ont en effet décidé de construire une ligne TGV de 1200 km qui traversera le pays d’Est en Ouest, soit de la frontière tunisienne à la frontière marocaine.

Le train, qui passera par 25 wilayas (départements) des Hauts-Plateaux – région située entre la bande côtière et le Sahara – devrait atteindre une vitesse d’exploitation de 350 km/h.

L’ Agence nationale des études et de suivi de la réalisation des investissements ferroviaires (ANESRIF) vient de lancer ce 25 août 2009, un avis d’appel d’offres national et international restreint pour l’étude de cette ligne.

Pour ce qui est du transport urbain, rappelons que la première ligne du métro d’Alger, dont les travaux furent lancés au début des années 1980, entrera en service d’ici la fin de l’année 2009, alors que des études ont été engagées pour des extensions à l’Ouest et à l’Est de la ville sur, respectivement, 10 km et 11 km.

Le tramway d’Alger qui dessert la partie Est de la ville et sa banlieue devrait être progressivement réceptionné au cours des années 2010 et 2011.

Investissements dans les secteurs maritimes et aériens
La capitale n’est pas la seule à être concernée par cet important projet de développement des transports urbains. Oran et Constantine, respectivement seconde et troisième villes du pays, devraient réceptionner leur tramway en 2011.

D’autres villes très importantes, à l’instar de Annaba, Sétif, Sidi Bel Abbès, Mostaganem…, bénéficient du lancement d’études pour la réalisation de tramways.

Mais ce qui retiendra l’attention est incontestablement la décision de construire une première ligne de métro dans la capitale de l’ouest du pays, Oran.

L’Algérie compte également créer une nouvelle compagnie maritime et construire un nouveau port qui devrait se situer près de Zemmouri (Boumerdes).

Enfin et en matière de transport aérien, rappelons que les compagnies Air Algérie et Tassili Airlines ont entamé un programme d’acquisition de 18 nouveaux aéronefs.

Desde Econostrum

Marruecos apuesta por el ’sol y playa’ con la promoción de seis nuevos complejos turísticos

Monday, June 22nd, 2009

El país podría alcanzar en 2010 diez millones de turistas, de los que 800.000 procederán de España.

Marruecos inaugurará en los próximos siete años un total de seis nuevos complejos turísticos, tras realizar una inversión de más de 50.000 millones de dirham (unos 4.500 millones de euros), con el objetivo de fomentar el turismo de ’sol y playa’, principalmente procedente de Europa, y potenciar así un sector “clave” para la economía del país.

“A pesar de la crisis, tenemos que mantener el ritmo de inversiones para reforzar la calidad del sector turístico”, recalcó el ministro de Turismo del país, Mohamed Boussaid, en el marco de una jornada sobre mercados de inversión con motivo de la Novena Jornada de Turismo en Saïdia.

En este sentido, el ministro explicó que dichas aperturas se enmarcan dentro del Plan Azur –incluido a su vez en el plan Vision 2010–, que prevé la puesta en marcha de un complejo en la Costa Mediterránea, ya abierto, y otros cinco en la costa atlántica.

De esta manera, tras la apertura del Mediterrania Saïdia –que contó con una inversión de 19.000 millones de dirhams (unos 1.700 millones de euros) y que alberga un hotel Iberostar y otro de la cadena Barceló–, el próximo mes de octubre se inaugurará el Magazan, a 80 kilómetros de Casablanca, que con 6.300 millones de dirham (unos 600 millones de euros) de inversión, aportará 8.000 camas más a la capacidad hotelera del país.

A lo largo de 2010 abrirán sus puertas el complejo Lixus con 12.000 plazas y tras 6.000 millones de dirham de inversión (unos 540 millones de euros) y el Essaouira Mogador que, tras destinar 6.800 millones de dirham (604 millones de euros), ofrecerá 10.500 camas. Finalmente, en 2015 se estrenará el Cala Iris con 7.100 camas y 6.000 millones de dirhams (533 millones de euros) de inversión y en 2016, el Oued Chbika, con 10.000 plazas.

En todos los casos, además de hoteles, los complejos contarán con apartamentos turísticos o villas, así como un gran número de servicios, como campos de golf, centros comerciales o clínicas.

El ministro de Turismo destacó que sólo en los cuatro primeros meses del año, la inversión en el sector ascendió a 11.000 millones de dirham (980 millones de euros), a lo que hay que sumar otro monto inversor similar en infraestructuras para potenciar las nuevas áreas turísticas.

A este respecto, Boussaid recordó que los aeropuertos del país han pasado de 560 frecuencias semanales en 2003 a 1.130 vuelos a la semana a finales de 2008, lo que ha permitido a Marruecos duplicar las llegadas de pasajeros internacionales, que alcanzaron el pasado año los once millones de viajeros, a pesar de la caída generalizada del transporte aéreo de viajeros en 2008.

El Gobierno marroquí, que estima que los objetivos del plan Vision 2010 están ya cumplidos en un 90%, trabaja en un nuevo plan que abarque las principales líneas de su política turística hasta 2020.

AUMENTAR LOS TURISTAS ESPAÑOLES.

El plan Vision 2010, lanzado en 2001, prevé que el país reciba diez millones de turistas el próximo año. A pesar de que la crisis económica impedirá a Marruecos alcanzar dicho objetivo, no se quedará lejos de esa cifra, teniendo en cuenta que cerrará 2009 con unos nueve millones de visitantes.

España se volverá a situar este año en el segundo mercado emisor de turistas hacia Marruecos, con 600.000 visitantes, que se verán incrementados hasta los 800.000 durante el próximo ejercicio, según las estimaciones del director para España de la Oficina Nacional Marroquí de Turismo, Essaid Kasmi.

“El número de visitantes españoles sigue creciendo, sólo en los cinco primeros meses del año han aumentado entre un 7% y un 9%”, destacó Kasmi en declaraciones a Europa Press.

A este respecto, consideró que la actual coyuntura de crisis económica ha beneficiado a Marruecos, teniendo en cuenta que turistas de países cercanos como España descartarán viajes “a países lejanos” y optarán por destinos más cercanos.

Así, Kasmi señaló la importancia del aumento de las conexiones desde España, sobre todo de compañías de bajo coste, y señaló que la puesta en marcha de los nuevos complejos permitirá atraer a los turistas no sólo con la “cultura” del país, sino también con el ’sol y playa’. “Tenemos 3.500 kilómetros de playas vírgenes y estamos cerca del mercado europeo, que puede encajar en este segmento”, recalcó.

Por otro lado, recordó que los turistas españoles suelen buscar en Marruecos la “mejor relación calidad-precio” pero “gastan mucho dinero” durante su estancia en el destino.

Desde Europa Press

El Sahara podría abastecer de energía solar a toda Europa

Thursday, July 24th, 2008

July 23, 2008

Estudios científicos permiten calcular que con tan sólo el 0,3 por ciento de la radiación solar que cae sobre el desierto del Sahara, sería suficiente para alimentar de energía solar a toda la Unión Europea. El área necesaria para esto sería un poco menor que el tamaño de Gales, por supuesto plagada de paneles solares.
Ya habíamos comentado hace varios meses en Erenovable esta idea de aprovechar el sol del norte de África y de Medio Oriente. Ahora ya es más serio, “Se requiere tan sólo de la captura del 0.3% de la luz que cae sobre el Sáhara y los desiertos de Oriente Medio para satisfacer las necesidades de energía de toda Europa”, dijo Arnulf Jaeger-Walden del Instituto para la Energía de la Comisión Europea, durante su participación en el Euroscience Open Forum 2008 (ESOF) de Barcelona.

Así los científicos están pidiendo que se creen enormes granjas solares, ya sea fotovoltaicas o con concentradores de calor. Proponen que se cree una super red que transmita la electricidad a lo largo de toda Europa, con cables de alto voltaje y corriente continua, lo que también permitiría exportar energía con más facilidad por parte de los países que tienen exceso.

También permitiría que cuando el viento no sople en un lado, o el sol no caliente, sí lo estará haciendo en otro lugar de Europa, por lo que no tendrá el problema que siempre marcan los críticos, el de lo impredecible del clima.

Las principales trabas son que hace falta esa super red de transporte eléctrico, ya que la mayoría de los países deberían realizar una reestructuración. Según los cálculos de los científicos se necesitarán muchos años y mucho dinero, pero es posible. Se cree que con una inversión de 450 mil millones de euros se podría tener todo listo para 2050. Con una producción estimada de 100 gigavatios.

Via: El mundo
Desde: Erenovable

La situation économique et monétaire de l’Algérie a fait l’objet d’une évaluation de la Banque d’Algérie.

Wednesday, July 16th, 2008

mardi 15 juillet 2008.

Le Gouverneur de la Banque d’Algérie, Mohamed Laksaci a fait une évaluation de l’évolution économique et monétaire de l’Algérie, relevant les principales tendances monétaires et financières récentes de nature à renforcer la position financière du pays. Dans son intervention devant le Conseil de la Nation sur les évolutions économique et monétaire de l’Algérie, M. Laksaci a indiqué que les crédits à l’économie ont augmenté de 4,1% au premier trimestre 2008 contre 1% au premier trimestre 2007. Il a précisé, dans ce sens, que les flux de crédits distribués sont plus importants au profit du secteur public que du secteur privé et des ménages, « vu l’importance des crédits à moyen et à long termes au secteur de l’énergie ». A ce propos, le Gouverneur de la Banque d’Algérie a souligné que la masse monétaire a progressé de 4,7% au premier trimestre 2008, les dépôts de l’entreprise des hydrocarbures restant relativement stables, ce qui indique une accélération probable de ses investissements, fait-il remarquer.

Par ailleurs, M. Laksaci a indiqué que compte tenu des évolutions favorables des prix des hydrocarbures sur les marchés internationaux, les exportations des biens et services au premier trimestre 2008 sont en forte croissance, s’établissant à 20,83 milliards de dollars, contre 13,77 milliards de dollars au premier trimestre 2007. Par contre, poursuit-il, les importations de l’Algérie en biens et services enregistrent une hausse importante de 34,1%, passant de 7,71 milliards de dollars au premier trimestre 2007 à 10,34 milliards de dollars au premier trimestre 2008. Cet important accroissement concerne, en particulier, les importations des produits alimentaires (68%) et des biens et d’équipement (47 %), selon les données de la Banque d’Algérie. Le solde global de la balance des paiements du premier trimestre 2008 a atteint 9,96 milliards de dollars, contre 5,35 milliards au premier trimestre 2007, a-t-il ajouté. Dans son analyse de la situation monétaire, le Gouverneur de la banque d’Algérie a affirmé que l’agrégat avoirs extérieurs nets dans la situation monétaire consolidée a connu une croissance « particulièrement forte » en 2007, soit un taux de 34,46%.

Synthèse de Rayane
Desde: algerie-dz.com

Le Maroc s’intéresse au gaz algérien

Wednesday, July 16th, 2008

mardi 15 juillet 2008.

C’est en tout cas ce qu’a indiqué, hier à Oran, le ministre de l’Energie et des Mines en Algérie, M. Chakib Khelil, lors d’une conférence de presse tenue en marge du lancement officiel de la deuxième session hebdomadaire des workshops du « Safe Behaviour Programme » au Sheraton d’Oran.
Selon M. Khelil, le Maroc a formulé une demande à l’Algérie pour l’achat d’une quantité de 1 milliard de m³ de gaz par an, par la voix de sa ministre de l’Energie, Mme Amina Benkhadra et ce, à l’occasion de la 8ème session du Conseil maghrébin des ministres de l’Energie et des Mines, tenue au début du mois de juillet en cours à Alger.

M. Chakib Khelil a noté, au passage, que le Maroc, grâce à des contrats qui le lient avec la compagnie espagnole Gas Natural, bénéficie déjà d’une part de 8% du gaz algérien qui transite par son sol vers l’Espagne, ce qui représente, selon le ministre, un volume qui avoisine les 800 millions de m³. Le voisin marocain, a précisé M. Khelil, avait, auparavant, toujours préféré prendre l’équivalent du quota de gaz qui lui revenait de droit auprès de Gas Natural, en valeur monétaire, optant souvent pour d’autres énergies comme le charbon ou le fuel. Mais depuis l’année dernière, le Maroc a commencé a utiliser le gaz algérien pour ses besoins, a ajouté M. Khelil. Un choix qui traduit vraisemblablement un changement de stratégie de la part du Maroc qui, finalement, semble avoir pris conscience plus que jamais auparavant, des avantages qu’offre le gaz par rapport à d’autres énergies.

Sur un autre plan, et en réponse à une question sur le projet MEDGAZ qui permettra l’acheminement du gaz algérien par voie sous-marine vers l’Espagne, M. Chakib Khelil a indiqué que la station de compression de Béni-Saf est sur le point d’être achevée. Les Espagnols, a-t-il dit, ont, de leur côté, bien avancé dans les travaux. Tout le projet, y compris les pipes sous-marins, sera livré en mars 2009. S’en suivra, a-t-il expliqué, une période d’essai pour, éventuellement, procéder aux réglages qui s’imposent. L’exportation effective du gaz algérien, à travers ce nouveau gazoduc, devrait se faire vers la fin de 2009, a-t-il annoncé. Evoquant la question relative aux prévisions d’une forte augmentation de la demande pour les 10 prochaines années, que des pays consommateurs avancent souvent pour appeler à une augmentation de la production, le ministre de l’Energie et des Mines dira que les prévisions ne sont pas totalement justifiées. « La demande en hydrocarbures ne va pas beaucoup augmenter dans les prochaines années, car il y aura le bio-éthanol. Cette augmentation de la demande s’explique, a-t-il dit, par les demandes grandissantes de la Chine, l’Inde et le Golf. Cette augmentation se fera selon une moyenne de 1 million à 1,5 million de barils chaque année. Elle sera donc comprise entre 4 et 7 millions de barils pour les 5 prochaines années, a-t-il expliqué.

Pour ce qui est de la flambée des prix du pétrole sur le marché international, M. Chakib Khelil dira qu’elle est étroitement et strictement liée à la chute vertigineuse de la valeur du dollar et aux problèmes géopolitiques, notamment la crise du nucléaire iranien. A long terme, a-t-il encore estimé, la crise économique aux USA aura aussi des répercussions négatives sur le prix du pétrole.

Le quotidien d’Oran

Desde:El-annabi
Por: Chakib Khelil

Egypt’s oil, natgas reserves up in 07/08 - oilmin

Wednesday, July 16th, 2008

Tue 15 Jul 2008, 13:28 GMT

CAIRO (Reuters) - Egypt’s proven natural gas reserves rose to around 76 trillion cubic feet in the 2007/08 fiscal year, up 7.3 trillion cubic feet from the previous year, an oil ministry report said on Tuesday.

The report said the country’s reserves of crude oil and condensates rose 221 million barrels to 4.189 billion barrels in the 2007/08 fiscal year which ended on June 30.

Egypt is a major natural gas exporter, both by pipeline through Jordan and in liquefied form by ship.

Oil Minister Sameh Fahmy said in May oil production was expected to rise by 30,000 barrels per day (bpd) to 735,000 bpd within three months. Production has declined to peak levels of close to one million bpd in the mid-1990s.

Desde: Reuters, Africa

Túnez implantará parques eólicos para reducir su dependencia energética

Tuesday, July 15th, 2008

 

 

Túnez desarrollará la implantación de energía eólica en el marco de una estrategia dirigida al aumento de las energías renovables, según la decisión adoptada hoy por los participantes a una conferencia nacional.

La conferencia nacional sobre la energía, clausurada por el primer ministro tunecino, Mohamed Ghannuchi, determinó que este país tiene que dar los pasos necesarios para reducir su dependencia de las importaciones de productos petroleros que gravan su economía.

Empresas industriales y centros hoteleros se han apuntado ya para incorporar la producción de energía, solar y eólica, a sus actividades.

Tres parques eólicos serán instalados en un plazo de dos años en la región norteña de Bizerta y tendrán una producción global de 120 megawatios, que se estima suficiente para abastecer en electricidad esa zona.

En el mismo contexto se dio a conocer la oportunidad de elevar el uso del gas natural, teniendo en cuenta que Argelia acordó recientemente exportarlo a Túnez a precios preferenciales.

Tunisie : Une usine pour 70 millions de DT pour le dessalement de l’eau de la mer

Tuesday, July 15th, 2008

La SONEDE a choisi 3 candidats, dans la phase de pré-qualification, pour la réalisation de la première station de dessalement d’eau de la mer à Djerba, dont le coût estimatif est de 70 millions de DT.

Cette usine disposera en 2010 d’une capacité globale de dessalement de 50 millions litres par jour.

C’est le Ministère de l’Agriculture et des Ressources Hydrauliques, avec une étroite collaboration avec la SONEDE, qui est entrain de finaliser le cahier des charges pour l’appel d’offres. Il sera soumis incessamment aux 3 promoteurs pré qualifiés, pour que ceux-ci soumettent des offres techniques et financières portant principalement sur le prix de vente de l’eau dessalée à la SONEDE.

Selon la SONEDE, l’ensemble de l’infrastructure de la station de dessalement et ses 2 systèmes seront réalisés dans le cadre d’une concession par un promoteur privé choisi par voie d’appel d’offres international.

Le promoteur choisi apportera 25% au minimum par des fonds propres du coût de l’investissement, la conception et la construction de l’unité, ainsi que l’exploitation de la station de dessalement et la production de l’eau dessalée pour le compte de la SONEDE.

La SONEDE s’engagera en contre parti à l’achat de l’eau produite selon un contrat de vente et elle sera appelée à assurer l’infrastructure nécessaire pour le stockage de cette eau et de sa desserte à travers l’île de Djerba afin de satisfaire les besoins futurs aussi bien domestiques que touristiques.

Sachant que Djerba compte en 2008, 130.000 habitants et aura un besoin en eau de 58 millions de litres à l’horizon 2010.

Desde:Tunisie Affaire
Por: Galia SKANDER

Je préfère l’Algérie

Monday, July 7th, 2008

Ce sont 14 plages pilotes, sur les 360 plages que comptent l’Algérie, qui ont été retenues sur l’ensemble du littoral algérien pour servir de modèles dans la gestion, la propreté, la sécurité, l’accueil et l’animation, à l’occasion de la saison estivale 2008. Ces plages pilotes ont été aménagées et équipées dans le cadre du dispositif spécial d’organisation de la saison touristique 2008 qui vise l’amélioration des conditions d’accueil et de séjour des touristes aussi bien nationaux qu’étrangers sous le slogan « Je préfère l’Algérie ». C’est ce qu’a expliqué hier Chérif Rahmani, ministre de l’Aménagement du territoire, de l’Environnement et du Tourisme, lors de sa visite d’inspection effectuée dans l’une des 14 plages pilotes, El-Kadous de H’raoua, à l’est d’Alger. Ce dispositif qui s’appuie, selon lui, sur l’animation touristique, vise également un séjour de qualité sur les plages et dans les complexes touristiques.

Dans ce sillage, les hôtels et les complexes de la SGP Gestour qui relève du ministère du tourisme ont été intégrés dans ce programme pour l’amélioration des prestations de services et des séjours de qualité aux estivants en Algérie. En outre, les autres établissements qui relèvent de la tutelle (Matet) ont été mobilisés en partenariat, à l’image de l’Office national du tourisme (ONT), l’Office national des agences touristiques (Onat), l’Agence nationale de développement touristique (Andt) et le Commissariat national du tourisme (CNT). Par ailleurs, toutes les parties en mesure d’assurer de bonnes vacances aux estivants ont été mobilisées dans chaque wilaya d’Algérie sous l’autorité du wali pour concrétiser ce dispositif et donner un nouveau caractère à la saison touristique et estivale 2008. En effet, chaque plage dispose de postes de la Protection civile, de la gendarmerie ou de la Sûreté nationale, d’espaces de détente, parkings, de commodités nécessaires (douches, eau potable, sanitaires, éclairage, vestiaires…) et d’un centre d’accueil. Sur ce dernier point, des agents d’accueil et d’animation, issus des écoles de tourisme formés pour cet objectif, veilleront à la quiétude des estivants selon le ministre, ainsi qu’à l’hygiène et la propreté des lieux et l’information.

Kahina
Desde Algerie-dz

Perspectives et développements économiques 2008 dans la région MENA : l’intégration régionale pour une compétitivité mondiale

Monday, June 30th, 2008

La croissance de la production a atteint 5,7 % dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) en 2007, marquant la cinquième année consécutive d’une croissance moyenne supérieure à 5 %. Si ce résultat est remarquable par rapport aux performances du passé, il reste inférieur à la croissance enregistrée dans la plupart des autres pays en voie de développement.

Pour garder sa place dans un environnement mondial de plus en plus concurrentiel, la région doit poursuivre des réformes structurelles touchant des domaines tels que le climat des affaires, la politique commerciale et la gouvernance.

L’accent thématique du rapport de cette année est l’intégration intra-régionale. Celle-ci est considérée non seulement comme un ensemble d’accords commerciaux préférentiels, mais aussi comme un moyen d’encourager le flux de la main-d’œuvre, des capitaux et des investissements.

Le rapport recommande l’adoption d’un paradigme de régionalisme ouvert dans lequel les préférences régionales constitueraient le point de départ pour une intégration plus poussée à l’économie mondiale.

Ce rapport est le quatrième d’une série d’exposés annuels sur cette région. Comme ses prédécesseurs, « Développements économiques et prospects pour le MENA, 2008 » rend compte des principaux développements macroéconomiques du point de vue régional ainsi que des progrès enregistrés dans les réformes structurelles. L’objectif est de mettre en lumière les forces qui déterminent les résultats économiques dans la région et de souligner les principaux facteurs ayant une incidence sur les perspectives decroissance.

Cette année, le chapitre thématique met l’accent sur l’intégration régionale dans une optique plus large qui s’étend aux échanges de biens et de services, à la main d’œuvre, aux capitaux et aux infrastructures. Tout comme pour les publications des années précédentes, nous espérons que ce rapport sensibilisera encore le public aux progrès, aux perspectives et aux difficultés de la région.

Desde Worldbank

Siria da ejemplo de buenas relaciones entre cristianos y musulmanes y de hospitalidad hacia los refugiados

Tuesday, April 29th, 2008

“El islam no se puede estudiar como estudiamos gramática”, dijo el Patriarca Ignacio IV (Hazim) de la Iglesia Ortodoxa Griega en Siria a la delegación encabezada por el Rev. Dr. Samuel Kobia, secretario general del Consejo Mundial de Iglesias (CMI). La delegación había llegado a Siria con el deseo de aprender de la larga experiencia del país en cuanto a la convivencia pacífica entre cristianos y musulmanes. “Debemos entrar en contacto con la gente de la calle y compartir con ella. Los musulmanes comparten con ustedes viviendo en sus países. ¿Por qué les ignoran?” preguntó el Patriarca, en particular a los miembros de la delegación procedentes de Europa y los Estados Unidos de América, al comienzo de su visita del 19 al 22 de abril.
En el transcurso de las reuniones que mantuvieron con la delegación, los líderes cristianos e islámicos, así como el Presidente sirio Dr. Bashar al-Assad, le hicieron llegar el mismo mensaje: únicamente es posible lograr una mejor comprensión entre las religiones si los cristianos y los musulmanes se ven unos a otros como seres humanos en vez de como representantes de un grupo religioso.

La difícil situación de los refugiados iraquíes y la observación de que muchos cristianos abandonan la región de Oriente Medio para ir a países occidentales fueron los otros temas principales de la visita. Con 1,5 millones de refugiados de Iraq en Siria, esta nación de 20 millones de habitantes ha hecho más que ningún otro estado por albergar a quienes huyeron de la violencia que arrasaba con su vecino del Este. Históricamente, Siria ha abierto sus fronteras a los refugiados: ha dado refugio a medio millón de palestinos y acogió a unos 200.000 libaneses durante la guerra de 2006.

Los refugiados que se entrevistaron en Damasco con los representantes de las iglesias miembros del CMI de Oriente Medio, los Estados Unidos, Pakistán, Alemania, Australia y Suecia agradecieron a Siria y a las iglesias del país su hospitalidad, aunque también manifestaron sentir que la comunidad internacional les ha vuelto la espalda. “Por supuesto que quiero volver a mi país”, dijo una joven de Basora. “Pero, ¿pueden ustedes garantizarme que no me matarán? Mis familiares volvieron y fueron asesinados la primera noche”.

“No queremos que Iraq se quede sin cristianos, pero si están en peligro allí, ¿cómo podemos decirles que se queden?”, preguntó el Patriarca Mor Ignatius Zakka I (Iwas) de la Iglesia Ortodoxa Siria, nacido en Iraq.

Samer Laham, director de relaciones ecuménicas del Patriarcado Ortodoxo Griego, explicó: “Los refugiados no pueden volver, porque serían asesinados, pero tampoco pueden quedarse, porque es muy difícil encontrar un trabajo aquí y se están quedando sin dinero debido al aumento del coste de vida”.

Las instituciones musulmanas y las iglesias de Siria atienden mano a mano a los refugiados. “Nosotros dijimos a los cristianos iraquíes [que estaban considerando solicitar asilo en países occidentales]: ¡Por favor, no os vayáis! Aquí formáis parte de nuestra familia, allí no seréis más que números”, dijo el Gran Muftí de la República de Siria, Dr. Ahmad Badr Al-Din Hassoun, a la delegación del CMI.

“La paz en Tierra Santa es la clave para la mayoría de los problemas de la región”, según afirmó el Patriarca melquita católico griego Gregorio III (Laham), tras el oficio religioso que celebraba el tercer aniversario de pontificado del Papa Benedicto XVI. “Cada crisis provoca una nueva oleada de migración, especialmente de cristianos, aunque también de musulmanes. Si quieren mantener la presencia cristiana en Oriente Medio, hagan todo lo posible por alcanzar la paz en Palestina/Israel”, instó Su Beatitud Gregorio III a los visitantes ecuménicos.

Se observaron más indicios de cómo Siria podría ser, en palabras del secretario general del CMI Samuel Kobia, “un buen modelo de cómo los creyentes de distintas religiones pueden convivir en tanto que pueblo creado por un único Dios” durante la visita a la Sheikh Ahmad Kuftaro Foundation, un centro islámico dedicado en particular a la educación y los estudios interreligiosos. Las niñas de la escuela y del orfanato de la fundación dieron la bienvenida a la delegación ecuménica con canciones de alabanza al “profeta Issa” (Jesús), el “que llama a la paz y al amor”.

Siria fue el último de los tres países de Oriente Medio visitados por la delegación del CMI. El viaje comenzó el pasado 14 de abril con una reunión pública de información y debate sobre la migración en Beirut e incluyó una corta estancia en los Emiratos Árabes Unidos.

Aunque la delegación escuchó las historias desgarradoras de los refugiados iraquíes, volvió a casa con un mensaje de esperanza. “Creo en los actos de amor”, les dijo el Patriarca Ignacio IV. “Puede que recibir a las personas con amor no solucione todos los problemas inmediatamente, pero la próxima generación recogerá los frutos de ese amor”.

Desde

El proyecto de la gran biblioteca árabe-sudamericana se concreta hoy en Argel

Saturday, April 26th, 2008

Una comisión cultural formada por representantes de países árabes y latinoamericanos se reunió hoy en Argel para concretar el proyecto de realización de una gran biblioteca árabe-sudamericana en la capital argelina.

El proyecto, el primero de este tipo que se pone en marcha en el mundo árabe, se acordó en la cumbre árabe-latinoamericana de Brasilia en 2005 y se concretó en la reunión ministerial celebrada el año pasado en Buenos Aires.

En el encuentro de hoy, que debe fijar el estatuto de la biblioteca, participan representantes de Argelia, Marruecos y la Liga Arabe, mientras que, por parte latinoamericana, han acudido enviados de Venezuela, Brasil y Argentina, los tres países que integran la comisión encargada de concretar el proyecto.

La gran biblioteca se construirá en una superficie de 5 hectáreas en la localidad costera de Zeralda, cerca de la capital argelina, y la financiación de su estudio y su construcción correrá a cargo de Argelia.

En su discurso de apertura de los trabajos de la comisión, la ministra argelina de Cultura, Khalida Toumi, calificó de ‘importante y prioritaria’ la realización de la biblioteca.

‘Este proyecto es uno de los primeros jalones del reencuentro entre nuestros países y nuestros pueblos. El Estado argelino está muy comprometido al máximo nivel para su concreción’, subrayó la ministra.

Por su parte, el representante de la Liga Arabe, Ibrahim Mamdueh, consideró que la gran biblioteca árabe-sudamericana será ‘un ejemplo único del diálogo entre las culturas y favorecerá la protección del patrimonio y las riquezas culturales’ de las civilizaciones.

‘Haremos una biblioteca monumental que será el símbolo de nuestra voluntad de impulsar los contactos regionales’, destacó el diplomático brasileño Arnaldo Carrilho, enviado especial para la realización del proyecto del presidente de Brasil, Lula da Silva.

La embajadora argentina en Argelia, Bibiana Jones, señaló a EFE que en Latinoamérica vive una muy importante comunidad árabe, que ha dejado la influencia de su cultura en los países sudamericanos.

‘Esta biblioteca será un marco que nos permitirá reencontrarnos sin límites geográficos, en un sector en el que los pueblos podrán emprender proyectos comunes sin obstáculos’, recalcó Jones.

‘Lo más importante de todo es aceptarnos y reconocernos’, dijo a EFE el embajador venezolano en Argelia, Michel Mújica, y destacó que en Sudamérica viven 17 millones de árabes y que la biblioteca supondrá una gran ayuda para la difusión de la cultura latinoamericana en el mundo árabe y de la cultura árabe en Sudamérica.

En el proyecto participan los 24 países de la Liga Arabe y 12 de América del Sur, aunque la comisión encargada de concretarlo tiene una composición más reducida.

El responsable argelino de la biblioteca, Zouaoui Benhamadi, explicó a EFE que Argelia se encargará de financiar su construcción, mientras que el equipamiento y las necesidades de funcionamiento correrán a cargo de todos los países participantes.

‘El terreno está listo, hemos convocado a varios arquitectos para que presenten ideas sobre la estructura y en cuanto tengamos las respuestas convocaremos ofertas a los gabinetes de estudios’, dijo Benhamadi e indicó que, a partir del momento en que se adopten los estatutos, el proyecto ‘comenzará a convertirse en realidad’.

Desde EFE

Signature de deux conventions entre le Maroc et la France

Thursday, April 24th, 2008

Le Maroc et la France ont signé, vendredi à Rabat, deux conventions portant sur la gestion active de la dette intérieure et de la trésorerie publique et le financement du programme d’action de la Direction générale des Collectivités locales (DGCL).

Ces deux conventions ont été signées en présence du ministre marocain de l’Economie et des Finances, Salaheddine Mezouar, et de la ministre française de l’Economie, de l’Industrie et de l’Emploi, Mme Christine Lagarde, dans le cadre de la 9è réunion de haut niveaux maroco-française, selon un communiqué publié par le ministère de l’Economie et des Finances.

La première convention, signée par M. Zouhair Chorfi, directeur du trésor et des finances extérieures du Maroc et M. Philippe Mills, directeur général de l’Agence France Trésor, est relative à la gestion active de la dette intérieure et de la trésorerie publique. L’appui de l’Agence France Trésor permettra la mise en place à la direction du trésor et des finances extérieures d’une salle des marchés pour la gestion active de la dette intérieure et de la trésorerie publique.

La deuxième convention de financement porte sur une subvention de l’Agence Française de Développement (AFD) de 1,5 million d’euros au financement du programme d’action de la direction générale marocaine des Collectivités locales pour le renforcement des capacités de gestion des collectivités locales.

De Xinhua

Maroc : Coup de fouet au tourisme à Marrakech

Friday, February 29th, 2008

Plusieurs projets touristiques de grande envergure ont été lancés hier à Marrakech par le roi du Maroc Mohamed 6, il s’est également enquis de l’avancement d’autres projets en cours de réalisation, des projets dont le coût global s’élève à plus de 30 milliards de dirhams, avec comme objectif donner un coup de fouet au tourisme Marrakchi et renforcer la ville ocre comme destination de choix.

C’est déjà bien sur le cas, Marrakech attire chaque année plus d’1 millions et demi de visiteurs, 1,5 millions sur les 7 millions comptabilisés au niveau national, l’objectif aujourd’hui est d’aller encore plus loin. Le Maroc a l’ambition de franchir le cap des 10 millions de touristes en 2010, il lui faut donc d’ici là développer des infrastructures. A Marrakech la feuille de route est la suivante : faire passer le nombre de lits de 35000 actuellement à plus de 60000 en 2010 d’où ces nombreux projets hier visités par le roi du Maroc, l’investissement s’élève à plus de 30 milliards de dirhams ; hier à Marrakech le souverain marocain s’est ainsi rendu dans une dizaine de complexes en cours d’aménagement et qui devraient pour la plupart être achevés dans les 2 ans à venir, le roi du Maroc a notamment donné le coup d’envoi d’un vaste domaine dont le montant s’élève à plus de 4 milliards et demi de dirhams financé par un groupe emirati et par la caisse marocaine de dépôt et de gestion, ce projet comprendra plusieurs hôtels de différents standings mais également un golf, 1100 villas et près de 700 appartements ; 2autres complexes d’envergure devraient également voir le jour, l’un est financé par le promoteur espagnole FADESA à hauteur de 4,5 milliards de dirhams, l’autre par le groupe marocain ADOHA montant 4 milliards 500 millions de dirhams, les travaux doivent commencer l’été prochain et ne s’achèveront qu’en 2012.

En 4 ans plus de 900 projets touristiques ont été lancés à travers le royaume, une stratégie qui a nécessité un investissement global de 112 milliards de dirhams, elle a aussi permis la création de 76000 postes d’emploi.

Desde magrhebinfo

Améliorer la coopération avec l’Algérie

Thursday, February 28th, 2008

L’accord de libre-échange entre l’Algérie et l’AELE a été au centre de la rencontre dimanche entre le ministre suisse de l’intérieur Pascal Couchepin et le président algérien Abdelaziz Bouteflika.

Lundi, au terme de cette visite de cinq jours, Pascal Couchepin a rencontré le chef du gouvernement algérien Abdelaziz Belkhadem.

Pascal Couchepin a rencontré le chef du gouvernement algérien Abdelaziz Belkhadem lundi à Alger. Au cours d’un entretien d’une heure, M. Belkhadem a présenté à Pascal Couchepin les efforts du gouvernement dans le domaine de la formation (santé et informatique) pour résorber le chômage chez les jeunes.

Au cours des discussions, le conseiller fédéral a fait part de l’intérêt de la Suisse au développement des échanges entre les deux pays et d’une manière plus générale avec les pays du bassin méditerranéen.

Par ailleurs, s’exprimant dimanche soir sur les ondes de la Radio suisse romande, Pascal Couchepin a signalé que le projet d’initiative populaire visant à interdire la construction de minarets en Suisse suscite l’incompréhension en Algérie. Selon le ministre, l’idée «ridicule» d’interdire les minarets «donne une image inquiétante de la Suisse».

Durant son voyage au sud de la Méditerranée, Pascal Couchepin affirme avoir tenté de «rassurer» ses interlocuteurs sur le «bon sens» des autorités et du peuple suisse, qui finiront par rejeter, selon lui, l’initiative de la droite dure.

Coopération économique

Dimanche, au cours d’un entretien de plus de deux heures avec Abdelaziz Bouteflika, Pascal Couchepin a exprimé l’intérêt de Berne à ce que l’accord entre l’Association européenne de libre-échange (AELE) - dont la Suisse fait partie - et l’Algérie soit signé.

Ouvertes en 2006, les négociations sont importantes pour les pays de l’AELE dans le contexte de la création de la grande zone de libre-échange euro-méditerranéenne.

Elles le sont également pour la Suisse car un tel accord permettrait d’éliminer les discriminations envers l’économie suisse, lesquelles résultent de l’entrée en vigueur, en septembre 2005, de l’accord entre l’Union européenne (UE) et l’Algérie.

Au niveau des importations, l’Algérie est en effet le troisième fournisseur de pétrole brut et de produits pétrolifères de la Suisse. En 2005, 9,2 % des importations helvétiques de brut et de produits du pétrole venaient de ce pays, après la Libye (56 %) et le Nigéria (24 %), selon des chiffres du Secrétariat d’Etat à l’économie (Seco).

Coopération culturelle

Arrivé jeudi en Algérie, Pascal Couchepin, dont il s’agit de la première visite officielle dans ce pays, a également signé samedi un mémorandum de coopération culturelle entre Berne et Alger.

Ce document définit les domaines qui se prêtent aux échanges et à la transmission, comme le patrimoine architectural, la littérature et les bibliothèques. Il doit ouvrir la porte à la signature d’un accord sur le transfert des biens culturels entre les deux pays. Berne s’est déjà engagé avec l’Italie, le Pérou et la Grèce sur une collaboration dans ce domaine.

Au cours de son séjour, le chef du Département fédéral de l’intérieur (DFI) a également discuté avec le ministre algérien des affaires étrangères, Mohammed Bedjaoui.

Région prioritaire

Le déplacement du conseiller fédéral en Algérie – pays grand comme 60 fois la Suisse et où vivent 34 millions de personnes - intervient quelques jours après les élections législatives algériennes. L’Alliance présidentielle, qui, comme son nom l’indique, soutient Abdelaziz Bouteflika réélu en 2004, y a conservé la majorité absolue.

Pour le Conseil fédéral (gouvernement), le sud du bassin méditerranéen n’en est pas moins une «région prioritaire» de la politique bilatérale suisse.

La Suisse a en effet un intérêt «stratégique» au développement économique et à une meilleure cohésion sociale de cette région. Sans quoi sa stabilité politique ne saurait être assurée, relève-t-il dans son rapport sur la politique étrangère datant de 2000.

swissinfo et les agences
Desde

Fonds d’investissement et IDE: La montée en puissance

Thursday, February 28th, 2008

Par la durée de leurs investissements, on distingue communément trois grandes sortes de fonds: Les fonds de pension qui placent l’argent de futurs retraités pour la plupart anglo-saxons à long terme ; les hedge-funds, ces fonds spéculatifs intervenant à court terme sur les
marchés financiers et enfin les fonds d’investissement qui acquièrent des entreprises pour un certain nombre d’années (en moyenne 3 à 6 ans), les sortent de la bourse en vue de les redresser et réaliser des plus-values.
Les fonds d’investissement* appelés également fonds de private equity sont ainsi des organismes de détention collective d’actifs financiers. La déréglementation des marchés financiers et les différents programmes de privatisation mis en place au niveau mondial depuis une vingtaine d’années ont fortement favorisé le rôle de ces investisseurs institutionnels dans le capital, non seulement des grandes entreprises mais de plus en plus dans celui de PME non cotées en bourse (notamment dans les secteurs à haute teneur technologique). C’est à ce titre
que l’étude de leurs stratégies de « placement » et leur interaction avec les IDE peut être intéressante.
La force de ces fonds réside principalement dans leurs techniques de financement, des montages sophistiqués qui amplifient leurs capacités d’achat (la plus utilisée étant celle du LBO pour Leverage Buy Out, une opération financière à effet de levier). Leur montée en puissance au cours de ces dernières années est spectaculaire puisqu’ils ont franchi en 2006 le cap des 600 Milliards de Dollars US de transactions et qu’ils sont à l’origine de plus de 18% des opérations de fusions-acquisitions en Europe.

*: les plus importants ont pour nom Texas Pacific Group, Carlyle, Blackstone, Cinven ou Fidelity Investments et gèrent des dizaines voire des centaines de Milliards de Dollars chacun. La grande majorité de ces fonds d’investissement sont anglo-saxons.

Influences dans les stratégies de développement des entreprises et implications pour la Tunisie

Par leurs exigences communes en matière de gouvernance, les fonds d’investissement contribuent au renforcement du « pouvoir financier » sur le contrôle des entreprises. Leur influence directe sur la stratégie des firmes imposent à ces dernières un retour sur
investissement d’au moins 15%, engageant leur management vers des choix de rentabilité de court terme plutôt que dans des stratégies industrielles de long terme. C’est particulièrement cette implication dans le management des entreprises qui différencie ces investisseurs des investissements de portefeuille.
Au nom de la « création de valeurs » chers à ces investisseurs institutionnels, se met souvent en place une nouvelle culture d’entreprise privilégiant cette volonté de rapide rentabilité et prenant également de plus en plus en compte des questions d’ordre environnemental, éthique ou social - investissement socialement responsable…
Ce souci de rentabilité amènera beaucoup plus facilement les entreprises sous contrôle de ces fonds à se délocaliser et profiter de sites plus compétitifs. A charge ensuite pour la Tunisie, qui peut être un pays d’accueil potentiel de pérenniser l’investissement réalisé si le fonds se dégage plus ou moins rapidement de l’entreprise. Le rôle de ces fonds dans les stratégies de management et de développement des entreprises qu’ils détiennent est donc favorable à un
redéploiement à l’international et à une vision plus
globalisée de développement, chose qui n’est pas
toujours le cas pour les managements de type
familial.
Source: FIPA-Tunisia

L’avenir touristique de l’Algérie se construit sur le long terme

Thursday, February 14th, 2008

Bilan des Assises nationales et internationales du tourisme algérien

L’Algérie est-elle prête pour le tourisme ? Le ministre algérien du secteur, Cherif Rahmani, a clos mardi deux jours de débats autour d’un ambitieux plan de développement qui veut donner du temps au temps.

« Préférez le risque à la rente », c’est ce que Chérif Rahmani, le ministre algérien de l’Aménagement du territoire, de l’Environnement et du Tourisme, a demandé mardi soir au millier de conférenciers présents dans l’enceinte du Palais des Nations, en banlieue d’Alger, à l’occasion des Assises nationales et internationales du tourisme algérien. Le pays d’Afrique du nord dispose de toutes les potentialités pour devenir une destination d’avenir, mais tout y est à faire, de la formation des acteurs du tourisme aux infrastructures d’accueil et au transport. Le caractère transversal de l’activité, imbriquée avec de nombreux autres secteurs de la société, qui demandent eux aussi à être développés, ne facilitera pas la tâche de l’Algérie.

Le précédent ministre du tourisme, Nouredine Moussa, avait esquissé un plan de développement en 10 ans. Chérif Rahmani, lui, a mis sur pied un ambitieux Schéma directeur d’aménagement touristique (SDAT) de l’Algérie, avec une double échéance à l’horizon 2015 et une autre à 2025. L’équivalent de 350 millions d’euros y seraient investis chaque année durant cette période. La « situation économique est très favorable aux affaires », assure ainsi Djamel Zeriguine, chef de la division des investissements étrangers à l’ANDI (Agence nationale de développement des investissements). Plus prosaïque, le président du Forum des entrepreneurs algériens précise que c’est « la situation d’aisance financière [qui] offre une chance exceptionnelle à l’Algérie pour induire dans la durée le développement du tourisme. »

Sécurité : l’Algérie au niveau du Maroc et de la Tunisie selon l’OCDE

Pour cela, l’une des tâches les plus ardues sera de modifier l’image d’une Algérie associée à la quinzaine d’années de violence qui l’a traumatisée. Djamel Zeriguine rappelle sur ce point que le facteur risque-pays de l’Algérie est passé de 6/7 en 1999 à 3 en 2008 selon l’OCDE. Le même score que la Tunisie et le Maroc voisins et un point de mieux que le Brésil (4). Quant à Francesco Frangialli, le secrétaire général de l’Organisation mondiale du Tourisme (OMT), il a rappelé que « l’Algérie n’est pas le seul pays à subir ces incidents et [que] personne n’est à l’abri, qu’il soit chez lui ou dehors ». Madrid, où se trouve le siège de l’organisme qu’il dirige, n’a-t-elle pas été secouée par des attentats en mars 2004, de même que Louxor en Egypte ou Djerba en Tunisie ? interroge-t-il.

« Les choses ont changé de par le monde et l’on n’est plus à l’époque où les attentats terroristes provoquaient des désastres dans le secteur du tourisme, a-t-il poursuivi, devant le millier de conférenciers présents dans l’enceinte du Palais des Nations, en banlieue d’Alger. Les consommateurs ou les voyageurs savent faire la part des choses et prennent désormais en compte le volet se rapportant à la sécurité ».

Prête pour le tourisme de masse ?

Des propos que la presse algérienne, exténuée elle aussi par des années de violence et par l’image parfois trompeuse donnée de l’Algérie dans les médias étrangers, s’est empressée de relayer. Sans préciser que le secrétaire général de l’OMT a dû forcer la main à sa direction, à New York, pour se rendre à Alger et être avec ses amis, même « dans les moments les plus difficiles », comme il l’a expliqué. L’attentat qui a frappé Alger et le bureau du HCR, le 11 décembre dernier, est toujours dans les mémoires.

Un tour opérateur italien a d’ailleurs expliqué se faire peu d’illusions quant au développement d’un tourisme de masse, en Algérie, tant qu’existera ce que les autorités appellent le terrorisme « résiduel ». Même les plus motivés, comme le Français Jean-François Saunier, de l’agence 1001 Soleils, restent dubitatif. Lui-même projette de lancer une offre sur Alger pour contribuer à redorer l’image de La Blanche, malgré les risques. Mais il imagine mal comment, dans l’immédiat, ses collègues pourraient le suivre de façon massive.

Desde Afrik.com

VIII Foro Euromediterráneo

Monday, January 28th, 2008

Diálogo Mediterráneo convoca el VIII Foro Euromediterráneo que dedicará su atención a Libia. El Foro Euromediterráno, se presentó en el año 2000 por primera vez, dentro de las actividades paralelas, Jornadas Técnicas, que organiza Fitur paralelamente al certamen. Pretende ser un foro de análisis de la industria turística y un espacio de reflexión sobre las condiciones, problemas y retos que se plantean entre los países de la cuenca mediterránea, con el fín de potenciar su conocimiento y promoción a todos los niveles.

El VIII Foro Euro-mediterráneo de FITUR está dedicado a analizar el despertar turístico de Libia y el proceso de desarrollo sostenible del turismo entre las dos orillas del Mediterráneo y el Sahara. Se examinará la cooperación entre España, los países miembros de la Unión Europea y Libia en el sector hotelero, del transporte, inmobiliario, bancario y otros (inversiones y turismo).

También se debatirá cómo Libia, país mediterráneo, puede utilizar las buenas prácticas promovidas por las organizaciones internacionales y desarrollar nuevos productos en el ámbito del desarrollo sostenible y del ecoturismo; de la lucha contra el cambio climático y un turismo responsable, para construir la confianza entre los pueblos de ambas orillas del Mediterráneo y del resto del mundo y promover iniciativas a favor de la solidaridad y de la paz dentro del proceso de Barcelona, de la nueva política europea de vecindad y del proyecto de Unión Mediterránea.

Tendrá lugar el miércoles 30 de enero de 2007 de 17:00 - 19:00 h.
Centro de Convenciones Norte. Primera planta, sala N 109

Entrada por la Puerta Norte, acceso directo a la sala de conferencias con esta invitación
IFEMA - Parque Ferial Juan Carlos I. MADRID

PROGRAMA

17:00 Palabras de bienvenida

Pedro Martínez Seiquer, Presidente de Diálogo Mediterráneo
Excmo. Dr. Abdelwahed El-Gammoudi, Embajador de Libia en España

Discurso de inauguración
Las potencialidades turísticas de Libia
Excmo. D. Ammar Mabruk El – Tayef (a confirmar)
Secretario (Ministro), Comité general del turismo de Libia

17:20 Conferencias

Dr. Robert Lanquar, Diálogo Mediterráneo, Moderador

Amr Abdel-Ghaffar, Representante regional de la OMT para el Medio Oriente
Libia, el turismo mediterráneo y la Alianza de Civilizaciones

Enrique Martínez de Meana, GRUPO SCA
El desarrollo internacional de negocios en Libia

José- Luis Zoreda
Un hombre de negocios mira al despertar turístico de Libia

18:20 Mesa Redonda
Libia se está convirtiendo en un país receptor de turismo e inversiones.
¿Cómo se pueden aprovecharlas empresas españolas de esta apertura?
¿Están acercando el turismo y las inversiones a España y Libia en el fortalecimiento de sus relaciones? ¿Cómo reforzar la cooperación entre ambos países?

18:50 Discurso de clausura
Pedro Mejía Gómez (o su representación)
Secretario de Estado de Turismo y Comercio

Diálogo Mediterráneo presente en el I Foro de la Alianza de Civilizaciones

Monday, January 28th, 2008

El número 46 de Diálogo Mediterráneo, dedicado a la Alianza de Civilizaciones, integraba la documentación entregada a los participantes en el I Foro de Alianza de Civilizaciones, celebrado los días 15 y 16 de enero en Madrid. En sus páginas aparecen entrevistas con Jorge Sampaio, alto representante de la Alianza para Naciones Unidas; y con Iqbal Riza, consejero especial del secretario general de la ONU para la Alianza de Civilizaciones.

Artículos de Miguel Ángel Moratinos, Federico Mayor Zaragoza, Máximo Cajal, Fernando Oliván, Aldo Olcese y Javier Valenzuela, completan esta parte de su contenido. Diálogo Mediterráneo renueva con este número su apoyo a la iniciativa que el presidente José Luis Rodriguez Zapatero lanzó en Naciones Unidas el 21 de septiembre de 2004.

Cultura destina 400.000 euros a 28 proyectos arqueológicos en 14 países

Friday, July 6th, 2007

El Ministerio de Cultura ha concedido ayudas por un importe total de 400.000 euros para proyectos de investigación arqueológica en el exterior, que se reparten entre 28 excavaciones en 14 países.

Todos los proyectos de investigación arqueológica los llevarán a cabo equipos técnicos de investigadores españoles vinculados a los departamentos especializados de diversos centros y universidades españolas.

El proyecto que cuenta con más ayudas, un total de 34.000 euros, es la misión arqueológica española en la localidad siria de Tell Halula (Valle del Eufrates), que encabeza el investigador Miquel Molist Montañá, de
la Universidad Autónoma de Barcelona.

Destacan también las excavaciones egipcias en Ensaya El Medina (Heracleópolis Magna), que está financiado con 32.000 euros, y que lo dirige la investigadora María del Carmen Pérez Díe (ACPAMA).

En Jordania el proyecto de Documentación y Registro de Técnicas constructivas y tipologías edilicias en el período de transición bizantino-omeya, encabezado por Ignacio Arce, del Instituto Juan de Herrera, recibe unas ayudas de 23.000 euros.

Los proyectos subvencionados por el Ministerio de Cultura español se realizan en Argentina, Egipto, Etiopía, Guatemala, Italia, Jordania, Marruecos, México, Nicaragua, Perú, Portugal, Siria, Tanzania y Uruguay.

 Desde TERRA

. 2009 Medical Weblog adult downloads